Société

Une réforme « courageuse » comme les précédentes aboutissant à dépouiller les pauvres pour gonfler les poches des riches en affrontant son peuple qu’il adore « emmerder ».

Le président de Reconquête, Éric Zemmour ne s’embarrasse pas des questions de dédiabolisation. À l’inverse, il assume totalement une ligne d’affrontement et de violences.

Chers amis antiracistes, chers amis antifascistes, chers amis amoureux de la concordance du temps,

Bonjour !

Et la manifestation de ce jeudi 19 janvier à Béziers, contre le projet de réforme des retraites du gouvernement, l’a crié haut et fort.

Dans toute la panoplie mondiale des nationalismes qui peuvent évoluer vers le fascisme. Un pays, Israël, interroge, car il coche beaucoup de cases d’une évolution fasciste chimiquement pure.

Sept propositions pour la transformer

La première mise en œuvre de la stratégie aérienne dite du « tapis de bombes », a eu lieu à Guernica le 26 avril 1937. Elle consistait à écraser une cible, généralement une ville entière, sous un flot continu ou répété de bombes lâchées par des avions.

Dans Le Monde daté du 17 décembre, on peut lire :

"La République a pendu deux hommes de 23 ans les 8 et 12 décembre pour "inimitié à l'égard de Dieu"."

 La république est certes la forme de régime politique la plus répandue dans le monde : sur 197 pays, 152 sont officiellement des républiques. Mais ce n'est pas une raison suffisante pour l'aduler…

Septembre 1936, la ville de Salamanque est choisie comme quartier général de Franco qui vient d’être nommé commandant en chef des forces armées, Généralissime et chef de l’État. Salamanque est aussi le siège de l’université la plus vieille d’Espagne. Un de ses recteurs est Miguel de Unamuno, un des grands intellectuels de ce siècle. Le choc entre la barbarie et l’intelligence était programmé, il eut lieu.

Par la nature et la durée de son pouvoir, on peut logiquement se demander si Poutine n’incarne pas le fascisme du 21 siècle.

« Si Parme arrive à vaincre, les subversifs de toute l’Italie vont relever la tête »

Italo Balbo, lieutenant de Mussolini, journal, août 1922,

Les prévisions d’économies calculées par l’État et par le Medef tiennent-elles compte des répercussions sur la qualité de l’environnement, de la santé de la population, de l’éducation ?

Le 26 novembre dernier était commémoré en Ukraine l’Holodomor, terme qui désigne l’extermination par la faim de la population Ukrainienne en 1932 / 1933.

Une des accusations favorites des tenants du pouvoir lorsqu’ils se trouvent confrontés à un discours d’opposition est d’affirmer : « vous avez une position idéologique ».

L’idée de base étant de nier toute crédibilité à ce discours.

5000 professionnels de la pédiatrie lancent un S.O.S pour sauver leurs missions, leurs patients ( bébés, enfants et adolescents ) et leur profession. Cette interpellation publique du gouvernement et de ses responsabilités tombe dans un contexte où il est de plus en plus difficile d’exercer les missions régaliennes d’éducation, de justice, de santé . . . Ces difficultés ne viennent pas de nulle part, elles sont la résultante d’un démantèlement organisé et délibéré du service public au profit du secteur privé.

 Dans sa chronique " Impostures et imposteurs", à lire ICI ou à écouter ICI (à partir de 4:00), JC parle d'impostures et d'imposteurs. Il prend deux exemples l'un en philosophie, l'autre dans le domaine scientifique.

Analyse du livre édité en 2021 aux Mutins de Pangée, collectif de textes assemblés par Olivier Azam concernant la vie et les convictions d’un journaliste très doué en informatique et préoccupé de livrer au public les dessous des gouvernances et des pratiques des pays, en particulier occidentaux et affidés.

Encore une fois, Emmanuel Macron veut réformer notre système de retraite. C'est une obsession chez lui ! Il avait abandonné sa première tentative qui consistait à modifier le système par répartition par un système à points ! Raté !

Depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine et la fuite en avant du régime de Poutine, plus d’une dizaine de hauts dirigeants d’entreprise (les oligarques) sont morts (où ont été suicidés).

Le 5 septembre 1972, voilà exactement 50 ans, les Jeux Olympiques de Munich sont endeuillés par une prise d'otages qui tournent au drame. Les Allemands, en 1972, attendaient des Jeux Olympiques de Munich qu'ils effacent le triste souvenir des Jeux de Berlin de 1936, présidés par Hitler.Mais la fête allait être ternie par un attentat sans précédent, lequel allait faire passer au premier plan de la scène internationale les revendications des Palestiniens en exil.

J’écoute avec surprise, stupéfaction, agacement les panégyriques et les condamnations que les journalistes nous livrent sur Gorbatchev, héritier spirituel, selon eux, d’Andropov et dont le successeur (selon eux encore) a été Poutine !

Lors du traditionnel rassemblement des Brescoudos, concentration de fans de Harley Davidson - ces motocyclettes faites pour rouler essentiellement sur des lignes droites, caractéristique qui influerait sur le mental des conducteurs - une cérémonie réunissait le maire d’Agde, miss Brescoudos(*), une pinup élue pour l’occasion et le père Guibert pour inaugurer le monument en son honneur, lui qui accompagne tous les ans cette magnifique manifestation et bénit les motos (objets inanimés avez-vous donc une âme ?).

Cette analyse scientifique qui porte principalement sur les vaccins antigrippaux, et par extension sur les vaccins en général, est un ouvrage de vulgarisation qui s’adresse aux médecins et aux familles. Précisons que l’auteur est épidémiologiste, physiologiste, expert international et membre du CNRS.

Le 28 août 1933, voilà exactement 89 ans, Violette Nozières est arrêtée pour parricide. Son père est décédé, sa mère a survécu. Ce fait divers s'est transformé en fait de société. Il a passionné la France. L'opinion publique se divise en deux camps et s'enflamme pour l'affaire Violette Nozière.

Le livre analysé se dénomme "ce qu'on ne veut pas que je vous dise" de Frédérique Dumas, qui a fait partie des macronistes de la première heure...et a rapidement déchanté.

Elle est productrice de cinéma et développe les arcanes du lancement et de la réalisation d'un film.

Très concernée, elle intègre la commission culture au Parlement et rédige le rapport qu'on lui a demandé. C'est là qu'elle découvre les maîtres du jeu (Gabriel Attal, Aurore Bergé, et le tout-puissant Alexis Kohler, secrétaire général de l'Elysée, compromis dans une affaire de conflits d'intérêt, Edouard Philippe, premier ministre) et sera lâchée par Jupiter-Macron. Son rapport ira aux oubliettes, ce dont elle ne se remettra pas.

 Adhérente à l'UDI, elle analyse avec férocité les méthodes de gouvernance de Valérie Pécresse et la lâcheté de François Bayrou.

Elle évoque ses démélés avec Stéphane Robert, PDG d'Orange, condamné par la cour d'appel de Paris pour l'arbitrage Adidas-Tapie. Elle fonde Studio 37/Orange studio, se heurte au marigot des chaines de télévision, produit le film "The artist" et est brutalement virée par le PDG.

 Elle est très vite déçue par Macron, dont elle critique le "pass culture" numérique pour les jeunes, dispendieux et contre-productif, l'européisme moutonnier qui lui fera faire des coupes dans le budget culture, le dirigisme despotique, les "affaires", dont Benalla et la ridicule protestation devant l'Elysée ; "le responsable, c'est moi, venez me chercher" alors qu'il sait pertinemment que le Président de la République est par essence irresponsable, les mensonges, la calamiteuse gestion de la crise sanitaire, les valets, la corruption.

 Elle va démissionner de l'Assemblée en 2018 pour ne pas se trahir.

 A la fin du livre, elle critique plusieurs leaders politiques des deux bords, et se retrouve mieux avec Julien Bayou, secrétaire national d'EELV, mais se défend de toute étiquette politique. Elle suggère une Asemblée Nationale élue à la proportionnelle intégrale et à stricte parité. Elle souhaite un couple paritaire Président.e de la République/Président.e de l'Assemblée pour rétablir un équilibre décisionnel en faveur du peuple.

Elle défend enfin l'exemplarité parfaite des politiques et le rétablissement d'une éthique et d'une transparence, d'une vraie Responsabilité qui pourraient réveiller l'investissement citoyen et réhabiliter le peuple gouvernant de la Constitution. Atteignable?

"CE QUE L'ON NE VEUT PAS QUE JE VOUS DISE" de Frédérique Dumas - Massot Editions - 21,90€

Le 21 août 1853, voilà exactement 169 ans, Bayonne est le théâtre de la première corrida « à l'espagnole » jamais organisée en France. Parmi les spectateurs, figure l'épouse espagnole de Napoléon III, l'impératrice Eugénie de Montijo, à l'origine de cette initiative.

La rentrée scolaire se rapproche. Un problème pour certains parents ou étudiants qui peinent à trouver une place dans le système scolaire. Parcours Sup laisse encore sur le carreau des milliers d'étudiants. Le problème est plus simple si votre compte en banque est à la hauteur, c'est à dire quand on se situe dans les "premiers de cordée".

Essai de Bastien et Hugues Sibille

Très prenant, sincère et sensible ce dialogue à travers 8 lettres échangées entre père et fils, tous 2 engagés dans l’économie sociale. L’un qui a débuté au sein de la lutte des Lips dans les années 70, où les principaux problèmes étaient ceux du chômage et de la qualité de l’emploi, l’autre a créé 9 coopératives, dont Mobicoop et les Licornes qu’il préside, Enercoop qu’il administre. Le père qui a créé le Crédit coopératif administre aujourd’hui des structures comme Territoire zéro chômeur. Au cœur de de l’économie sociale où ils sont engagés tous les 2, le bilan du fils qui lance le débat est sévère. À travailler entre l’État et le marché, nous avons finalement délaissé l’État et nos coopératives ne peuvent rien faire face aux GAFAM. Seul l’État peut démanteler Amazon et interdire le glyphosate. Mais le problème le plus grave qui se pose à nos organisations d’ESS est lié à notre rapport à la croissance, car il n’y a pas de solution technologique à la crise. La seule solution est une décroissance. Or, qu’on le veuille ou non, nos entreprises cherchent la croissance.

Que faut-il changer et comment ? Quelle est la responsabilité des boomers ? Pas de solution à la fin du livre, mais une clarification du problème et une invitation à poursuivre ce dialogue critique en explorant les nouvelles voies qui se dessinent. MD

Éd. des petits matins, 2022, 132 p. 12 €

Tandis qu’à Perpignan le maire faisait scander à ses troupes un étrange « Vive l’Algérie française ! », à Béziers les 23, 24 et 25 juin la Cimade fêtait les 20 ans du Cada*. L’association avait invité à cette occasion le président bénévole de la communauté Emmaüs Roya, Loïc Le Dall. L’échange qui réunissait une quarantaine de personnes à la Cosmopolithèque portait les signaux d’une gauche qui se réinvente et retrouve sa fierté.

Au lendemain de ce premier tour des législatives 2022 on peut se demander si au lieu de voler le nom d’un mouvement de gauche déposé depuis 2013 ( Ensemble), les Macronistes n’auraient pas dû appeler leur regroupement LREMA : La République En Marche Arrière.

On connait bien La Cimade à Béziers car elle s'occupe des demandeurs d'asile, des personnes en situation irrégulière et gère le CADA. On sait moins que la Cimade intervient aussi dans les prisons.

Cinq femmes face à nous, dans la salle de la CIMADE, vendredi 6 mai 2022. Houda, Malika, Najet, Nadia, Sonia. Elles prennent la parole tour à tour avec émotion et gravité. Derrière elles sont affichés les visages souriants de Mohamed G., Idir, Mohamed B., Bilal. 

Ce titre est emprunté aux propos d'Hamlet (William Shakespeare, première représentation en 1601).

Dans la scène 2 de l'acte II, on trouve cet étrange dialogue entre Polonius, seigneur chambellan (un chambellan est un gentilhomme chargé du service de la chambre d'un monarque ou d'un prince), et Hamlet, prince de Danemark, fils de feu le roi Hamlet et neveu du roi régnant Claudius.

 POLONIUS

Que lisez-vous là, monseigneur ?

 HAMLET

Des mots, des mots, des mots.

 POLONIUS

De quoi est-il question, monseigneur ?

 HAMLET

De calomnies, monsieur ! Ce coquin de satiriste dit que les vieux hommes ont la barbe grise et la figure ridée ; que leurs yeux jettent une ambre, épaisse comme la gomme du prunier ; qu’ils ont une abondante disette d’esprit, ainsi que des jarrets très-faibles. Toutes choses, monsieur, que je crois de toute ma puissance et de tout mon pouvoir, mais que je regarde comme inconvenant d’imprimer ainsi : car vous-même, monsieur, vous auriez le même âge que moi, si, comme une écrevisse, vous pouviez marcher à reculons.

Le 6 mai dernier, le Comité "Justice pour Mohamed" a organisé une soirée pour commémorer les 2 ans de la mort de Mohamed Gabsi. A cette occasion, trois mères sont venues témoigner des circonstances de la mort de leur fils présentée comme un suicide pour chacun d'eux. Les familles refusent cette version des autorités et exigent la vérité. Elles demandent, en vain pour l'instant, que justice soit faite. Robert Martin les a rencontrées pour EVAB.


« Bon, là, ça y est, c’est sûr, c’est la fin du monde. On va tous mourir. » Vous ne l’entendez pas cette petite ritournelle voleter dans les airs en Europe ? Quelque chose d’un peu nauséeux s’est emparé de nous ces derniers temps. Et chacun y va de son acrimonie. Dernier rapport du GIEC. Pandémie dont on ne voit pas la fin. Risque d’un conflit généralisé et d’une catastrophe nucléaire. Réalité d’une guerre et son lot de morts et d’exilés.

L'historienne Raphaëlle Branche vient de réaliser une série de 6 films documentaires où elle donne la parole à tous les protagonistes de la guerre d'Algérie. Ces films sont toujours visibles sur ARTE TV en podcast. Jacques Cros, un ancien appelé, du contingent nous donne son point de vue sur cette série.

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais j’aime cette période hivernale où les rayons de soleil le disputent au froid, où les mimosas sont en fleurs et puis les amandiers. Où on peut déguster sa première omelette aux asperges sauvages. Et admirer la nuit la voie lactée.  Vous vous dites "ça y est, elle disjoncte, elle nous fait le coup du colibri et de Mère nature". Mais non ne vous inquiétez pas, j’ai gardé toute ma tête politique. En jouissant de la vue de ces arbres en fleurs je me suis juste posé cette question toute simple : qu’est ce qui me permet de jouir ou pas de la beauté de la vie ? Quel contexte politique me permet d’en jouir ?

Le Professeur Luc Montagnier, 89 ans, prix Nobel de Médecine en 2008 pour la découverte du virus du SIDA, évacué à 60 ans de l’institut Pasteur où il avait créé une unité de recherche sur les virus à ARN puis les Oncovirus (virus facilitant la survenue de cancers), est mort le 8 février dernier.

Le 3 février 1830, voilà exactement 192 ans, à Londres, le sultan turc Mahmoud II reconnaît l'indépendance pleine et entière de la Grèce et entérine les protocoles qui définissent ses frontières. C'est l'aboutissement d'une longue et sanglante guerre d'indépendance menée par les Grecs avec le soutien des Occidentaux.

Franchement, « là, je trouve que ça va trop loin ». J'entends autour de moi une forme collective d’hystérie aveugle de gens qui hurlent  : « Il a raison Macron, faut emmerder les non-vaccinés jusqu’au bout ! »

 « Et c’est quoi le bout ?! »

Marlène Schiappa a trouvé une solution pour lutter contre l’abstention aux élections, elle le dit à Libé le 29 décembre. Elle n’a pas dû trouver cela toute seule ou alors elle est trop forte.

Le progrès progresse et l'innovation innove ! Les ingénieurs s'ingénient à trouver, grâce à la science, la solution à tous nos problèmes. Donc pas de soucis, braves gens, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. C'est ce qu'on voudrait nous faire croire !
Et pourtant !

Ce qui vient de se passer aujourd’hui à Athènes est énorme ! C'est un événement à faire savoir à toutes celles et ceux qui n'ont pas encore compris ce qu'est l'État et comment il traite ses ennemis. Ce matin, deux militants du groupe anarchiste Rouvikonas étaient poursuivis pour meurtre, dans un début de procès absurde et kafkaïen. Giorgos Kalaitzidis et Nikos Mataragkas risquaient la prison à vie !

Les actions de désobéissance civile se multiplient. De plus en plus d'associations ou de collectifs lassés des grandes messes revendicatives ou des impasses d'une légalité partisane ont changé de mode d'action pour mieux se faire entendre.
On ne compte plus ce type de mouvements qui sont rentrés dans une forme d'action qui interpelle les populations mais qui effraie de plus en plus les gouvernants.

Le 7 octobre 1950, voilà exactement 71 ans, l'armée chinoise pénètre au Tibet. Devant les 30000 soldats chinois, les troupes locales s'enfuient sans presque combattre. C'en est fini d'un demi-siècle d'indépendance pour le Tibet, une immense contrée que les Chinois appellent simplement Xizang, « l'entrepôt de l'ouest » et que nous surnommons le Toit du monde.

L’échange fleuri cet été entre BB, alias Brigitte Bardot, et Bob, alias Robert Ménard, cet été, m’a évoqué aussitôt ce film de 1963 de Godard, Le mépris, adapté du roman éponyme d’Alberto Moravia. Vous vous souvenez peut-être de cette histoire de rupture entre Paul, incarné par Michel Piccoli, et Camille (Brigitte Bardot). Pour résumer la situation, Paul Javal (son nom fait immanquablement penser à l’expression « J’avale des couleuvres ») qui est scénariste laisse Camille sous l’emprise de son employeur, un riche producteur de cinéma.

Vous connaissez le mot magique de la philosophie libérale ? concurrence, et même concurrence libre et non faussée pour bien montrer la rigueur intellectuelle du concept. Et le top du top, c'est d'instituer la loi du marché. Pratiquement un dieu économique vivant ! Évidemment, je ne vous parle pas des autres mots magiques, moins nobles et moins revendiqués que sont profits et dividendes.

Nous continuons notre partenariat avec Maud et Yannis Youlountas qui nous donnent régulièrement des nouvelles de la Grèce, véritable laboratoire du libéralisme autoritaire. Voici les dernières nouvelles de Grèce : importantes et nombreuses ce mois-ci !

Je ne sais pas pourquoi mais j'ai envie aujourd'hui de vous parler de Nicolas Sarkozy ! Vous vous souvenez de cet ancien président de la République, abonné aux ennuis judiciaires et multirécidiviste, concernant principalement sa carrière politique. Sur les douze affaires qui le concernent nous avons à ce jour une condamnation, deux non-lieux, mais plusieurs dossiers sont toujours en cours.

Le 17 juin 1953, voilà exactement 68 ans, trois mois seulement après la mort de Staline, une insurrection ouvrière éclate à Berlin-Est.
La veille, les ouvriers du bâtiment arrêtent de travailler sur le chantier de construction de la Stalinallee, l’avenue de Berlin-Est qui mène vers la Pologne et Moscou et doit devenir la vitrine de la République Démocratique Allemande. Ils protestent contre les nouvelles normes imposées par le régime qui prévoit une élévation de la production de 10 % avant la fin de ce même mois et ce sans majoration des salaires.