25 raisons de ne plus voter Robert Ménard

Par Clo et M.R.V.,

Envie à Béziers, Evab pour nos lecteurs, fidèle à son engagement, vous propose 25 raisons de ne plus voter Robert Ménard comme maire de Béziers, sous forme de dessins légendés. Vous pourrez découvrir et partager ces dessins au fur et à mesure des semaines qui nous séparent des élections municipales.

14ème raison : Difficile d’oublier comment Robert Ménard utilisa l’argent public pour mener une campagne de propagande idéologique d’extrême-droite à Béziers dès son arrivée à la mairie à travers les fameuses affiches ou ledit Journal de Béziers. « Les gueux » de 1907 (les cassos dirait aujourd’hui RMC) s’en retournèrent dans leurs tombes. Une ombre noire s’étendit sur le Midi rouge. L’ancien président de Reporter sans Frontière prétendit « libérer la parole » en invitant à des conférences mensuelles tous les tenants de la pensée la plus droitière et réactionnaire à Béziers, dont l’inénarrable Eric Zemmour qui n’a pourtant pas inventé la poudre, mais sait la manier et attiser la haine. Il les réunit tous à Béziers en mai 2015 lors d’une journée qu’il intitula « Oz ta droite », où on put entendre développer la théorie du grand remplacement ou prôner le port d’arme à l'américaine.
Le maire actuel a baissé de ton dans sa ville depuis deux ans en habile stratège, ne voulant pas inquiéter les biterrois par ses positions clivantes et cherchant à faire accroire qu’il n’était qu’un élu soucieux de sa ville. Le mal était fait et on peut entendre ici et là les propos les plus sordides dans certaines bouches : « et en plus ça se reproduit » à propos de gamines gitanes ou « tant qu’il n’y avait que des gitans ou des arabes au Secours populaire, je m’en foutais, mais quand j’ai vu de pauvres blancs faire la queue, ça m’a fait mal au cœur ».
Mais qu’on ne s’y trompe pas : utilisant son statut de maire, Robert Ménard propage ses idées racistes et participe activement à la construction d’un nouveau mouvement d’extrême extrême droite. Le discours autocentré qu’il a prononcé lors de « la Convention de la droite » le 28 septembre 2019, où on retrouvait les protagonistes d’Oz ta droite », montre qu’il se rêve un destin autre que premier édile de Béziers.
Les biterrois qui ont voté Robert Ménard le justifient souvent par le rejet de la politique de Raymond Couderc pour qui ils votèrent pourtant 3 fois. Le pari que les mêmes font aujourd’hui pourraient être encore plus désastreux et entacher pour longtemps l’honneur de la ville de Jean Moulin.

14 seveso2

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok