Les 15 et 22 mars prochains, les électeurs sont appelés à désigner les conseillers municipaux qui administreront la commune dans le cadre des compétences qui leurs sont dévolues. Le mode de scrutin retenu pour cette élection (la proportionnelle à la plus forte moyenne avec prime majoritaire de 50% à la liste arrivée en tête) avantage la liste arrivée en tête et réduit les autres listes à une représentation minorée.

par JC

Les conseillers municipaux sont élus pour six ans et sont renouvelés intégralement : ils sont élus au scrutin de liste à deux tours ; les conseillers communautaires sont élus pour la même durée, selon le même mode de scrutin et par un même vote.

Les candidats au siège de conseiller municipal et de conseiller communautaire figurent sur deux listes distinctes, les seconds devant nécessairement être issus de la liste des conseillers municipaux. Les électeurs ne votent qu'une fois, les deux listes figurant sur le même bulletin de vote : les voix issues du scrutin servent au calcul de la répartition d’une part des sièges de conseillers municipaux et d’autre part des sièges de conseillers communautaires.

Les règles de calcul du nombre de conseillers élus :

Les sièges sont répartis entre les listes, pour l’élection des conseillers municipaux et pour l’élection des conseillers communautaires, à la proportionnelle à la plus forte moyenne avec prime majoritaire de 50% à la liste arrivée en tête.

L’élection est acquise au premier tour si une liste recueille la majorité absolue des suffrages exprimés ; dans le cas contraire, il est procédé à un second tour.

Pour qu’une liste ait le droit de se présenter au second tour, elle doit avoir obtenu au premier tour un nombre de voix au moins égal à 10 % des suffrages exprimés.

Les listes peuvent être modifiées dans leur composition pour comprendre des candidats ayant figuré au premier tour sur d’autres listes, sous réserve que celles-ci ne se présentent pas au second tour et qu’elles aient obtenu au premier tour au moins 5 % des suffrages exprimés.

A l’issue de l’élection, il est attribué à la liste qui a obtenu le plus grand nombre de voix un nombre de sièges égal à la moitié du nombre de sièges à pourvoir, arrondi, le cas échéant, à l’entier supérieur.

Les sièges sont attribués aux candidats dans l’ordre de présentation sur chaque liste ; les listes qui n’ont pas obtenu 5 % des suffrages exprimés ne sont pas admises à la répartition des sièges.

Une surreprésentation de la liste arrivée en tête

Lors des élections municipales de 2014, à l'issue du second, les résultats étaient les suivants :

Abstention 31.49%
Robert Ménard 32.19%
Elie Aboud 23.73%
Jean-Michel Du Plaa 12.59%

Une configuration de triangulaire, (trois listes, ayant recueilli plus de 10 % des suffrages exprimés, ont décidé de participer au second tour) permet à une liste d'arriver en tête en recueillant moins de la moitié des suffrages.

En effet, moins d'un électeur sur trois a voté pour la liste conduite par Robert Ménard…qui obtient cependant plus des trois quarts des sièges !

Robert Ménard 37 sièges
Elie Aboud 8 sièges
Jean-Michel Du Plaa 4 sièges

Résultats du second tour :

JOEL CAMEMBERT 1

 

Pourcentage de sièges obtenus :

JOEL CAMEMBERT 2

 

Le maire de Béziers, minoritaire auprès des électeurs biterrois, obtient une très large majorité au sein de l'assemblée délibérante et peut ainsi régner sans partage : 32% des suffrages = 76% des sièges !

Ce mode de scrutin lamine les oppositions et les réduit à un rôle de figuration pendant la durée du mandat : la "démocratie" n'a rien à en espérer.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok