Encore une fois, la Bourse du Travail de Béziers a été menacée par le maire Ménard. Au-delà de la forte charge symbolique et politique de sa décision initiale d’expulsion des syndicats et d’installation en ces lieux de la police municipale, il est nécessaire de rappeler l’importance des Bourses du Travail dans la construction des luttes collectives et dans la défense des droits des travailleurs, des chômeurs, des précaires. Car, même si cette décision est pour le moment suspendue, il faudra rester vigilant aux attaques qui pourraient mettre de nouveau en péril à la fois le lieu et ce qu’il incarne...

Les Bourses du Travail, outils de lutte et d'émancipation

Les Bourses du Travail sont une synthèse du mouvement syndical, basée sur un projet de société, sur un instrument d’organisation et sur une stratégie de lutte : proposer un syndicalisme autonome et indépendant de tout parti et représentation politique, développer une solidarité interprofessionnelle et géographique et s’inscrire dans une démarche d’éducation populaire, professionnelle et sociale.

En 1891, quatre ans après la création de la première Bourse du Travail à Paris, la Bourse du Travail de Béziers est créée. Cette structure syndicale participera en 1892, au côté de neuf autres Bourses, à la fondation de la Fédération des Bourses du Travail de France et des Colonies.

La Bourse du Travail de Béziers, souvent déplacée, jamais désunie

Depuis sa création, la Bourse du Travail de Béziers a été installée, au gré de décisions politiques ou d’évènements historiques, dans divers lieux de la ville. De 1891 à 1897, ce sera au 24, rue de la République. En 1897, elle déménagera au 2, rue Relin, dans les locaux de l’ancienne école supérieure de filles, avec un agrandissement en 1937 au n°4 de la même rue. En 1942, suite à l’évacuation du quartier St Nazaire par ordre de l’armée allemande, elle sera transférée à l’école Boudard, 1 rue du Sergent Blandan, où elle demeurera jusqu’en 1959. De 1959 à 1970, elle occupera une partie de l’ancien Hôtel de la 61ème Brigade, place Emile Zola, dans les bureaux aujourd’hui occupés par l’OPHLM.

Enfin, en 1970, le maire Brousse inaugurera les locaux actuels, au 57 boulevard Frédéric Mistral. Le bâtiment, construit en 1897 sous la Troisième République, fût dans un premier temps destiné à accueillir l’école pratique de commerce et d’industrie, puis un collège technique, avant de devenir notre Bourse du Travail. Depuis 130 ans, la Bourse du Travail de Béziers est toujours restée un lieu d’unité syndicale, un lieu de construction collective des luttes et de défense des droits.

C’est donc, aujourd’hui comme demain, un patrimoine social à protéger, un « bien commun » à préserver, une Zone à Défendre.

 

Par Flor Azadel

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.