(décembre 2019)

Chers amis antiracistes et antifascistes, chers amoureux de la paix, de l’amour sur terre et entre hommes et femmes de bonne volonté . . .         

Bonjour !

En février 2019 pour ses vœux à la population biterroise le baron noir lançait un menaçant :    

"2019, mauvaise nouvelle pour les racailles nous allons doubler les caméras de surveillance".

Une première de couverture du torchon municipal, relayée par une campagne d’affichage XXL, qui déclare la guerre au moment où l’on fait des vœux de bonheur et de prospérité. 

C’est à Béziers et nulle part ailleurs.

Cette déclaration de guerre avait alors questionné les biterrois.

Il y avait ceux qui pensaient que le clone de l’empereur de Star Wars énonçait une menace lourde de sens qui allait enfin promettre à la <<racaille>> le même sort que les rebelles intergalactiques.

D’autres, moins partisans se demandaient si le baron noir dans sa mégalomanie récurrente ne s’identifiait pas au célèbre empereur de la série Star Wars.

Rappelez-vous, un visage noir, anonyme, caché sous une capuche, qui dégageait un sentiment de menace.

D’autres, moins fans de l’espace et des guerres galactiques retenaient la stigmatisation qui se dégageait de l’affiche municipale puisque tous ceux qui portaient une cagoule étaient assimilés à la <<racaille>>.

D’autres, plus goguenard se moquaient d’un maire qui oubliait que la cagoule avant d’être stigmatisée comme costume était une organisation paramilitaire d’extrême droite dans les années trente. 

Il est rare que des déclarations de guerre ne soient pas suivi d’effets.

C’est ce qu’il s’est passé.

Le 25 février dernier en quasi simultané, la démolition du square Boniface dans le quartier de la Devèze commence. 

Elle doit être suivie de la destruction de 581 logements.

Le 26 février un incendie volontaire détruit la pelleteuse. Les travaux de démolition ne reprendront que mi-avril.

Depuis février des véhicules sont régulièrement incendiés dans des rues et quartiers de la ville.

Dans la nuit du jeudi 31 octobre au 1er novembre un incendie de diversion est déclaré dans les friches des HLM abandonnés pendant que l’école des Tamaris est entièrement détruite et le collège Krafft sérieusement endommagé.

La guerre souhaitée par le baron noir est déclarée ! 

Comme toute guerre elle prend des formes détestables qui se concentrent sur un quartier marqué au fer rouge de la vindicte municipale :

  • Plus d’aires de jeux,
  • Plus d’association comme Arc en Ciel,
  • Pas de conseil citoyen,
  • Plus de marché en plein air . . .

Ces derniers jours le baron noir arrive à regretter publiquement que des millions d’euros soient investis à fond perdu par l’état dans la reconstruction du quartier.

Chers amoureux de la paix et de l’amour sur terre entre homme et femme de bonne volonté.

L’incendiaire municipal pratique la même politique d’apartheid déguisé que dans sa terre natale.

On a vu ce qu’avait donné cet apartheid en Algérie une fracture géante entre communauté, une vraie guerre et des exactions des deux côtés.

A Béziers le chemin de la paix passe par la mise aux arrêts du fauteur de troubles local.

Pour les prochaines élections municipales, les habitants du quartier de la Devèze ont un choix à opérer : voter contre l’incendiaire en chef ou s’abstenir et subir la discrimination et la stigmatisation.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok