Le JDB est devenu…le JDB ! Le Journal de Béziers est donc devenu le Journal du Biterrois. Changement de titre mais : même format, même graphisme, mêmes contenus indigents, même propagande proménardienne. Le JDB s'autoproclame "libre". Sous le titre "LIBRE, LUI…"une affiche le proclame : le JDB est libre. Libre ? Pour être libre, il faut un minimum d'indépendance.

Or les articles ne sont pas rédigés par des journalistes mais par des agents rémunérés par la collectivité et placés sous la direction du maire, voire même par Ménard lui-même; le JDB est de plus conçu par le service communication de la ville de Béziers; enfin le JDB est imprimé et diffusé aux frais de la collectivité dont le chef de l'exécutif est Robert Ménard.

Et il faudra bien qu'un jour le directeur de la rédaction précise quel est le coût de ce torchon propagandiste qui est désormais "partout" ("je suis partout", ça vous rappelle quelque chose ?).

Bref, ce canard, très enchaîné, répond aux seules directives du locataire de l'hôtel de ville et, maintenant, de l'hôtel communautaire pour assurer, sans partage, son autopromotion. Il véhicule les valeurs de la famille, de la patrie et du travail (pardon, je ne l'ai que dans le désordre…) ; le JDB est le bulletin d'un chef, d'une population et d'un territoire (pardon, je ne l'ai encore que dans le désordre). Mais, persiste Ménard, envers et contre tous, imaginant que la répétition vaut vérité, il est libre, le JDB !

C'est que, il faut le rappeler, un Ménard, ça ose tout…et c'est même à ça qu'on le reconnaît.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.