C'est le récit d'un jeune Pakistanais arrivé en France à l'âge de 15 ans. En 2008, le père de Shammas est tué par son oncle. Shammas, fils de cultivateur et héritier des terres familiales doit alors fuir son village, quitter ses proches. Avec l'aide d'un passeur il passe en Afghanistan, où il trouve une famille d'accueil...

« Mes proches n'avaient pas les moyens de m'envoyer en Europe, je n'avais pas non plus d'attaches susceptibles de m'accueillir. » Du fait des mauvaises conditions sécuritaires, Shammas est de nouveau contraint à un nouvel exil. Il repart pour un long parcours de plusieurs milliers de kilomètres, traverse l'Afghanistan qu'il ne connaît pas. Souvent à pied jusqu'à la Turquie. « Nous marchions sur des chemins isolés afin d'être discrets et dormions dans les champs malgré la faim et le froid. On se nourrissait de petits biscuits, souvent très mauvais, donnés par les passeurs, c'était vraiment très dur. »

Shammas entre clandestinement en Grèce. Il y reste un mois à travailler au noir pour payer son voyage jusqu'en Italie, en traversant l'Europe orientale et l'Autriche. « J'ai compris que j'étais arrivé en Europe, car les gens ne me ressemblaient pas et n'étaient pas habillés comme moi. J'ai aussi été confronté pour la première fois au racisme qui se lisait dans le regard des gens. » Après trois mois passés en Italie et sur les conseils d'un travailleur social, il gagne la France. Il erre dans les rues de ville en ville.

J'ai compris que j'étais arrivé en Europe, car les gens ne me ressemblaient pas et n'étaient pas habillés comme moi.

En 2013, Shammas arrive seul en France à l'âge de 15 ans. Il est placé dans un foyer, il entreprend les démarches pour obtenir un titre de séjour, apprend le français. Scolarisé, il valide un certificat de formation générale ainsi qu'un CAP tout en travaillant dans la restauration. Il envisage de créer une entreprise de vente de pierres et bijoux pakistanais. « L'émeraude est une magnifique pierre, extraite des entrailles des terres de mon pays, que j'aimerais faire découvrir ici. Je veux aussi donner une image de mes compatriotes autre que celle biaisée qu'ont les Français, qui ne nous voient que comme des terroristes rétrogrades ou des vendeurs de roses. »

Shammas a passé 5 années de sa jeunesse à errer, à se débrouiller seul.