Le Journal de Béziers (JDB) est donc devenu, par la seule volonté de son directeur de la rédaction, le Journal du Biterrois (JDB). Sans cette précision, apportée très discrètement en petits caractères sur la première page de couverture, personne ne se serait aperçu de ce changement, tant la forme et les contenus du Journal du Biterrois sont semblables à ceux de son prédécesseur.

Le conseil communautaire (assemblée délibérante de la communauté d'agglomération Béziers Méditerranée) a décidé, dans sa séance du 7 décembre 2020, de regrouper les services communication de l'agglo et de la ville de Béziers. Les effets de cette "mutualisation" sont au seul bénéfice de la ville de Béziers.

Une communication uniformisée

La communication d'une commune est très différente de celle d'un EPCI  (établissement public de coopération intercommunale) de la taille de la CABM : il est à craindre que le service communication "nouveau", installé dans les locaux de la ville de Béziers, importe la culture communale dans l'EPCI qui est composé de communes rurales.

Ainsi, les spécificités de la communication de l'EPCI se trouveraient bien peu respectées : l'entreprise de phagocytage des communes de l'agglomération par le maire de Béziers se poursuit !

Une communication au profit de la ville de Béziers

Le JDB n° 6 du 1er décembre 2020 comprend 36 pages. Les surfaces consacrées à la seule ville de Béziers occupent plus de 13 pages alors que deux pages seulement sont réservées aux autres communes membres :

                                                    EVAB JDB larnaque JC image 1

Ainsi la ville de Béziers se taille-t-elle la part du lion au détriment des communes rurales qui sont membres de la communauté d'agglomération et qui participent pourtant au financement du JDB. Et le JDB consacre deux fois plus d'espace à la ville de Béziers (37%) qu'aux informations relatives à la communauté d'agglomération (15%) :

                                                     EVAB JDB larnaque JC image 2

Le Journal du "Biterrois" ? Une nouvelle arnaque de Robert Ménard !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.