À la suite de la campagne ‘’Me Too’’ qui vient d’être lancée nationalement par plusieurs femmes pour agressions sexuelles à son encontre, on imagine les titres de la presse parisienne : "Zemmour abandonne ses ambitions présidentielles et va se rabattre sur le canton 3 biterrois".

Mais avant de voir fonctionner le parachute électoral doré proposé au meilleur ami de Robert Ménard, il va falloir patienter. Le Zemmour qui se présente aux cantonales c’est Claude et pas Éric.

Cela étant on se réserve de bons moments. En particulier quand Ménard va être obligé d’expliquer à ses fans que le Zemmour qui se présente n’est pas le bon. Qu’il ne faudra pas voter pour lui. Que le bon Zemmour c’est celui qui écrit : « Le poil est une trace, un marqueur, un symbole. De nôtre passé d’homme des cavernes, de notre bestialité, de notre virilité. De la différence des sexes. Il nous rappelle que la virilité va de pair avec la violence, que l’homme est un prédateur sexuel, un conquérant. » (E. Zemmour « Le premier sexe », Denoël, Collection Indigne).

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.