Dans un autre village gaulois du sud de la France géré par le Rassemblement national, Beaucaire, un homonyme du maire de Béziers se présente aux élections régionales du mois de juin.

Beaucaire c’est un peu le Béziers du Gard, le maire RN Sanchez, fait tout pareil. En tout et pour tout il imite son idole Trumpinou. Et vas-y que je te débaptise la rue du 19 mars, que je te vire les commerçants maghrébins du centre-ville, que je te maltraite l’opposition municipale. Beauziers et Bécaire sont donc deux villes jumelles. Elles sont vieilles, elles sont pauvres, elles sont prisonnières du passé. À Beauziers et à Bécaire on regarde derrière, on ne regarde pas devant.

Ces jumelles politiques ont pourtant une grosse différence. À Béziers Robert Ménard est maire, à Beaucaire Charles Ménard est dans l’opposition. Autre différence à Beaucaire Charles Ménard est psychiatre, à Béziers Robert Ménard est opportuniste. Pire le Ménard du Gard va conduire la liste départementale de « L’Occitanie populaire » menée par Myriam Martin au niveau régional. Alors que le Ménard de l’Hérault n'a même pas été foutu de conduire la liste départementale du Rassemblement national conduite par Jean-Paul Garraud.

Et voilà ça devait arriver, se dit Trumpinette. Il fallait bien que quelque part en France un Ménard ne supporte pas que son patronyme soit outragé par les diatribes du maire de Béziers. Elle commence à regretter d’avoir abandonné son patronyme à elle perso, Duverger. Elle commence à regretter de se diluer dans la mise en scène permanente du couple parfait imposée par son mari. Cette ménardisation obligatoire lui pèse. Elle ne supporte plus d’être le jouet politique de son mari.

Trumpinou pensait avoir réussi à empêcher une rébellion familiale. Et voilà que la mutinerie vient de l’extérieur. Un autre Ménard se positionne en contre. Le Ménard du Gard se dit même : « Vent debout contre le Rassemblement national ». Toute la stratégie de Trumpinou reposait sur l’unicité. Il était l’élu des Ménard. Maintenant son message va être brouillé. Les journalistes vont interroger les deux Ménard, voire même favoriser l’un d’entre eux.

Charles Ménard lui ne supporte plus d’être assimilé à son homonyme biterrois. Vous me direz c’est le minimum pour un psychiatre, mais sans le savoir il vient de lancer la révolte des Ménard de France. Ceux qui veulent vivre, penser, aimer, librement sans être assimilés à l’extrême-droite. Il se murmure même qu’une révolte des Robert de France serait en gestation. Les deux mouvements en révolte envisageraient même de se regrouper sous le titre : pas en mon nom, pas en mon prénom !Ménard VS Ménard

Le Ménard du Gard va-t-il supplanter notre Ménard local ? Les Robert vont-ils se joindre à ce début de grève générale ? Peut-on porter plainte pour homonymie contrariée ? Trumpinette va-t-elle s’émanciper et reprendre sa liberté patronymique ? Trumpinou est-il vraiment l’élu des Ménard de France ? Charles va-t-il réussir à se faire élire aux Régionales là où Robert a échoué ?

Vous le saurez dans le dernier épisode de notre web série : l’union des droites, en exclusivité sur notre site, lundi prochain.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.