Philosophe français, Jean-Luc Nancy est né le 26 juillet 19401 à Bordeaux et mort le 23 août 2021. Selon la notice que lui consacre Wikipedia, sa rencontre de Derrida, ses lectures de Althusser, Deleuze, Heidegger, Blanchot, Hölderlin, le conduisent à penser un monde fragmenté, irréductible à la systématicité moderne. C'est avant tout la pensée de la communauté qui sert de fil conducteur aux écrits de Nancy.

Sa pensée prend un tour de plus en plus historique, car la communauté s'est mondialisée : elle repose simplement sur le capitalisme et donc sur la loi de l'échange, c'est-à-dire de l'équivalence générale entre tous les biens et toutes les existences.

Il faut revenir, dit Jean-Luc Nancy, sur ce qu'ont été les civilisations pour saisir leur érosion par le capitalisme, pour dénoncer les inégalités que tolère et provoque la loi de l'équivalence générale, pour tenter de capter les signaux d'une mutation que nous ne pouvons anticiper, en insistant dans notre présent sur la valeur infinie et incomparable de chaque existence singulière, aussi finie soit-elle.

De ce philosophe discret (et controversé !), on peut lire, parmi sa production écrite prolifique, ses trois derniers ouvrages en lien avec l'actualité :
- La Peau fragile du monde, Paris, Galilée, 2020

- Un trop humain virus, Paris, Bayard, 2020

- Mascarons de Macron, Paris; Galilée, 2021