L’année 2021 commence mal pour les Ménard. Madame inaugure l’année en faisant l’unanimité contre elle à l’Assemblée (en souhaitant un état national catholique et pétainiste qui remplace la république). Monsieur voit ses espoirs d’une candidature commune avec la mairesse LR de Montauban aux prochaines élections régionales s’évanouir (elle est condamnée à 5 ans d’inéligibilité). Difficile de faire pire en quelques semaines.

Aux mauvaises nouvelles de l’hémicycle, viennent donc se rajouter les mauvaises nouvelles de Montauban, à la suite de la condamnation à 5 ans d’inéligibilité par le tribunal correctionnel de Toulouse. Conséquence pratique, B. Barèges doit quitter immédiatement ses fonctions de mairesse et de présidente de l’Agglomération et elle ne peut plus se présenter aux prochaines élections régionales. Ce qui exclut un ticket Barèges / Ménard qui était donné dans un sondage à 14 % des intentions de vote. L’appel intenté par Barèges n’est pas suspensif, cette sanction est immédiate. Barèges était mairesse de Montauban depuis 20 ans. Elle avait remporté la mairie en 2001 en battant une municipalité historiquement ancrée au PS. Elle avait alors mené campagne contre l’insécurité et la corruption. Vingt ans après c’est elle qui est accusée et condamnée pour corruption (12 mois de prison avec sursis et 15 000 euros d’amende). Les faits jugés remontent aux années 2012 / 2014 et concernent une communication financée sur fonds publics. Barèges était alors mairesse et menait campagne pour sa réélection. Son ancien chargé de communication J.P Fourment était alors payé par la collectivité pour écrire des articles à la gloire de sa patronne dans « Le petit journal ». Barèges est mise en examen en 2015, elle vient d’être condamnée. Ses collaborateurs de l’époque, J.P Fourment et A. Paga (directeur du petit journal), sont eux condamnés à 10 mois de prison avec sursis pour « recel de fonds publics détournés ». L’ancien directeur de cabinet de Barèges, S.Bensmaine, qui était lui aussi mis en examen est relaxé. Barèges a reconnu au tribunal  « un manque de rigueur, voire une certaine confusion ». L’avenir dira si aux ressemblances politiques entre la mairesse de Montauban et le maire de Béziers s’ajoutent aussi des ressemblances de gestion. La place du « Journal de Béziers » dans la dernière campagne électorale ayant localement interrogé.
Côté Barèges en tout cas c’était écoutez ce que je dis, ne regardez pas ce que je fais.
Mais ça nous le savons, c’est le propre de l’extrême droite !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.