25 raisons de ne plus voter Robert Ménard

Par Clo et M.R.V.,

Envie à Béziers, Evab pour nos lecteurs, fidèle à son engagement, vous propose 25 raisons de ne plus voter Robert Ménard comme maire de Béziers, sous forme de dessins légendés. Vous pourrez découvrir et partager ces dessins au fur et à mesure des semaines qui nous séparent des élections municipales.

19ème raison : Que dire de la liste présentée par Robert Ménard aux élections municipales ?

Elisabeth Pissarro qui a remplacé la vie culturelle biterroise (festivals, musée, théâtre) par la culture de l’animation (son et lumières, décorations, défilés, crachotage de musique médiévale) devient 1ere adjointe. Benoît d’Abbadie dont les services semblent avoir été contaminés par le goût du fichage, non pas des musulmans, mais des commerçants, 2ème adjoint. Alberte Frey qui a appliqué la même gestion dans les écoles que celle de l’Occitane de restauration pointée par la Chambre régionale des comptes, est 3ème adjointe. Mais Marjorie Gomez, 30ème sur la liste, qui a reçu un plafond sur la tête à l’école Pellisson, ne lui en veut pas et accepte de servir de caution à Robert Ménard, conscient que les biterrois ne lui pardonneraient pas son indigence en matière de politique scolaire. (Tu as de l’humour Robert, je te le concède).

Respectant la tradition de l’extrême-droite qui veut qu’on travaille en famille (les Le Pen, les Bompard, les Jamet), Emmanuelle Ménard a rejoint la liste municipale de son mari en seulement 16ème position. En surfant sur la loi qui veut qu’on ne peut pas cumuler un mandat de député-e et d’adjoint municipal.

On trouve par ailleurs plusieurs membres de l’association « Les Patriotes biterrois », issue des militants de « Choisir Béziers » : Jean-Louis Aycart, Perrine Pelaez, Emile Fort, Meltem Adtakan. Son ancienne présidente, Sabine Gely, épouse du maire de Lieuran-lès-Béziers, donnait à ce groupe de pression l’objectif de « battre électoralement la gauche partout où elle se trouve », « de présenter et préparer des candidats dans toutes les communes de la circonscription et des agglomérations », de « faire émerger des listes de rassemblement locales non étiquetées FN » (Hérault tribune).  À leur réunion de rentrée de 2017, Robert Ménard ne cachait pas son ambition : « Ce qu’un inconnu il y a quelques mois encore comme « Macron » a pu faire […] nous pouvons à notre échelle, avec l’aide de votre élue Emmanuelle, notre député le réaliser au niveau de notre ville, Béziers, de notre circonscription, de notre département, de notre région, de notre pays le réaliser... mais avec nos valeurs à nous ! » (Le Petit journal). D’Emmanuel à Emmanuelle, il n’y a qu’un pas.

On ajoute quelques noms liés à Aboud, Couderc ou le RN. Quelques noms liés au marché immobilier. Puis quelques jeunes nouvelles têtes comme Victor Alzingre qui se déclare sur twitter pro-frexit, gaulliste, souverainiste et catholique au point de reprendre à son compte un tweet de Laurent Dandrieu (journaliste à Valeurs actuelles) : « Dans les temps où l’on avait la foi, en cas d’épidémie, on emplissait les églises pour prier Dieu de nous en préserver. »

Peut-être qu’on devrait en prendre de la graine et aller prier Dieu qu’il nous préserve de la peste brune ?   

19 famille   

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok