Chers amis antiracistes, chers amis antifascistes, chers amis amoureux inconditionnels du département de l’Hérault et de la région Occitanie, bonjour ! Après avoir cherché tous les subterfuges possibles et imaginables pour repousser aux calendes grecques des élections qu’il estimait perdue d’avance, le gouvernement vient de se résoudre à les reculer . . . d’une semaine. Le "en même temps" du je-veux-annuler-des-élections-qui-ne-me-sont-pas-favorables et du je-ne-prends-pas-le-risque-politique-de-le-faire, continue donc de fonctionner.

Classique serait-on tenté de dire, tant nous sommes habitués aux pas de deux élyséen. Ce qui est moins classique est pour l’occasion la position prise par le Baron Noir.

D’habitude si prompt à dénoncer les liberticides aux quatre coins de l’hexagone et de la planète, notre super Dupont local a fait cette déclaration surprenante le 10 avril dernier. Je cite : « Interrogé par le gouvernement, je me suis prononcé pour le report des élections prévues en juin . . . » Notre défenseur en chef de la liberté mais pas de la fraternité et de l’égalité, va donc encore plus loin que le gouvernement qu’il est d’habitude si prompt à critiquer sur ses manquements en tout genre. En effet lui n’indique aucune date de report. Pour le Baron Noir les élections départementales et régionales sont renvoyées . . . ad vitam aeternam. Ce positionnement est en premier lieu étonnant pour un toxico électoral qui adule le suffrage populaire. Le Baron Noir n’avait jamais brillé jusque-là par un abstentionnisme pur jus. À l’instar de son chien Jojo on pouvait même supposer qu’il frétillait de la queue à chaque suffrage. Le nouveau Baron Noir friserait-il l’anarchisme d’extrême droite ? Abandonnerait-il le populisme ses élections et ses séquences électorales ? Serions-nous en train d’assister à un énième virage à 180 degrés de notre girouette locale ?

C’est plus compliqué qu’il n’y paraît.

Pour mieux comprendre revenons à nos moutons électoraux.Béziers

Chers amis amoureux inconditionnels du département de l’Hérault et de la région Occitanie, si le Baron Noir abandonne sur l’autel de la pandémie sanitaire et sociale les prochaines élections départementales et régionales, c’est tout simplement parce qu’il ne peut pas les gagner ! Précision utile, quand je dis qu’il ne peut pas les gagner, je parle de lui et pas de son camp, l’extrême droite. Je me demande d’ailleurs comment réagissent ses petits camarades à sa déclaration d’annulation. Pas sûr que les ténors et cantatrices du RN apprécient ce nouveau coup de pied de l’âne. Dans son rôle presque parfait du perfide, notre Iznogood local devrait normalement en irriter pas mal. En matière électorale il existe pourtant une règle de base, celle de défendre son camp. Nous sommes surement nombreux à l’avoir pratiqué, quelquefois à contre cœur et en se bouchant le nez. Le Baron Noir s’affranchit de cette règle quand il n’est pas le premier. Le camp que défend le Baron Noir c’est celui de sa gueule et de ses intérêts. Nous, nous le savions, mais ça vient de faire piqure de rappel pour le RN. On ne va pas bouder notre plaisir. Pour ces élections le Baron Noir va donc faire le minimum. Le problème c’est que c’est toujours dans sa ville, qui accessoirement est aussi la nôtre.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.