L'horreur, encore une fois ! Je suis Charlie, Je suis prof ! Je suis enseignant mais surtout je suis en colère ! L'obscurantisme religieux s'est une nouvelle fois attaqué à la République ! Nos ancêtres de la fin du 19ème siècle et du début du 20ème avaient réussi à exclure l'église catholique du monde de l'éducation avec la loi sur la laïcité de 1905.

Le débat, à sa juste place, avait accouché de mesures historiques : séparation des églises et de l'État, liberté de conscience, de croyance ; une loi qui a permis pendant plus d'un siècle de maintenir la religion dans la sphère privée l'excluant, de fait, des décisions politiques publiques. Une loi de tolérance et d'apaisement, car les religions portent elles leur propre intolérance qui sous couvert de paix et d'amour sont dans l'histoire des entreprises de violences et de guerre. Chacune ayant vécu ces périodes de crimes et d'extermination.

Tout a basculé avec les religions monothéistes. S'il n'existe qu'un seul Dieu, celui auquel croit mon voisin, s'il n'est pas le même que le mien, est forcément un faux Dieu, un Dieu imposteur et donc illégitime. Celui qui croit en lui est donc dans l'erreur. Il faut donc le convertir pour qu'il rejoigne le royaume des créatures de mon Dieu, le seul véritable ! S'il résiste et refuse de se convertir et d'abjurer, s'il se montre récalcitrant à ma vérité, c'est un mécréant, un hérétique, il appartient aux forces du mal et mérite donc la mort. L'intolérance et la haine de l'autre ont commencé par le refus d'accepter la différence de croyance. Et je ne parle pas de ceux qui avouaient ne croire en aucun Dieu. Pour eux, même punition bien sûr. Et les mots n'ont pas manqué pour qualifier ceux qui ne se soumettaient pas à la loi de Dieu : athées bien sûr mais aussi agnostiques, incroyants, irréligieux, infidèles, incrédules, impies. Que des préfixes négatifs ! Et que de meurtres et de sang depuis des siècles et jusqu'à aujourd'hui ! 

La religion porte en elle la violence et la guerre !  Et tous les textes consacrés à l'anthropologie religieuse s'accordent sur un point : les Dieux ont toujours soif de sang !

Pourtant Dieu n'est qu'une hypothèse, et "la croyance, une certitude sans preuve" (comme dit Jean Claude Carrière*) et pour asseoir sa légitimité, ce Dieu virtuel transmet ses volontés à travers les "écritures", les "tables de la loi", les "testaments". Siècle après siècle se sont bâti les "saintes écritures", kit du prêt à penser pour répondre à toutes les questions, kit du prêt à vivre pour des générations. Mais ces textes, Bible, Coran, Torah ont été utilisés dans une même pulsion de pouvoir, de mort et par une série de mépris et de haines identiques.

C'est la Bible à la main et Jeanne d'Arc comme étendard que Marine Le Pen attise la haine des musulmans et la xénophobie. C'est sous couvert de l'histoire du peuple juif contenue dans la Torah qu'on expulse, humilie, colonise et massacre les Palestiniens. C'est au nom du Coran que Samuel Paty a été décapité à Paris. Les catholiques en leur temps ont fait couler le sang de ceux qui ne faisaient pas allégeance à l'église au nom de cette même Bible : massacre des cathares, inquisition, croisades diverses, Saint Barthélémy et j'en passe ...

Tous ces combattants de la foi, ces fous de Dieux sèment donc la terreur, en tout temps et en tous lieux au nom d'un Dieu soi-disant d'amour et de paix. Comment en est-on arrivé là en 2020 ? Comment a-t-on pu autant régresser dans la défense des valeurs humanistes et universalistes de la République malgré la loi sur la laïcité ?  La liberté de croire ou ne pas croire n'exclut pas la critique des croyances, la liberté de culte n'exclut pas la critique des religions. Les valeurs de la République et la laïcité sont un barrage à l'obscurantisme religieux qui tente de les mettre à mal. La tolérance ne doit pas se transformer en complaisance car les libertés se sont bâties contre les religions, c'est donc nos libertés individuelles et collectives qui sont en cause et qu'il faut donc défendre.

Quant à moi, je préfèrerai toujours l'esprit des Lumières au Saint Esprit !

 * Croyance de Jean Claude Carrière, éditions Odile Jacob, 2015

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.