« Père de la nation », « chef de guerre », « pacificateur en chef »... journalistes et éditorialistes n’ont pas manqué de qualificatifs pour vanter la gestion de la guerre en Ukraine par Emmanuel Macron, quitte à suivre, tels des ombres, la communication du gouvernement.

Un cas d’école de journalisme de cour... Suite de l'article de Pauline Perrenot ICI

(Source ACRIMED)