Les catastrophes naturelles pour les populistes c’est un peu comme le levain pour les boulangers. Il faut les travailler pour que la pâte monte. Dernier exemple en date les gelées qui se sont aussi abattues sur le biterrois. Pour déclamer leur soutien les Ménard ont fait une campagne d'affichage dans toute la ville et dans toute l’agglomération. L’argent dépensé en auto-promotion aurait sans doute été plus utile dans les caisses de solidarité des professions viticoles, maraîchères, arboricultrices. Il se peut aussi que les Ménard se soient mobilisés parce que les gelées étaient noires et qu’elles participaient au grand remplacement de nos cépages, légumes et autres arbres fruitiers. Reste une question, qu’auraient fait les Ménards si les gelées avaient été blanches ?

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.