Composer avec Louis Aliot s’apparente au martyre pour Trumpinou. Louis lui fait comprendre en permanence que s’il n’est pas sur la liste du RN pour les régionales, il n’est rien. Il y aurait au mieux une place sur la liste départementale, mais pas la première. Dans les tractations en cours, Louis ne s’engage sur rien. Trumpinou est devenu un supplétif, un simple supplétif. Louis c’est le maître du temps et il fait payer à Trumpinou son incartade avec Marine et avec Brigitte.

Pour Brigitte, l’incarcérée, Trumpinou comprend : il a clairement essayé de doubler le RN pour son propre compte. L’idée était simple, limpide, efficace. Il se sert de son score pour négocier avec le RN. Il négocie électoralement une alliance, tout en construisant son propre appareil politique. Sur le papier tout était bénéfique pour son avenir. Mais, comme pour Oz ta droite, la manœuvre a lamentablement échoué. À l’époque il s’était fâché avec Marion. Cette fois-ci il s’est fâché avec Marine. Et quand on se fâche avec Marine on se fâche forcément avec Louis qui reste une sorte de bodyguard. Pour ce qui concerne Marine, Trumpinou ne comprend pas le ressentiment de Louis. Au fond il ne s’est rien passé entre Marine et lui puisqu’il a refusé ses avances. Trumpinou a même essayé d’avoir une discussion d’homme à homme avec Louis. Il a bêtement cru que Marine et Louis ayant rompu, il pouvait dire du mal d’elle. Ça n’a fait qu’empirer les choses. Louis n’a pas aimé, vraiment pas aimé. De manière très arrogante Louis s’est même glorifié d’être politiquement toujours fidèle. Ce qui effectivement n’est pas le cas de Trumpinou. Le pire du pire c’est que Louis tape en plein dans le mille ! Trumpinou a successivement été à l’extrême gauche, socialiste tendance PS, socialiste tendance Chevènement, à droite, à l’extrême droite. Au fond il a fait une révolution mais autour de lui-même. C’est un révolutionnaire tendance narcissique, du style où tout tourne toujours autour de lui. Louis, lui, c’est l’inverse. Le genre plus fidèle que moi tu meurs. Lors de leur dernier échange Louis lui a asséné un terrible uppercut : « moi je suis capable de rompre sentimentalement, tout en restant fidèle politiquement. Pas toi ! toi tu es un aventurier, un baladin. ». Les tractations politiques pour les Régionales s’engagent au plus mal. Trumpinou a la pancarte du traître qui pend sur ses épaules. Trumpinou est devenu un Judas, version politique. Cette pancarte, cette réputation, il ne sait pas comment s’en débarrasser. heili heilo

La nuit il fait un cauchemar répétitif. Toutes les nuits le même cauchemar. Il est dans une sorte de camp de travail, enfermé, prisonnier. Son travail, toujours le même, consiste à monter un rocher en haut d’une montagne. Quand il est au sommet le rocher redescend et il doit le remonter : sans arrêt, sans succès, éternellement. Dans ce cauchemar il travaille jour et nuit, pour rien, il faut sans cesse tout recommencer. À l'extérieur, des nains joyeux, libres, au nombre de 7 circulent, partent et reviennent du travail en chantant. Ce chant lancinant, il l’entend résonner toute la nuit dans sa tête : « Heili, Aliot, on rentre du boulot ». Trumpinou comprend sa signification. Louis Aliot est le maître des horloges. Lui, il est coincé dans un travail et une fonction inutile.

Comment Trumpinou va sortir de ce traquenard ? Pendant combien de temps Louis va le laisser mariner ? Est-ce la Trumperie de trop aux yeux du RN ? Que peut faire Trumpinette pour le sortir de ce guêpier ? Veut-elle seulement l’aider ? Va-t-elle elle aussi l’abandonner ? Espère-t-elle qu’il descende encore plus bas, toujours plus bas ? Trumpinou peut-il encore espérer intégrer la liste du RN ? En quelle position ? Cette position sera-t-elle érotique ?

Vous le saurez dans les prochains épisodes de notre web série : l’union des droites, tous les lundis, en exclusivité sur notre site.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.