Le 8 juillet 1941, sur une initiative allemande, est créée la Légion des volontaires français contre le bolchévisme (dite Légion des volontaires français ou LVF). Cette naissance est portée par une galaxie de partis politiques de l'époque, notamment le Rassemblement national populaire de Marcel Déat, le Parti populaire français de Jacques Doriot, et le Mouvement social révolutionnaire d'Eugène Deloncle.

Par Robert Martin

Comme vous le constatez, que de "vrais" français, pétainistes et collaborationnistes à souhait, véritables patriotes au point d'avoir choisi le camp nazi de l'envahisseur allemand et souhaité sa victoire. Cette LVF est transformée un an plus tard en Légion tricolore. En 1944, elle est principalement intégrée à la Division SS Charlemagne et ira se battre sur le front russe. Évidemment elle n'existe plus ! Quoique !

Je me demande si certains ne rêvent pas de la recréer, non pas contre le bolchévisme certes, mais contre le monde du travail et avec la complicité des salariés, à l'insu de leur plein gré !

Depuis le 1er janvier, grâce aux lois Macron, les plans sociaux sont repartis à la hausse. Pour sauvegarder la compétitivité et donc l'emploi, on annonce par ici plus de 3000 licenciements (je pense à Carrefour), quelques centaines par là. Pardon, je dis licenciements alors qu'ils parlent eux de départs volontaires. Sentons la différence et apprécions la langue de bois ! Les voilà, nos nouveaux volontaires français à qui on demande pour le bien de l'entreprise et de la France de se sacrifier et de se porter candidats pour se faire licencier...Alléluia ! Une bien belle idée pour faire maigrir les entreprises sans passer par la case des licenciements secs... Et même désormais en se passant de plan social, via les ruptures conventionnelles collectives instituées par la récente réforme du Code du travail. On inverse évidemment le problème et les responsabilités, car on supprime bien des emplois mais désormais les patrons n'ont plus le courage d'appeler les choses par leur nom et la loi leur facilite bien la tâche ! Une sorte de novlangue !

Mais y aura-t-il des bons et des mauvais volontaires ? Les salariés en CDI par exemple seront-ils privilégiés ? Incités à se porter volontaires ? Car ne nous y trompons pas, le véritable enjeu c'est la fin du Contrat à Durée Indéterminé pour le remplacer par la flexibilité et la précarité. Et je ne doute pas que ces postes seront récréés, à la demande, sous une forme ou une autre mais en CDD ou en temps partiels ! Et s'ils ne sont pas assez nombreux à être volontaires ? Certains volontaires seront-ils désignés ? On transformerai alors la LVF en STO, autre sigle pétainiste, qui ne signifierait plus Service du Travail Obligatoire, de sinistre mémoire, mais Sacrifice Totalement Obligatoire.

On est bien en guerre... sociale !

Mais ce n'est pas tout, voilà qu'on veut appliquer la même philosophie pour la fonction publique ! Objectif : trouver 120 000 fonctionnaires, volontaires eux aussi, pour la quitter. Alors qu'il manque des fonctionnaires pratiquement partout, que les services publics sont à la dérive, on organise un plan de 120 000 suppressions d'emplois ! Cherchez l'erreur ! On recrutera à nouveau, par force mais plus sous le même statut. Ce qu'on veut, ce sont des salariés moins protégés, embauchés en contrats précaires dont on pourra se débarrasser plus facilement.


Résumons. Que ce soit dans le privé ou la fonction publique, l'objectif est clair, détricoter les conquis sociaux, pour une précarité et une flexibilité du travail généralisées sans garanties collectives. Alors, fin du CDI, fin du statut de fonctionnaires, vivent désormais les bénévoles, les apprentis, les stagiaires, les travailleurs temporaires et précaires, les salariés kleenex pour faire tourner l'entreprise France pour le plus grand bien des possédants qui détiennent tous les pouvoirs. Et pourquoi pas des salarié.e.s gratuits et même des esclaves ! Alors parler de volontariat, merci ! La ficelle est un peu grosse !


Pour ma part, si je suis volontaire, c'est pour dénoncer ce système où le fric a remplacé le cœur et l'humain, où la solidarité et la générosité ont disparu, pour dénoncer un monde déshumanisé qui va dans le mur ! Et vous ?