Chers vices présidents et présidentes de la communauté d'agglomération de Béziers Méditerranée, chers conseillers et conseillères, notre dessinateur préféré, Clo pour ne pas le nommer, vous a réservé un de ses dessins d'humour dont il nous fait l'honneur. De quoi est-il question ? De l'extension de la mutuelle dite communale de Béziers à l'agglomération par son nouveau président à compter du 1er septembre. Clo a pastiché l'affiche de promotion de la mutuelle dont vous n'avez pas raté le magnifique graphisme. Il a remplacé Wonder Woman - une effigie pas très biterroise vous me direz- par la figure plus traditionnelle du Grand Méchand Loup qui s'écrit goguenard : "C'est pour mieux te manger mon enfant".

Seules 9 communes, dont Béziers, ayant manifesté leur intérêt pour cette mutuelle, on imagine que les autres ont humé le traquenard. Et comme vous n'avez rien du petit Chaperon rouge, vous avez peut-être subodoré que la publicité faite à cette mutuelle permet d'afficher des préoccupations sociales sans débourser un sou, comme s'en est vanté le maire de Béziers. Vous en conviendrez, l'expression "mutuelle municipale" est abusive, puisqu'il s'agit de faire la promotion d'une mutuelle privée. Dans le même temps la municipalité a instauré cette année par le biais du CCAS (le centre communal d'action social) qui - lui- est bien communal, l'aide sociale au mérite. Un pauvre, pour Robert Ménard, c'est donc quelqu'un qui a démérité.

Chers conseillers, allez visiter le site de Mut'Com la bien-nommée et vous ne serez pas étonnés de vous apercevoir que le public précaire visé sont les seniors, les artisans,les commerçants et les jeunes chômeurs, bien ressemblant à l'électorat ciblé par le maire. Les adhérents de plus de 55 ans peuvent par exemple bénéficier d'une aide de 40 euros pour acheter une licence sportive ou participer à une association culturelle communale. Ne serait-on pas dans la délégation de service sans la nommer ? Mais d'où sort cette mutuelle qui serait si avantageuse ?Vous avez certainement  eu vent que cette mutuelle est proposée dans plusieurs villes frontistes et qu'elle est une émanation de l'entreprise Traditia, basée à Bordeaux.Traditia est une boîte de conseils en investissement et optimisation fiscale dans le domaine de l'assurance, du patrimoine notamment cultuel, de la finance ou des courses de chevaux. Donc rien de très philanthropique. La mutuelle ressemble fort à un produit d'appel pour proposer d'autres offres plus rentables à des bourses plus fortunées.

Son directeur général Robert Ottaviani, qui est aussi gérant de l'AFPT, assurance de la fonction publique territoriale, est un ancien cadre du Front national. Quand Marine Le Pen a pris la tête du parti d'extrême-droite en 2011 contre Bruno Gollnish, Robert Ottaviani a probablement joué un rôle de médiateur entre elle et les identitaires dont il est proche pour signer un pacte de non agression. Or le parti traverse une nouvelle crise dont les identitaires tentent de tirer profit ou favorise pour affaiblir la fille de Jean-Marie Le Pen. Il est très possible que le soutien de Robert Ménard à Aliot à Perpignan ou la promotion de cette mutuelle proche des milieux traditionnalistes catholiques participent de cette tentative de recomposition politique de l'extrême-droite, dans laquelle les administrés de la communauté d'agglomération Béziers Méditerrannée n'ont pas grand chose à voir, vous en conviendrez. Chers conseillers et conseillères, chers vices-présidents et présidentes, à bons entendeurs, salut.    

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.