Trumpinette a présenté sa dernière trouvaille à sa moitié d’orange politique : se servir d’Éric Zemmour comme prête nom, comme couillon de service pour les élections présidentielles. Le moins que l’on puisse dire c’est que Trumpinou s’est montré plus que circonspect.

Pas née de la dernière pluie il subodore bien sûr la manœuvre qui vise à l’éloigner de la gente féminine politique. À l’éloigner des Brigitte, Marion, Marine. Le vieux sarcastique qu’il est devenu, décide pourtant de ne pas relever la manœuvre de sa moitié. De ne pas paraître pour un jaloux maladif, de ne parler que de politique. Il sait par expérience que dans ces moments-là, quand Trumpinette tente de régimenter sa vie politique et sentimentale il faut qu’il reprenne le dessus, le contrôle relationnel. Pour reprendre le dessus il adore théoriser, faire le docte, faire le beau. Il sait qu’il a de la marge avant qu’elle le prenne pour un beauf. À sa manière, histoire de la remettre à sa place, il veut lui donner une leçon. Afin de montrer qui est le chef, bien entendu, mais aussi pour affirmer qu’il n’est pas fini, qu’il n’est pas au fond du trou. Il choisit de polémiquer sur cette candidature pour faire apparaître toutes les failles du projet. 

Ilcommence volontairement par les aspects positifs, la bêtise de Zemmour, le fait qu’il puisse effectivement croire qu’il peut être président de la République, le fait que c’est la marionnette idéale facilement manipulable à cause de son égo. Les Dupont et Dupont de l’extrême droite se fendent même d’un fou rire convulsif quand ils se gaussent de son physique, de son nom, de son prénom. Ils y vont de bon cœur avec des blagues relous, directement issues du répertoire de l’extrême droite : « Zemmour c’est un bon à rien », « Zemmour c’est un nom pour se présenter au Maghreb », « Éric, ça fait viking, dommage que le physique ne suive pas ». Complices dans la méchanceté ils l’ont toujours été, c’est leur carburant, leur moteur. Après avoir bien ri aux dépens d’Éric, Trumpinou redevient sérieux et dézingue méthodiquement le projet de Trumpinette : et si Éric empêche Marine d’être en tête au premier tour ? et si Éric empêche Marine d’être qualifiée pour le second tour ? et si la vraie / fausse candidature Zemmour est un bide qui leur coûte leur carrière politique ? Comme à chaque fois, Trumpinette vacille. Elle est ébranlée par les arguments de Trumpinou. Il sait distiller le doute en elle mieux que quiconque, il excelle à la faire douter. Et il prend un malin plaisir dans cet exercice de destruction. Laconiquement pour arrêter sa démonstration et achever définitivement toute forme d’opposition, il lâche en faisant semblant de réfléchir : « le problème, c’est que dans Éric il y a un hic ».


Zemmour a-t-il conscience d’être manipulé par ses faux amis ? Éric est-il aussi con qu’il en a l’air ? Zemmour veut-il vraiment être candidat à l’élection présidentielle ? Marine peut-elle pardonner une candidature concurrente ? Trumpinette va-elle réussir à réveiller la bête électorale qui sommeille chez Zemmour ? Trumpinou peut-il revenir dans le match des présidentielles ? Trumpinette et Trumpinou respectent-ils leur prochain comme l’ordonne leur religion ? Trumpinette va-t-elle réussir à éloigner Trumpinou des femmes politiques ? Trumpinou peut-il composer avec les hommes politiques ?


Vous le saurez dans les prochains épisodes de notre web série : l’union des droites, en exclusivité sur notre site, tous les lundis.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.