Trumpinou vient de se décider : il ne couchera pas avec Jean Paul Garraud pour avoir une place digne de lui aux régionales. L’union des droites à ses limites ! L’union avec les femmes politiques oui, l’union avec les hommes politiques non ! Son aversion pour les hommes politiques est trop forte, elle le révulse. Pour arriver à ses fins, dominer, il fera ce qu’il fait le mieux : le fourbe.

Trumpinette ne lui est plus d’aucuns secours depuis la vraie / fausse candidature Zemmour. La promotion de Garraud comme ministre de la Justice en cas de victoire en 2022 l’a achevée. Elle attend un message de son dieu qui lui permettrait de revenir sur le devant de la scène. Mais ce message tarde, il ne vient pas. Dieu lui a parlé pour la dernière fois lors de l’épisode de Montrouge. Depuis plus rien, silence radio, Dieu boude où fait la gueule elle ne le sait pas. Il ne lui dit plus rien. Son Dieu comme la réussite sont aux abonnés absents.

Conséquence pratique, Trumpinou se bat seul pour éviter le déclassement, pour éviter d’être rétrogradé, d’être cantonné à ce village du sud de la Gaule. Il n’en veut même pas à sa femme. Dans ces moments de grande solitude, Trumpinou est capable d’aller chercher au fond de lui, l’énergie du désespoir. Le désespoir pour lui c’est de n’avoir qu’un rôle de valet, de serviteur, de passeur de plats, de porteurs de valises . . .

Mais il sait aussi, et là c’est son expérience qui parle, qu’un valet peut être fourbe et lâche. Il se rappelle les pièces de Beaumarchais qui ont fait sa formation politique : Le Barbier de Séville, Le Mariage de Figaro et La Mère coupable. Il se rappelle le rôle des valets dans ces comédies politiques. Ces valets qui sont tout à la fois ingénieux, stupides et grossiers. Ces valets des comédies italiennes qui sont quelquefois dévoués mais souvent lâches et fourbes. Il sait, là aussi par expérience, que le valet forme avec son maître un couple inséparable, un duo complémentaire ou opposé suivant les situations. Pour lui c’est décidé : si Garraud devient le comte d’Occitanie il sera son Figaro. Comme dans les comédies de Beaumarchais, il roulera Garraud comme Figaro roulait le comte d’Almariva. Il mettra Garraud où bon lui semble, de-ci ou de-là. Il fera fi de Garraud ci où là. Dans sa tête résonne à nouveau un air de victoire, c’est un opéra : Les Noces de Figaro de W. A. Mozart ! Figaro

Garraud est-il aussi bête que Zemmour ? Trumpinou va-t-il triompher dans le rôle de Figaro ? Trumpinette va-t-elle enfin se rebrancher avec son Dieu ? Trumpinette et Trumpinou vont-ils se reconnecter pour réaliser leur projet : conquérir ensemble la région et la France ? La politique de l’extrême droite n’est-elle qu’une gigantesque commedia dell’arte ?

Vous le saurez dans les prochains épisodes de notre série : l’union des droites, en exclusivité sur notre site tous les lundis.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.