Le collectif de collages féministes de Béziers et la jeunesse populaire du Biterrois (JPB) s’associent cette année pour organiser la première pride de notre jolie ville. L’an dernier, le collectif a manqué de temps et de moyens pour organiser cet événement, nous espérons que cette alliance inédite permettra de mener ce projet à son terme. Celui-ci doit conduire à faire de la marche des fiertés biterroise une véritable institution sur la durée.

La défense de l’égalité concrète est un combat de tout instant. Nos revendications sont variées. Pour n’en citer que quelques-unes, elles visent en premier lieu les « ratés » de la loi bioéthique de 2021 qui n’ouvrit pas la PMA aux personnes trans disposant de capacités gestationnelles. Nous exigeons également que l’exécutif déploie sans plus tarder une véritable politique de prévention relative à la variole du singe dont les infections frappent de plein fouet les personnes LGBT en particulier les HSH. De même, les associations LGBT dénoncent à juste titre un véritable retard dans la campagne de vaccination des populations concernées. Cette marche inclusive nous permet d’exiger également que l’individualisation de l’allocation adulte handicapé (AAH) soit actée sans délai, et non pas repoussée au 1er octobre 2023 tel que la loi l'établit. Enfin, face aux offensives réactionnaires qui secouent l’Europe et les États- Unis, nous exigeons que le droit à l’avortement soit inscrit dans la Constitution.

Le racisme, l’homophobie et la transphobie ont triomphé lors des dernières élections législatives. Dans la 6e circonscription de l’Hérault au second tour, des milliers d’électeurs se sont tournés vers Emmanuelle Ménard acceptant alors ses positions réactionnaires pourtant de notoriété publique. Nous n’oublions pas que cette dernière reste très proche de groupuscules fondamentalistes et anti laïcs tels que Civitas ou l’Opus Dei qui ont noyauté les cortèges de la manif pour tous il y a dix ans déjà. La jeunesse de Béziers tient à montrer à la face du monde qu’elle se dresse contre toute forme de discrimination. Elle appelle chaque force progressiste du mouvement social à la rejoindre le samedi 24 septembre à 14 h sur la place Jean Jaurès. Une prise de parole des personnes concernées et des partenaires associatifs, syndicaux et politiques se tiendra à 15 h devant le théâtre à l’issue de la marche.