Sauf que l'affiche déployée au fronton de la mairie est rien moins que sombre et inquiétante! Noire sur fond gris sombre, une moitié de tête de taureau nous fixe de son demi-oeil noir. Quel est le symbole ?

Par Khan Did

Le taureau, animal doté par l'imaginaire des aficionados, du symbole de la mort, qu'affronte dans son habit de lumière le courageux représentant de l'homme ? Combat de l'homme contre la mort. Combat dont l'homme sortira pratiquement toujours victorieux sous un soleil de plomb et au son des fanfares. Au prix de quelle souffrance animale et de quelles tricheries pour faire advenir cette victoire ! Vous en verrez les précisions apportées par un fin connaisseur de la tauromachie-tauromachisme... Ainsi donc, malgré la désaffection implacable dont pâtit la corrida avec son rituel immuable, cette féria-anniversaire fête le passé. On y est habitué avec cette municipalité. Notre objectif : « en arrière toute » ! Certaines villes comme Nîmes se posent des questions pour faire évoluer les spectacles taurins de façon plus festive et conviviale sans cruauté.(1)

Rien qui évoque la fête, ses couleurs, ses rencontres, sa fantaisie... Y aurait-il même derrière cette gueule inquiétante et ce semi-regard noir un malaise, une défiance, une peur ? Peur de l'autre dont on ne voit que la moitié, l'étranger animé de sombres projets, peur sécuritaire, peur du noir ? Cela ne nous étonnerait qu'à moitié...

En attendant, à ceux qui ne sont pas par leur situation sociale assignés à la sainte messe inaugurale, ceux qui veulent célébrer l'été ensemble, sans exclusion, sans peur, sans agressivité, bonne fête du cinquantenaire.

(1) Les échos.fr du 16 mai 2018