Réuni le 6 avril 2021, le conseil municipal a adopté le compte administratif 2020 qui retrace les dépenses et les recettes réalisées du 1er janvier au 31 décembre 2020. Voici quelques éléments d'analyse de notre spécialiste.

En investissement, un solde de "restes à réaliser" très déficitaire

 

INVESTISSEMENT

FONCTIONNEMENT

RECETTES 2020

61 307 829.93

129 581 607.85

DEPENSES 2020

58 290 808.51

111 370 921.51

RESULTAT 2020

3 017 021.42

18 210 686.34

RESULTAT 2019

- 3 885 039.23

2 200 000.00

RESULTATS CUMULES

- 868 017.81

20 410 686.34

 Le résultat des deux sections cumulées fait apparaître un excédent de 19 542 668.53 euros. Or, le solde des restes à réaliser (dépenses et recettes engagées mais non mandatées) est très déficitaire :

RESTES À REALISER EN RECETTES

2 069 000.00

RESTES À REALISER EN DEPENSES

10 006 000.00

SOLDE

- 7 937 000.00

En section d'investissement pour le budget 2021, ce sont donc des crédits de près de 8 millions d'euros supplémentaires qu'il convient d'inscrire… Et le résultat net de clôture s'établit à seulement à 11 605 668.53 euros.

 

Le constat d'une pression fiscale toujours croissante

Le rapport de présentation du compte administratif met en exergue un maintien des taux des impositions locales. Mais, à défaut de baisse des taux, la revalorisation annuelle des valeurs locatives entraîne mécaniquement une hausse de la cotisation acquittée par chaque contribuable. Le produit des impôts acquittés par les ménages (taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti) augmente ainsi de + 2.35 %. Pour une habitation de 150 m2 et pour la seule part versée à la commune, la taxe foncière sur les propriétés bâties évolue comme suit :EVAB conseil municipal 2021.04.06 compte administratif 2020 JC image 1

Dans une ville où la population est très paupérisée, une telle augmentation de la pression fiscale est insupportable pour beaucoup…

 

Des investissements orientés vers des politiques en trompe l'œil

Les dépenses d'équipement réalisées en 2020 révèlent des choix politiques privilégiant les apparences et le prestige plutôt que la réalisation d'équipements au service de tous. Des autorisations de programme (affectations de crédits à des opérations se déroulant sur plusieurs exercices) ont été votées depuis 2014 et sont en cours de réalisation. D'une manière générale, l'exécution de ces opérations est très en-deçà des prévisions : le rapport de présentation du compte administratif 2020 reconnaît un taux de réalisation de l'ordre de 70% seulement. Le détail de opérations qui peinent à être réalisées est significatif des choix de Robert Ménard en matière d'investissement :

OPERATION

CREDITS 2020

REALISE 2020

%

accessibilité

430 000

256 000

67.96%

écoles

4 073 000

3 400 000

83.47%

renouvellement Devèze

1 320 000

820 000

62.12%

5 000 arbres pour Béziers

330 000

118 000

35.75%

 En revanche, s'agissant des dépenses de prestige (embellissement du centre-ville, liaison 9 écluses-acropole, plan lumière…) les crédits inscrits ont donné lieu à une presque complète consommation !

 

Un ratio de solvabilité dégradé

Le ratio de solvabilité est le rapport entre l'encours de la dette (le total des emprunts que la commune doit rembourser) et l'épargne brute (différence entre les dépenses et les recettes de fonctionnement). Entre 2019 et 2020, ce ratio passe de 4.5 à 4.7 (années) ce qui traduit une détérioration de la situation :

 

2019

2020

ENCOURS DE LA DETTE

106 048 000

102 774 000

EPARGNE BRUTE

23 376 000

21 794 000

RATIO

4.5

4.7

Malgré une diminution – modeste – du stock total de dette, le nombre d'années nécessaires pour la rembourser passe de 4.5 à 4.7 années.

Robert Ménard ne peut qualifier sa gestion de vertueuse : de nombreux résultats de l'exercice 2020, constatés au compte administratif, dévoilent des trompe-l'œil …qui ne trompent que de moins en moins de Biterrois.

 

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.