6ème raison

Par Clo et M.R.V.,

Envie à Béziers, Evab pour nos lecteurs, fidèle à son engagement, vous propose 25 raisons de ne plus voter Robert Ménard comme maire de Béziers, sous forme de dessins légendés. Vous pourrez découvrir et partager ces dessins au fur et à mesure des semaines qui nous séparent des élections municipales.


6ème raison : Quel est le point commun entre le réseau de bus de Stockholm, des trains de banlieue de Boston, du métro de Shangaï et du parc de stationnement de Béziers ? D’être géré par le groupe privé Kéolis dont fait partie la société Effia, à qui Robert Ménard a confié pour 10 ans la gestion du stationnement par délégation de service depuis le 1er janvier 2018 sur la voirie et sur les parkings. On se souvient d’un temps où on pouvait se garer à Béziers à la gare, au Champs de Mars, dans de nombreuses rues du centre-ville gratuitement. Sous la mandature de Raymond Couderc les choses s’étaient progressivement dégradées. Un pas de plus important a été franchi. Et l’indulgence relative des préposés municipaux a été remplacée par la logique implacable des parcmètres d’Effia. Il faut compter 1 euro par heure de stationnement en zone bleue. L’abonnement de 30 euros mensuel n’est accessible qu’à des catégories sociales favorisées. L’amende a été majorée à 17 euros. Et les 30 minutes offertes en cœur de ville ne permettent pas de s’attarder pour du lèche-vitrine. Résultat : les biterrois sont contraints de trouver des systèmes D pour garer leur voiture. On le voit aux nombreuses places vides du centre-ville. Du jamais vu à Béziers. Pour autant aucune politique ambitieuse de circulation écologique n’est mise en place : parkings aux portes de la ville, navettes gratuites, pistes cyclables. La ville est donc à la fois cernée par un réseau routier de plus en plus dense et saturée de voitures à l’intérieur... Qui ne peuvent pas se garer.
L’absurdité de cette politique à contre-courant a atteint son acmé avec la présentation au conseil municipal du 23 septembre 2019 du projet de parking silo de 300 emplacements sur la place de Gaulle, censée permettre de desservir le cœur de ville, unique sujet d’intérêt pour Robert Ménard. Sa nécessité est d’ailleurs très contestable et la création d’un pôle entrepreneurial ne suffit pas à justifier les 4 850 000 HT que coûterait cette construction. On peut s’interroger d’emblée à qui profiterait ces Grands Travaux Inutiles ? Si la gestion de ce parking revenait à Effia, on pourrait dire que l’argent public a contribué à financer le privé. On ne parle pas de la question écologique et urbanistique. Le déplacement de la gare routière vers la gare largement saturée par la circulation du carrefour de l’Hours peut inquiéter. Et sans verser dans la nostalgie des vignes qui recouvrèrent cette place avant de devenir un pôle administratif (préfecture, collège, commissariat, ancienne cpam) et malheureusement la gare routière, on aurait pu imaginer un projet plus verdoyant et esthétique que cette verrue.

 

kepi2

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok