Chers amis antiracistes, chers amis antifascistes, chers amis amoureux des gens, des bêtes et de la cause animale . . . Bonjour ! Un vieux dicton populiste « Ceux qui aiment les bêtes, aiment les gens. » a été ridiculisé par les nazis. Ils aimaient leurs chiens, mais ils n’aimaient pas tous les gens.

Surtout les Juifs, les Gitans, les handicapés et les pédés. Pas encore les Arabes ça viendra plus tard. Les nazis aimaient leurs chiens d’un amour que l’on pourrait qualifier... d’autoritaire. Ils aimaient les tenir en laisse tout de cuir vêtu. Sait-on pour autant si les chiens aimaient les nazis ?

On devrait s’en préoccuper : l’attachement des chiens à leur maître est une vraie question.

Prenons au hasard l’exemple du Baron Noir. Son chien Jojo passe son temps à se morfondre dans un appartement sans jardin. Quand il sort c’est pour suivre son maître partout :à la mairie, à l’agglo, pour serrer des mains sur les allées. Certes le Baron Noir n’a pas fait siéger Jojo au conseil municipal comme Caligula en nommant son cheval sénateur. Mais Caligula était un cas extrême pas forcément de droite ! On peut toutefois se demander si Jojo a un intérêt quelconque à mettre ses pattes dans les pas de son maître ? On peut se demander si le destin canin de Jojo est un destin de représentation politique ?

À mon avis, non !

Jojo comme tous les chiens du monde aimerait gambader, renifler, courir, sauter, librement dans une nature ouverte. Vous me direz, oui mais Jojo est tenu en laisse à l’instar de tous les biterrois. C’est vrai mais lui il n’a pas voté. Est-on sûr que si Jojo avait pu voter il aurait voté pour une vie de chien ? Ce n’est pas sûr, les chiens ont un instinct que n’ont pas les humains. Est-ce-que vous pensez, par exemple, que Jojo aurait voté pour les amendes de crottes de chiens, pour les tests ADN, pour les hauts parleurs et les caméras de vidéosurveillance.

Ce n’est pas sûr, les chiens, eux, ne sont pas procéduriers.

Chers amis amoureux des gens, des bêtes et de la cause animale, une évidence s’impose : il faut libérer Jojo ! Ou à tout le moins aider Jojo à briser sa chaîne, sa laisse. Jojo ne peut plus être l’otage politique du Baron Noir ! Les chiens ont droit eux aussi à une vie libre ! Pour libérer Jojo on peut créer un comité de soutien, publier une revendication : « Libération immédiate de notre camarade, Jojo injustement emprisonné ». On peut aussi lui donner envie de s’émanciper seul, en lui donnant des idées, comme par exemple en lui faisant écouter la chanson ‘’Mirza’’ de Nino Ferrer ! Qui sait ça donnera peut-être des idées aux biterrois . . .

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.