Après avoir fait le tour de leurs amis politiques Trumpinette et Trumpinou font le tour de leurs ennemis. Pour ce treizième épisode électoral dont on ne sait pas encore s’il va porter bonheur ou malheur, les Dupond et Dupont de l’extrême droite s’attaquent à la championne en titre de la région Occitanie : sa présidente Carole Delga.

Pour Trumpinette Carole Delga présente l’immense avantage d’être honnie par Trumpinou. À la différence des Brigitte, Marion, Marine, elle ne sera pas courtisée par son Don Juan de mari. Elle ne représente donc pas une forme de concurrence. Carole est une concurrente politique, mais elle n’est pas une concurrente sexuelle. C’est un peu compliqué à expliquer au commun des mortels, mais ça se passe comme ça dans la tête de Trumpinette. Elle pardonne tout à une concurrente politique qui n’est pas une rivale sentimentale. Vous me direz, ce n’est pas très politique tout ça. C’est vrai ! mais chez Trumpinette et Trumpinou la politique est faite de rivalités, d’alliances et de ruptures amoureuses. Comme Trumpinette se sent en sécurité affective avec Carole Delga, elle en profite pour taquiner Trumpinou : "Elle est mieux coiffée que Brigitte", "Elle est mieux habillée que Marion, "Elle est aussi brune que Marine est blonde". Pour la première fois depuis longtemps Trumpinette savoure la haine de sa moitié vis-à-vis d’une de ses congénères. Au fond elle se contrefiche que la Delga soit en tête dans les sondages. Ce qui compte c’est que Trumpinou haïsse cette femme.

Pour Trumpinou Carole Delga représente l’antéchrist, le diable. Une femme sans homme, une femme libre, une femme perdue. À l’extrême droite des femmes qui construisent seules leur carrière ce n’est pas difficile : ça n’existe pas ! Elles sont fille de, petite-fille de, nièce, épouse, sœur. Forcément référencées à un homme. Comme dit souvent Trumpinou à la télé, ce sont les racines chrétiennes de la France. À l’extrême droite une femme sans homme c’est comme une chaussette sans pied. Ça ne peut pas exister. Prenons au hasard l’exemple de Trumpinette, pour Trumpinou c’est simple et rassurant : sans lui elle n’existe pas. C’est lui qui l’a faite journaliste, c’est lui qui l’a faite politique, c’est lui qui l’avait faite droit-de-l’hommiste. Grâce à cette création Trumpinou peut se prendre pour Dieu. Ce que Dieu a fait en 6 jours Trumpinou, lui, l’a fait en deux mandats. C’est laborieux, mais c’est un début. Trumpinou est un perfectionniste, c’est pour ça qu’il veut être président de la région ou président de la République. Pour parachever sa création. C’est pour ça qu’il hait la Delga, il ne supporte pas que cette Carole entrave son chemin vers la présidence ! Carole pour un macho de base d’extrême droite c’est un cauchemar. C’est comme si à la fête de fin d’année devant une salle remplie d’adolescents, la meilleure danseuse du lycée traversait la salle pour inviter le plus mauvais danseur à danser un rock and roll déjanté. Le tube des sixties : « Carole ».carole 1


Trumpinette va-t-elle finir par combattre politiquement Delga ? Trumpinou va-t-il se résoudre à prendre des cours de danse pour combler son retard dans les sondages ? Est-ce que le rock and roll est la musique du diable pour l’extrême droite ? Trumpinou va-t-il occire politiquement la présidente de l’Occitanie ? Delga va-t-elle faire Barèges contre l’extrême droite ?


Vous le saurez dans les prochains épisodes de notre web série l’union des droites, en exclusivité, tous les lundis sur notre site.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.