Au mois de janvier dernier, "En Vie à Béziers, l'émission" avait consacré son dossier à l’extrême droite et les médias et sa tentative de les infiltrer et en particulier les chaînes d’information continue et certains titres de la presse écrite. On avait parlé entre autres de Cnews, de Sud Radio ou de Valeurs actuelles.Des médias on ne peut plus traditionnels que sont la presse écrite ou la télé de papa/maman ! Mais il faut être plus moderne, plus d'jeuns et les réseaux sociaux sont là pour accueillir la nouvelle fachosphère, sans aucun contrôle, en particulier la chaîne Youtube. (1)

De nombreux youtubeurs distillent – sur le ton de l’humour – un discours néofasciste qui a conquis un public large et jeune. Une formidable opportunité pour le Rassemblement national. Papacito, Valek, Bruno le Salé, El Rhayan, mais aussi Raptor dissident ou Lapin du futur, ces noms ne vous disent rien et pourtant ils sont les soldats d’une bataille culturelle qui passe pour l’essentiel en dessous des radars médiatiques. Ils sont les figures d’une contre-culture dont il est difficile de mesurer l’ampleur mais dont les vidéos font des centaines de milliers de vues, participant à la formation politique d’un public jeune en rupture avec les médias traditionnels.
Alors que les partis politiques sont à l’agonie, transformés pour la plupart en réseaux d’élus sans militants ou presque, ils se sont donné pour mission d’entretenir un contre-discours face à ce qu'ils appellent le « progressisme ». Ils alimentent et popularisent auprès de ces nouveaux publics les thèses de l’extrême droite, un bruit de fond d’un racisme décomplexé et rigolard, d’un néofascisme débonnaire. Leur marque de fabrique ? Un discours identitaire s’appuyant sur un racisme obsessionnel, la haine des féministes, des homosexuels et de la « droite molle » presque autant que des « gauchistes ».
Question abonnés, ça ne rigole pas avec plusieurs centaines de milliers pour chacune de ces chaînes Youtube. Et croyez-moi, regarder ces chaînes et les propos qu'y s'y tiennent donnent froid dans le dos ! Les blagues racistes s’enchaînent et on éclate de rire en s'offrant des « gâteaux arabes".
On ne supporte pas les manifestations antiracistes et en particulier le mouvement Black Lives Matter. Je cite l'un des auteurs : "Si je devais résumer Black Lives Matter aujourd’hui […] je dirais que c’est d’abord des Blancs tabassés, des commerces pillés, des œuvres d’art censurées et des statues déboulonnées. Donc cassez pas les couilles avec le racisme, ça commence à m’agacer », conclut celui qui est également auteur à succès chez Ring, la maison d’édition préférée de l’extrême droite.
Toujours dans l'antiracisme : Je cite encore :"derrière la France, il y 1 600 ans de blancheur et de chrétienté façonnées par Louis VI le Gros […]. Le Gros parce qu’il avait tellement de couilles qu’on ne savait pas si c’était un sceptre ou un sgeg." Quelle finesse dans le propos !
Quant au contrôle au faciès, "si les Noirs et les Arabes se font plus contrôler, c’est qu’ils commettent plus de délits." "Du bon sens", plaide le youtubeur. Les mêmes vantent évidemment la supériorité de la civilisation blanche européenne, de vidéos en vidéos, par des saillies du type : « Peut-être que l’Afrique, une bonne partie du monde arabe ou du 93 auraient plus besoin de Bach ou de Mozart pour s’élever un peu. »
L’homophobie est l'autre obsession de ces chaînes, qui ne cessent de déplorer la perte des valeurs masculines. Anti féministes aussi tous ces youtubeurs. L'un d'entre eux arborant même un T-shirt siglé « Feminist is cancer » et annonçant que Simone de Beauvoir est une « pute collabo », une « communiste », le tout se terminant par cette brillante formule paraphrasant Beauvoir : « On ne naît pas salope, on le devient. » Du grand art !
Pour finir par s'en prendre à la chanteuse Yseult : Je cite : "la seule différence entre elle et une boîte de chocolats, c’est que cette dernière sur l’emballage essaie au moins de cacher son gras ». Quelle élégance ! On n'est pas loin des propos qui ont valu au biterrois Michel Bousquet une condamnation à 4 mois de prison avec sursis.
Désireux de capter leur impressionnante audience en ligne, les médias traditionnels d’extrême droite ont commencé à offrir à ces vidéastes une nouvelle caisse de résonance. et cette mouvance Youtube a table ouverte désormais à Valeurs actuelles ou encore à Sud Radio. La boucle est bouclée !


(1) Lire l'enquête complète "Les Youtubeurs de la haine" de Lucie Delaporte sur Médiapart.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.