Robert Ménard s'oppose au transfert de la compétence "Plan local d'urbanisme" à l'intercommunalité. Les motifs exposés pour justifier une telle opposition ne semblent pas très sérieux :


- la lutte contre l'étalement urbain serait mieux assurée si le Plan était élaboré par la ville : un plan intercommunal peut parfaitement prendre en compte ces exigences
- la promotion d'un urbanisme de qualité relèverait de la seule capacité de la commune : quand on voit les projets d'immeuble sur la place de la Madeleine et celui de la place de Gaulle, on est en droit d'en douter !
- la traduction des exigences "supra-communales" (SCOT…) serait mieux assurée par la commune : cela n'est en rien démontré ; au contraire, un plan intercommunal semble plus soucieux de l'intérêt d'un ensemble de communes qu'un plan strictement communal qui risque de ne pas voir plus loin que ses limites territoriales.

À l'heure où les mutualisations et l'inter-communalisation des compétences et des moyens sont accrues afin de générer des économies d'échelle, s'opposer au transfert de la compétence d'élaboration d'un plan local d'urbanisme intercommunal relève d'une vision conservatiste, passéiste et étriquée de l'urbanisme.

En outre, pour le maire de Béziers, c'est faire bien peu confiance au président de la communauté d'agglomération…

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.