On appelle « identitaires » les théories de la race, de l'ethnicité, de la nation en tant qu'entité fermée aux autres et aux métissages. La pensée identitaire a conduit dans les années quarante à la notion de « socialisme identitaire ou ethnicisé », issue d'un Waffen SS d'origine française, le national-socialisme. Le mantra de Ménard : « en centre-ville de Béziers, ne sont pas souhaités les Arabes, les Gitans...et les pauvres ».

Dès le début de sa campagne électorale de 2013-2014, il est accompagné auprès des électeurs par Christophe Pacotte, l'un des dirigeants du Bloc Identitaire, fondé en 2002, après la dissolution du GUD (groupe d'Union Défense), associé au mouvement Troisième voie de Serge Ayoub, suspecté dans l'assassinat du jeune Clément Méric en juin 2013, et dont les actions violentes ont entraîné des peines de prison et amendes multiples. De doux théoriciens politiques…

Les liens de Pacotte avec le Bloc Identitaire ayant été pointés, Ménard feint de les découvrir et l'écarte de son entourage. Il le laissera quand même faire la campagne de l'extrême-droite pour les départementales.

Après Pacotte, vient André-Yves Beck, du cabinet de Bompard à Orange, comme directeur de cabinet. Il est assis derrière le maire aux séances du conseil municipal et est considéré comme la tête pensante de la mairie. Il change le chef de la police municipale, fait licencier 6 chefs de service de la mairie pas assez droitiers, et finit par quitter la mairie après dispute avec Ménard.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok