Chers amis antiracistes et antifascistes, chers amis soignants du monde entier,

Bonjour !

Présent depuis 2014 dans la ville de Béziers, apparemment circonscrit à cette seule ville et ses environs, le corones virus c’est donc disséminé sur l’ensemble de l’arc méditerranéen. Lors de son apparition en 2014 nous avions alerté sur la dangerosité de ce virus sur nos sites spécialisés EVAB et RPH.

Nous avions alerté sur sa capacité à opérer des mutations chez des gens de gauche et de droite.

Au moment où la pandémie déborde de la zone où elle semblait être confinée pour atteindre : Agde, Sète, Frontignan, Lunel, Perpignan, Marseille . . . Au moment où la côte d’alerte atteint un niveau hallucinant à Béziers. (61 % )
Nous vous proposons de nous attarder sur les caractéristiques du corones virus et les différents moyens de s’en protéger. Les études épidémiologiques menées depuis 2014 ont permis de retrouver le patient zéro, le porteur initial du virus. Ce patient zéro, étrangement affublé d’un sobriquet inquiétant : le baron noir. Ravive toutes les thèses complotistes.

Quand, comment et pourquoi, ce patient zéro à propagé la maladie ?

Dans l’état actuel de nos recherches nous ne savons pas si le patient zéro était porteur sain lorsqu’il sillonnait le monde pour une Organisation Non Gouvernementale. Selon des sources autorisées il aurait contracté le virus en Chine en 2008 au moment des jeux olympiques. Une déconvenue professionnelle au Qatar lui aurait donné l’idée de rebondir en pays cathare. Selon la revue médicale Boulevard Voltaire le corones virus viendrait d’un sujet porteur initial le Rassemblement National. Le virus aurait ensuite évolué en opérant sa mutation à partir d’un autre sujet, la droite.

Selon les épidémiologistes, le baron noir, aurait fait passer l’épidémie en pandémie après l’union des droites.

Dans sa diffusion initiale en 2014 le corones virus présente les mêmes caractéristiques qu’actuellement : les personnes infectées ont de la fièvre, elles délirent et invectivent, elles sont assez agressives, voire belliqueuse. Elles voient leurs appareils génitaux enfler au point de devenir un second cerveau. A ce stade de la maladie il semble que les sujets porteurs manquent de discernement.
Chez certains sujets il peut apparaître une véritable psychose : la peur de l’étranger, étranger qui par un retournement de situation est accusé de propager des maladies infectieuses.
Contraintes de résonner avec leurs appareils génitaux les personnes atteintes de Corones virus développent une importante faculté à parler de tout et souvent de rien. Cette propension à brasser du vent entraîne une saturation de l’espace public totalement dommageable aux liens sociaux : les gens ne se parlent plus, ne communiquent plus, voire dans certains cas se haïssent. Les personnes infectées depuis de nombreuses années développent même des formes extrêmes très pathologiques.

Ils vont jusqu’à proférer des menaces où des passages à l’acte. La recherche n’a pas encore trouvé le vaccin contre le corones virus. Des tests en laboratoire ont démontrés que le virus se propageait facilement dans des situations de paupérisation, d’abandon, d’acculturation et de misère sociale. Selon les spécialistes seule la gauche serait en mesure de contrer la propagation du corones virus. Mais l’éparpillement de ses laboratoires de recherche ne permet pas pour le moment de faire face à la pandémie.

Au vu des ravages provoqués à partir de la ville infectée de Béziers, nous ne pouvons souhaiter, chers amis soignants du monde entier, que la pandémie locale, Maintenant régionale,
Ne finisse pas en pandémie nationale et internationale.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.