Extrême droite

Dans ma dernière chronique j’avais passé aux rayons X l’intervention d’Éric Zemmour à Béziers et sa promotion d’une école raciste et anti écologique. Or les sondages montrent que les femmes ont bien moins l’intention de voter pour sa candidature. À une époque où un mouvement international se lève contre les violences faites aux femmes, c’est rassurant. Cet identitaire légitime en effet les rapports de domination qu’exercent les hommes sur les femmes, y compris sexuels, dans nos sociétés capitalistes.

16 octobre. Après un passage rapide à la promenade du Peyrou à Montpellier pour contempler la statue de Louis XIV, Eric Zemmour était reçu à l’hôtel de ville de Béziers par Robert Ménard. En fait, après avoir soutenu Eric contre Marine, puis Marine contre Eric, et voyant les sondages évoluer en faveur de ce dernier, il explique maintenant qu’il soutiendra le candidat le mieux placé, car «  je suis l'un des rares à parler aux deux. Je veux être une passerelle entre l'un et l'autre" et les ré-inviter d’ici février ». On reconnaît là l'homme qui chercheseulement à se placer.

Comme d’habitude Trumpinou commence son adresse à ses amis de l’extrême droite et de la droite par sa sempiternelle formule qu’il garde identique pour réaliser l’union des droites : « Cher François, je t’adresse cette lettre au sujet de l’élection présidentielle. Ne prends pas mal ces quelques lignes, elles sont peut-être rudes mais sincères . . . ». À vrai dire François Asselineau n’est pas vraiment un ami de Trumpinou et Trumpinette, trop de différences les séparent.

Où s'arrête l'humanité et où commence le dégoût ? Ci-dessous, des propos à vomir !

"Il ne faut certainement pas ouvrir cette frontière; il ne faut certainement pas accueillir ces migrants dont beaucoup sont potentiellement dangereux.

Journaliste : Donc on les laisse mourir de froid derrière les barbelés ?

- Mais bien sûr que oui !"

Chers amis antiracistes, chers amis antifascistes, chers amis amoureux des arbres, des racines et des branches, Bonjour !
Les arbres biterrois et les arbres hexagonaux ont donc leurs défenseurs : le GNSA (Groupe National de Surveillance des Arbres).
Il était temps ! pendant des décennies les arbres ont été les Indiens de la conquête de l’ouest urbaine. Des élus de tous bords les ont repoussés, empotés, éradiqués, parqués. Le GNSA nous apprend une chose : l’arbre c’est l’indigène de la colonisation urbaine.

1er octobre. Article de La Pieuvre du Midi : « Un jour, il va bien falloir que la vérité éclate et qu’une fois pour toute, on dise au service archéologique municipal que les 2600 ans d'âge de Béziers ne sont qu'une légende urbaine. » L’idée n'avait pas été reprise par la municipalité Couderc avant que celle de Ménard n'y adhère. « Et cela n'est repris sérieusement par aucun universitaire, pas un article n'est consacré au sujet dans les revues spécialisées. Mais bon, la mairie, s'appuyant sur les découvertes "très modestes" de son service, le revendique, et le Journal du Biterrois le relaie, les Biterrois dociles le croient. Après tout, si le JDB le dit, pourquoi le contredire, n'est-ce pas ? Le souci, c'est qu'il y a des projets qui en découlent (et non des moindres). Le dernier conseil en a amené la preuve. Christophe Huc a cru à la supercherie quand il a appris qu’une étude préliminaire avait été réalisée pour 31 000 euros pour l’élévation d’une statue de 30 mètres de haut du colosse de Rhodes au Domaine départemental de Bayssan. Pourtant le maire - comme il se base sur le "travail" du service archéologique et qu'il croit que la ville a été "créée par des habitants de l'Île de Rhodes" - a expliqué que cela n'était pas "une blague" et surtout, que cela "mérite réflexion" de reconstruire une réplique du colosse ». Et La Pieuvre poursuit à propos des dépenses de la ville « Il est plus que temps que ce gaspillage d'argent public s'arrête. On va vraiment avoir l'air fin quand on saura que tout ça n'était qu'élucubrations. Et on n'aura pas fini de rire des Biterrois... Il faut donc arrêter le massacre ».

2 octobre. À Marseillan, au cours d’un match de football, un mineur âgé de 16 ans a frappé à coups de crampons un arbitre qui venait de refuser la tenue d’un match de football, pour défaut de présentation du passe sanitaire. Le jeune agresseur a craché sur l’arbitre, le traitant de « Sale arabe » et en prime lui volant ses affaires.

3 octobre. Un jeune homme de 19 ans, admirateur d'Hitler et en possession d'armes de chasse, de munitions et de couteaux, a été interpellé en Seine-Maritime et mis en examen pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Il est notamment suspecté d'avoir voulu commettre une tuerie de masse le jour de la naissance d'Hitler. Il avait entretenu des conversations via internet avec d’autres néo-nazis mais aussi avec Leila B. Cette jeune fille de 18 ans interpellée à Béziers, en avril dernier, a, elle aussi été fascinée par cette forme de terrorisme. Elle considérait l’homme interpelé comme « son frère d'armes » car elle avait aussi le projet d’un attentat contre une église de la Devèze. Leïla B avait adhéré aux thèses de l'islamisme radical. On voit alors que les néo-nazis et les islamisées terroristes ont bien les mêmes haines. Là, c’est le silence qui domine à la mairie de Béziers.

5 octobre. À Montpellier, le jour de la manifestation intersyndicale pour les salaires, un camarade antifasciste a été victime d’une agression par un membre d’un groupe d’extrême droite, probablement des Jeunesses Saint Roch. Il a eu le doigt brisé. Force est de constater que l’extrême droite ultra violente se sent de plus en plus à l’aise dans la capitale héraultaise.

6 octobre. Le groupe identitaire, les Brigandes, installé à la Salvetat-sur-Agout (34), dans les hauts cantons, a annoncé mettre fin à son groupe musical. Ce groupe aux paroles xénophobes, homophobes, sur le "grand remplacement" ou encore dédiée à Jean-Marie Le Pen, est proche de la Ligue du Midi et d’un groupe « d’autodéfense » identitaire appelé « Les Soldats d’Odin ». Une des raisons invoquées serait que « les possibilités de concert sont quant à elles réduites à une peau de chagrin, vu que nous ne nous plions pas aux exigences de la mascarade sanitaire ». Cela dit le groupe se réclamant de « La communauté de la Rose et de l’Épée » ne s’arrête pas vraiment « car il envisage de se réorganiser sous la forme d’un réseau plus dispersé et moins visible. » À noter également qu’ils ont lancé une revue, Uranus, qui veut lutter « contre les puissances invisibles qui se cachent derrière les puissances visibles ».

6 octobre. Nouveau sondage et pour la première fois, Éric Zemmour passe devant Marine Le Pen. Il obtiendrait entre 17 % et 18 % des intentions de vote au premier tour (Macron 24%) tandis que Marine Le Pen obtiendrait entre 15 % et 16 %. Dans tous les cas, au deuxième tour selon ces sondages, Emmanuel Macron l’emporterait.

Une chose est sûre, c’est que le raciste d’extrême droite appelé polémiste bénéficie d’une couverture médiatique sans précédent. Ainsi le site Acrimed a recensé du 1er au 30 septembre, 4 167 occurrences de « Zemmour » dans la presse française (agences et déclinaisons en ligne des titres de presse comprises). Soit en moyenne 139 par jour. Finalement, il n’a nullement besoin de dévoiler une quelconque candidature à la présidentielle : les médias la décrètent, avant de la faire exister pour lui. Pour l’instant, Marine Le Pen ne s’inquiète pas. Elle rappelle les divergences de programme qu'elle pourrait avoir avec lui : « Sur le plan économique et social, il s'aligne sur des positions plutôt libérales et conservatrices… je pense qu'il s'intéresse assez peu aux fins de mois des Français ». Quant à l'autre sujet sur l'immigration, elle affirme « je ne vois pas la plus-value qu'il apporte à mon projet sur le plan de l'immigration contre laquelle je veux lutter sans faiblesse mais sans excès ».

7 octobre. Le maire de Béziers était encore sur C-News et une nouvelle fois il a menti en jouant la victimisation. En effet, au cours de son interview, Robert Ménard a expliqué qu’il a été sur France Inter « il y a seulement 4 ou 5 ans et depuis plus jamais » Suit une diatribe de l’animateur, Pascal Praud, dénonçant la station de radio du service public. Et pourtant Robert Ménard a bel et bien été interviewé sur cette radio 3 semaines avant (le 13 septembre 2021) et pendant 15 minutes lors de la promotion de son petit opus, Chère Marine.

8 octobre. Nouvel exemple de la collusion entre l’extrême-droite ultra violente et les complotistes. En effet, quatre hommes dont deux anciens militaires, se revendiquant du groupuscule « Honneur et nation », ont été mis en examen pour avoir projeté des actions violentes. Tous sont proches du français Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, impliqué dans le rapt d’une fillette dans l’Est de la France. Trois personnes de ce groupe « Honneur et nation » ont déjà été mises en examen début mai et cinq autres le 24 septembre, pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Les suspects, douze au total, sont notamment soupçonnés d’avoir préparés des actions violentes contre des centres de vaccination qui selon eux sont « destinés à asservir la population au profit d'un nouvel ordre mondial corrompu ». Des personnalités ou des journalistes faisaient partie de leurs cibles potentielles. L’idée d’un coup d’Etat, d’un renversement du gouvernement faisait également partie de leur optique. Depuis 2017, cinq autres enquêtes sur des projets d’attentats en lien avec les groupes d’extrême droite ont été ouvertes par le parquet antiterroriste.

8 octobre. La Pieuvre du Midi publie quelques statistiques de l’Insee sur la précarité en France aujourd'hui. Et les chiffres pour Béziers sont alarmants en particulier en centre-ville. Cela contredit la propagande du maire sur « Le luxe est de retour à Béziers ».

- Les locataires d'un logement insalubre ou indigne : France, 7,3% ; Béziers, 25,3% ; Centre-ville de Béziers 58,1%.

- Le surpeuplement du logement : France, 23,7% ; Béziers, 38,7% ; Centre-ville 50%.

- La précarité de l'emploi France, 27,9% ; Béziers, 38,2% ; Centre-ville 50%.

- Le chômage : France, 11,6% ; Béziers, 35% ; Centre-ville 51,6%

- Les parents pas en mesure d'agir pour le soutien scolaire : France, 9,7% ; Béziers, 24,8% ; Centre-ville 36,5%

11 octobre. Vous vous souvenez de la fameuse Mutuelle « communale » d’extrême droite (qui est dirigée par la société Traditia et dont le siège était à Bordeaux) ?  En 2014, Robert Ménard l’avait lancée à Béziers puis en 2020 au sein de l’agglomération. Et bien nous avons reçu récemment un rapport de contrôle par l’Autorité des marchés financiers (AMF). Trois aspects lui ont été reprochés :

- Faire souscrire à ses clients non professionnels des actions d’un fond luxembourgeois.

- Encaisser des fonds de ses clients non destinées à rémunérer son activité.

- Conseiller à des clients de conclure des contrats de prêt avec un établissement non habilité à recevoir des fonds remboursables.

En conclusion de ce rapport : « Au vu de ces éléments, il est prononcé à l’encontre de Traditia un avertissement et, à l’encontre de M. Le Gouz de Saint-Seine (son gérant), un avertissement et une sanction pécuniaire de 50 000 € (cinquante mille euros). »

12 octobre. Interview de Robert Ménard dans Le Midi Libre, sur son installation, comme président de l’Agglo : « À mon arrivée, l’Agglo ressemblait un peu à une armée mexicaine. Il y avait tellement de chefs ! Trop de chefs… Je suis pour le système à l’américaine : quand j’arrive quelque part, je ne garde que les gens qui ont envie de travailler avec moi, des gens sur lesquels je peux compter à 100 %, qui fonctionnent comme je fonctionne, sept jours par semaine, qui partagent mes ambitions. ». On voit bien qu’il veut concentrer tout le pouvoir entre ses mains. D’ailleurs, il affirme : « J’ai peu de goût pour laisser l’administration choisir. Le boulot des élus, c’est de faire des choix. Sinon, à quoi servent les élections ? ». À la question « Vous avez donc changé pas mal de directeurs. Êtes-vous satisfait de vos choix ? », il répond : « Absolument. Ils ont compris mon fonctionnement. Nous avons le même directeur général des services pour la Ville et pour l’Agglo. C’est plus fluide, plus facile. Il n’y a pas de rivalités. Et ce sont des gens qui ont toute ma confiance ». Puis il accuse bassement : « certains élus de l’opposition, [qui] ont pour principal souci le montant de leurs indemnités » en désignant l’ancien président de l’agglomération, Frédéric Lacas.

13 octobre. Alors, attaqué à plusieurs reprises par Robert Ménard sur la hausse d’impôts, l’ancien président de l’Agglo Béziers Méditerranée, a rappelé un certain nombre de vérités sur l’augmentation des taxes perçues par la communauté d’agglomération. En ce qui concerne les ordures ménagères, il explique que toutes les précédentes taxes ont été votées à l’unanimité des maires de l’agglo (donc aussi par Robert Ménard). Et cette année, Robert Ménard a fait voter une hausse de plus de 14 % de la Taxe générale sur les activités polluantes (TGAP).

Or, il est un fait établi que le trop-perçu de près de 4 M€ annuels dont bénéficie la Ville de Béziers depuis le transfert de la compétence des Ordures ménagères, permettrait de compenser cette augmentation sans augmenter les taxes payées par les habitants. Sauf que depuis 2014, le maire de Béziers s’y refuse. Ce qui représente 24 M€, largement de quoi payer les travaux de mise aux normes du centre d’enfouissement et d’absorber la hausse de la TGAP ! Enfin, concernant la taxe Gemapi (Gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations) il faut savoir que les huit communes exclues de la gouvernance n’ont jamais été consultées.

13 octobre. Acte horrible à Agde. Une retraitée de 77 ans a été décapitée et le principal suspect, Jean-Michel Melun, 51 ans, a été mis en examen. Le meurtrier présumé était le mari de l’ancienne femme de ménage de la retraitée qui l’avait renvoyée en 2020 en soupçonnant son mari de lui avoir dérobé de l’argent alors qu’il effectuait chez elle des petits travaux de bricolage. Cela dit, Jean-Michel Melun qui a exercé plusieurs métiers dont celui de boxeur professionnel, était un ancien militant du FN. Il avait quitté la commune d’Hautmont (département du Nord) en 2015 après un échec aux élections municipales.  Il avait été condamné notamment pour des faux certificats sur une liste électorale entrainant trois mois de prison avec sursis et deux ans de privation du droit d'éligibilité. Question ? Robert Ménard va-t-il faire des affiches (comme lors du meurtre de Samuel Paty), montrant le FN qui veut décapiter la République ?

15 octobre. Les gendarmes ont perquisitionné la mairie de Corneilhan dirigée par Bertrand Gelly, maire pro-Ménard au sein de l’Agglo. L’enquête porte sur une plainte pour harcèlement déposée par un ancien policier municipal, victime d’un accident de service en 2018. À sa reprise de travail et suite à son remplacement, le policier a été cantonné dans un ancien lieu de stockage avec ordre de ne pas sortir, de ne pas parler, ni recevoir du public et bien sûr avec interdiction de port d’arme. La Pieuvre du Midi précise que, suite à l’accord de coopération entre la police municipale de Béziers et celle de Corneilhan, l’agent serait devenu gênant. Il a donc subi pressions et intimidations visant à le faire partir.

15 octobre. Officiellement, en tournée pour son livre, Éric Zemmour est arrivé à Nîmes. Dans l’après-midi, Marc Taurelle, élu de droite et animateur de la journée, avait organisé une rencontre avec des chefs d’entreprises. Le général de Richoufftz, candidat soutenu par le RN  au Grau-du-Roi (Gard), signataire de la Tribune des généraux menaçant de rétablir l’ordre, est lui aussi venu le rencontrer.

Le soir, plus de 900 personnes, sont venues suivre la conférence d’Éric Zemmour et 200 autres sont restées à l’extérieur du Grand Hôtel. Des jeunes portant un Tee-shirt "Zemmour 2022" accueillaient les visiteurs et distribuaient des autocollants avec sa photo. Gilbert Collard est arrivé sous un tonnerre d’applaudissement : « Je suis là par amitié pour Éric et pour maintenir les liens entre lui et Marine. Il a les mêmes idées que nous. On est fait pour s’entendre » se justifie-t-il. Thierry Jacob, élu RN de Nîmes, est venu ici saluer « le futur premier ministre de Marine Le Pen ». Monique Tezenas du Montcel qui fut élue à la région avec le RN avant de le quitter, ne demande qu’à reprendre du service pour la campagne. Jacques Bompard (maire d’Orange) et son fils Yann entouraient l’ancien compagnon de route de Jean-Marie Le Pen, Jean-Claude Martinez. De nombreux membres de la droite étaient là aussi. Des LR et Ludovic Bouix, membre de l’UDI, conseiller municipal de la Grande Combe qui avait publié sur sa page Facebook un ignoble commentaire homophobe et raciste contre le maire communiste de la ville. Avec 50 minutes de retard, Éric Zemmour est monté sur scène aux cris de « Zemmour Président ».

15 octobre. Le même jour à Montpellier, le RN héraultais a organisé un meeting avec en « vedette » le maire de Perpignan, Louis Aliot et le conseiller régional du RN, Jean-Paul Garraud. Frédéric Bort, secrétaire départemental du RN dans l’Hérault, a expliqué que cette rencontre était prévue depuis longtemps suite aux scores de juin dernier, loin d’être à la hauteur de ce qu’ils avaient espéré , et que cela n’avait donc rien à voir avec la venue d’Éric Zemmour dans la région. Cela dit, la concurrence Zemmour « celui qui divise le camp national et qu’à force de parler de Zemmour, on oublie notre principal adversaire : Macron » a bien été abordée par Louis Aliot.

Même l’Union des droites prônée par le maire de Béziers a été critiquée : « Moi, je crois à l’Union des patriotes, des nationaux, des vrais républicains mais pas à une Union des droites qui n’a aucun sens. La droite nous a fait la guerre depuis toujours et elle continue de la faire y compris chez moi à Perpignan » a asséné le maire de Perpignan. Pour Jean-Paul Garaud, « Tout cela c’est de l’écume, l’important, c’est la sécurité, c’est le pouvoir d’achat ». Et Louis Aliot, de menacer : « La France est majoritairement en très grande souffrance… Et la double peine c’est la sécurité dans les rues. C’est dramatique et il n’y a aucune réaction de l’État… Les gens sont excédés. Cela se terminera mal si l’État ne le fait pas, ce sont les gens qui par autodéfense, s’y mettront. On n’en est plus loin ».

15 octobre. Le même soir, à Béziers, un collectif de plusieurs associations de plus de 100 personnes (Attac, Béziers Citoyen, la Cimade, Ensemble !, Génération•s, LDH, PCF, PS, UL CGT Béziers, l’Union syndicale Solidaires et Visa 34) s’est rassemblé devant la mairie de Béziers pour protester contre la venue d'Éric Zemmour à Béziers le lendemain. Les signataires ont notamment rappelé que « l’extrême-droite est une machine à exclure, à diviser et à casser les acquis sociaux. ».  À noter que la FI et EELV ont dénoncé la venue d’Éric Zemmour sans appeler à ce rassemblement.

« Cher Nicolas, je t’adresse cette lettre au sujet de la présidentielle. Ne prends pas mal ces quelques lignes, elles sont peut-être rudes mais sincères. Je veux simplement te dire ce que je pense . . . ». Trumpinou a le début de l’adresse publique qu’il va adresser personnellement à Nicolas Dupont Aignan, mais il peine à trouver la fin.

J’avais envie de vous raconter la grosse frayeur que je me suis faite l’autre jour. Au moment de passer le tunnel de la Croix de la Reille (1), là où depuis 2014 on n’a plus le droit de coller des affiches, sauf celles contre la PMA et pro « J’aime Papa », un personnage est sorti soudainement de l’ombre, le genre dandy draculesque qui ne sourit pas pour ne pas vous effrayer avec ses canines qui rayent le parquet. On se serait cru dans un train fantôme. Vous l’avez reconnu j’imagine. Sinon je vous donne un indice : il paraît qu’il veut être président. C’est ce qui avait marqué sur les affiches.

17 septembre. À la Médiathèque André Malraux (MAM), l’extrême droite précise sa vision culturelle. Le journal La Pieuvre du Midi explique : « Il y a eu des réductions d’heure d’ouverture des services ouverts au public, réductions du budget pour acquisitions des livres, revues, DVD et autres documents, réductions du nombre d’agents travaillant dans l’établissement et des ressources numériques.

‘’ Cher Florian, je t’adresse cette lettre au sujet de la Présidentielle. Ne prends pas mal ces quelques lignes, elles sont peut-être rudes mais sincères. Je veux simplement te dire ce que je pense . . . » Le tweet qu’il veut adresser à Florian Philippot, Trumpinou le tourne et le retourne dans sa tête. Au fond Trumpinou ne sait pas s’il doit considérer Philippot comme un concurrent ou comme un adversaire. Trumpinou hésite et soupèse les rapports de force en présence.

Chers amis antiracistes, chers amis antifascistes, chers amis passionnés, amateurs et professeurs d’histoire géographie du monde entier, Bonjour ! Si j’ai bien tout compris du livre de Richard Vassakos, La croisade de Robert Ménard, une bataille culturelle d’extrême droite, le Baron Noir serait donc un révisionniste.

"Cher Éric, je t’adresse cet appel au sujet de la présidentielle. Ne prends pas mal ces quelques pages, elles sont peut-être rudes mais sincères. Je veux simplement te dire ce que je pense . . . " Trumpinou finit de rédiger le tweet qu’il va adresser personnellement à Éric Zemmour via tous les médias et toutes les chaînes d’info. Il propose de le lire pour avis à Trumpinette qui vient juste de terminer sa prière du soir.

 septembre. C’est la rentrée scolaire. Évidemment le couple Ménard est venu lors de l’inauguration de la nouvelle école élémentaire publique les Tamaris qui avait brûlé en novembre 2019. Cette fois-ci le maire n’a pas parlé de « rendre gorge » aux jeunes mis en examen pour l’incendie de cette école. Cela dit, le lendemain, les Ménard n’ont pas oublié leur penchant « naturel » : ils ont rendu visite à l’école et au collège catholiques privés Fénelon accompagnés du directeur diocésain et de certains élus municipaux. Le Midi Libre précise d’ailleurs « L’une des spécificités de l’établissement est d’accueillir des élèves dits “à haut potentiel” pour lesquels des ateliers spécifiques (échec, japonais, sophrologie…) sont mis en place sur le temps méridien, animés par des intervenants spécialisés ». Ces initiatives du couple d’extrême droite sont accompagnées d’une campagne d'affiches dans toute la ville : reproduction d'une gravure tirée des manuels scolaires d'autrefois avec l'empereur félicitant et réprimandant les élèves lors d'une visite, avec ce texte : « Les élèves biterrois remercient Charlemagne ». Évidemment, pour le maire de Béziers, il y a peu de place pour l'école obligatoire, gratuite... et laïque de la République française.

3 septembre. Comme la candidature d’Éric Zemmour semble de plus en plus probable, Robert Ménard, afin d’exister dans le champ médiatique, vient d’écrire une lettre « Chère Marine, ce qu'elle doit faire pour gagner ». Il y explique sa vision de la droite et distille en la tutoyant ses conseils pour l'emporter en 2022. Pour lui, il faut qu’elle se débarrasse des anciens pro-Franco d’hier et des pro-Poutine d’aujourd’hui et qu'elle se « défasse[s] du lepenisme » Dans la foulée, il a lancé (pour se placer ?) une invitation à Marine Le Pen et à Éric Zemmour pour discuter Présidentielles. « Marine et Éric, je leur dis : “venez à Béziers et on discute, parce que je suis ami avec les deux ». Bref, après avoir soutenu Éric contre Marine, puis Marine contre Éric, il choisit d’être au centre du débat. Les deux protagonistes ont accepté le débat sauf que Marine Le Pen préfère un dîner autour d’une table tandis que le second plaide pour un débat public. Finalement, il n’y aura pas de débat. Une chose est sûre, c’est que maintenant plus personne ne pourra dire que Robert Ménard n’est pas d’extrême droite.

4 septembre. Les motards de la Brescoudos Bike Week (rassemblement de grosses motos style Harley Davidson) ont été reçus par le maire de Béziers et sa femme avec ces mots : « Vous retrouver comme vous êtes, c’est du bonheur. Vous êtes la France qu’on aime. C’est cette France-là que j’aime et que nous avons envie de partager et de voir ailleurs ». Il faut dire que certains motards comme ceux du groupe "La Meute Infidel" ont manifesté récemment contre le passe sanitaire. Ils sont « prêts à protéger nos usages, nos coutumes, nos traditions et notre foi, face à un islam de plus en plus écrasant et sanguinaire, traitant notre foi de fausse croyance en un faux dieu, faisant de nous des mécréants et des infidèles. Nous sommes donc des infidèles, fiers de notre foi, fiers de nos traditions, fiers de notre pays. » Bref, ces motards-là ont dû être heureux d’entendre ce genre de message. Quant à la députée, Emmanuelle Ménard, elle a prononcé quelques mots dans un style très récup : « Je voudrais féliciter toutes les femmes qui sont aussi sur leurs motos. Je suis toujours admirative de vous ».

4 septembre. Nouvelles manifestations anti-passe sanitaire dans toute la France avec un total de 141 000 personnes, selon la préfecture pour ce huitième samedi consécutif. Un chiffre en baisse mais le collectif militant comptabilisait 323 294 manifestants
« minimum ». À Paris, où cinq rassemblements étaient programmés, des milliers de manifestants ont défilé depuis le pied de la tour Eiffel jusqu'aux Invalides, à l'appel du mouvement des Patriotes de Florian Philippot. En chemin, certains ont sifflé les clients des bars et restaurants, les traitant de « collabos ». Ils étaient également 7 000 à Montpellier, 3 700 à Lyon, répartis en deux cortèges, 2 900 à Nice, 2 700 à Lille, 2 400 à Nantes, selon la préfecture, 1 500 à Rennes, 2 900 à Bordeaux 2 200 à Strasbourg, plusieurs milliers à Marseille. Dans la ville de Sète, une trentaine de personnes se sont mobilisées. À Béziers, Pézenas ou Bédarieux le mouvement de protestation se maintient également. À noter qu’à Grenoble l’extrême droite a attaqué le cortège du mouvement social pour arracher l’une de leur banderole sur la levée des brevets sur les vaccins. Plusieurs manifestants ont été blessés. À Annecy, la tête du cortège de la manifestation était assurée par un groupe de la mouvance néo-nazie « Edelweiss Pays de Savoie » (en référence à la fleur préférée d’Adolf Hitler).

4 septembre. Cela se précise. Après l'appel du mouvement Génération Z réunissant des jeunes autour d'une candidature d’Éric Zemmour c'est désormais au tour des "anciens" de monter un comité de soutien dans le département de l’Aude, les « Amis d’Éric Zemmour ». Une centaine de curieux sont venus débattre dont Robert Morio, ex-conseiller régional FN et ex-élu carcassonnais et Benjamin Cauchy, ancien élu de Debout la France mais aussi ancien porte-parole des Gilets jaunes à Toulouse. Selon le responsable régional de Génération Z. Vincent Poupon : « Éric Zemmour serait le seul rassembleur envisageable des droites de tous horizons. Un homme providentiel, parti de rien ». Médiapart révèle aussi que des médias proches de Marion Maréchal se sont mis très tôt au service de la campagne Zemmour. Par exemple, une chaine YouTube, lancée par Érik Tegnér et François de Voyer, des proches de l’ancienne députée FN, a offert une caisse de résonance à la campagne de Zemmour depuis plusieurs mois. Érik Tegnér est un ancien étudiant de l’ISSEP, école dont François de Voyer, un des plus proches amis de Marion Maréchal, est également le cofondateur. Le journal en ligne explique aussi qu’en dehors des médias traditionnels, l’équipe de Zemmour a parallèlement investi très tôt les réseaux sociaux. À la manœuvre, Samuel Lafont, longtemps spécialiste de la communication digitale chez Les Républicains et désormais totalement dévoué à la campagne d’Éric Zemmour dont le but est d’agir « au quotidien pour rendre son honneur à la France et leur fierté aux Français ».

5 septembre. Un journaliste du Midi Libre de Sète s’est glissé dans la file d'attente d’un laboratoire de test Covid. Il a assisté à un échange d’un racisme décomplexé. Ce jour-là, une dame est venue sans rendez-vous et s'en est pris à un vigile qui venait de faire rentrer, avant elle, des personnes venues avec un rendez-vous. « Elle lui a dit qu'il n'avait qu'à retourner dans son pays. » Comme il lui a expliqué qu'il était français, elle s'est mise alors à lui crier dessus. Une autre fois le responsable du laboratoire a vu un homme en uniforme s'en prendre à une famille d'origine maghrébine pour passer devant elle au motif que lui travaillerait. Alors pour calmer les propos racistes il a essayé de parler aux gens. Par exemple lorsque quelqu'un a accusé des voyageurs étrangers en partance pour le Maroc de venir là pour avoir des tests gratuits, il a expliqué que les Marocains payaient leurs tests. Ambiance !

8 septembre. On dirait que tout est fait pour favoriser la candidature d’Éric Zemmour. En effet, la Cour d’appel de Paris estime que les propos racistes proférés à la convention organisée par Marion Maréchal en septembre 2019 par Éric Zemmour ne sont pas répréhensibles car « ils ne visent pas l’ensembles des Africains, des immigrés ou des musulmans mais uniquement des fractions de ces groupes ». Il avait pourtant déclaré : « Ainsi se comportent-ils comme en terre conquise comme se sont comportés les pieds noirs en Algérie ou les Anglais en Inde. Ils se comportent en colonisateurs, les caïds et leurs bandes s’allient à l’imam pour faire régner l’ordre dans la rue et dans les consciences, selon la vieille alliance du sabre et du goupillon, en l’occurrence, la kalach et la djellaba ». Il est incroyable que les 3 magistrats aient écrit dans leurs attendus que le premier passage viserait : « des immigrés de confession musulmane en provenance d’Afrique ». « Les propos critiqués ne visent donc nullement l’ensemble des Africains, des musulmans ou des immigrés, mais seulement une partie de ceux-ci. » Même procédé, dans les autres passages attaqués par les associations. « Là aussi les propos querellés ne visent nullement l’ensemble des immigrés ou des musulmans, mais uniquement les immigrés de confession musulmane ». Et la Cour n’y voit toujours pas une attaque contre « les musulmans dans leur ensemble », mais « seulement une partie d’entre eux, qui affiche une appartenance communautaire par le port d’un voile pour les femmes ou d’une djellaba pour les hommes ». Jérôme Karsenti, l’avocat de l’association, y voit « un crachat jeté au visage de la République ». « On est à la veille d’une élection présidentielle, on a bien compris que Zemmour allait y jouer un rôle et que la question de l’identité allait être au cœur de cette élection. La question de l’identité telle qu’elle va être posée, à l’abri de cette jurisprudence, risque d’être tragique. En effet, cela veut dire que tout le monde pourra dire et écrire ce que Zemmour a dit ce jour-là du style : « Aujourd’hui, nous vivons une inversion démographique qui entraîne une inversion des courants migratoires, qui entraîne une inversion de la colonisation. Je vous laisse deviner qui seront leurs Indiens et leurs esclaves, c’est vous ». Toujours selon Zemmour, « les immigrés viennent en France pour continuer à vivre comme dans leur pays. Ils gardent [...] leurs lois qu’ils imposent aux Français de souche qui doivent se soumettre ou se démettre, c’est-à-dire vivre sous la domination du pouvoir islamique et du hallal ou fuir. » Il ajoutait encore : « Il y a une continuité entre les viols, vols, trafics jusqu’aux attentats de 2015, ce sont les mêmes qui les commettent [...]. C’est le Djihad partout. ».

9 septembre. Robert Ménard déclare sur C-News qu’il est d’accord avec l’expulsion d’une mère de famille niçoise de son HLM faisant suite à la condamnation de son fils pour trafic de drogue. Pour lui, « les gens dont les enfants font du trafic de drogue, je les fous dehors ». En précisant qu’il a demandé l’expulsion d’une soixantaine de personnes et en a obtenu huit. Rappelons que seul un juge peut donner l’ordre d’expulsion et puis cette mesure affecte des familles qui sont déjà dans des situations dramatiques avec un enfant délinquant et sanctionne aussi les autres enfants du foyer qui n’ont rien fait. Enfin, non seulement cette mesure ne résout pas le problème de la drogue mais elle vise à culpabiliser la famille comme si c’était elle, la responsable de la « mauvaise éducation » de leur enfant. Alors que la Ville puis l’Agglo ont abandonné toutes actions de préventions, c’est franchement ignoble !

9 septembre. Enfin ! Le CSA a décidé de s’en prendre à Éric Zemmour en voulant comptabiliser ses heures de présence, sur CNews (une heure chaque jour) dans le cadre des élections présidentielles. CNews a donc retirér Éric Zemmour de l'antenne. En réponse Éric Zemmour a lancé sa propre chaîne YouTube. La décision du CSA ne nous étonne pas car on ne comptait plus le nombre d’affiches « Zemmour Président » qui ont fleuri partout et entre autres dans la région : Montpellier, Frontignan, dans l’Aude etc… sans parler des divers sites lancés par lui-même. Selon plusieurs sondages, il obtiendrait près de 8% des voix et grignoterait évidemment sur le RN puisqu’ils ont quasiment les mêmes idées mais aussi sur une partie de la droite. Dans la région, c’est le Républicain, Marc Taurelle, adjoint au maire de Nîmes qui a décidé d’accueillir l’écrivain, futur candidat, en octobre prochain. Le maire de Nîmes lui a retiré sa délégation mais l’adjoint au maire ne comprend pas cette décision. Pour lui « Éric Zemmour représente la droite forte ! ».

11 septembre. Pour le neuvième week-end consécutif, il y a de nouvelles manifestations contre le passe sanitaire et contre la vaccination obligatoire. La préfecture a comptabilisé 121 000 personnes dans toute la France, avant l’obligation vaccinale pour les personnels des hôpitaux et des Ehpad, les pompiers, les ambulanciers et les aides à domicile. En tout, 207 manifestations ont eu lieu dont quatre à Paris réunissant au total 19 000 personnes. De légers heurts avec la police ont émaillé le cortège autour des Champs-Elysées. À Toulouse il y a eu une agression liée à l’extrême droite : ils s’en sont d'abord pris à une banderole sur laquelle était inscrit « À bas l’État, les flics et les patrons - Révolution sans frontière » avant d'attaquer des gilets jaunes. À Montpellier, où le parcours avait été délimité par le préfet, il y avait environ 4 000 personnes. Il semblerait qu’après s’être fait sortir des manifestations précédentes, l’extrême droite a préféré manifester à Nîmes. À Béziers, il y avait entre 350 à 400 personnes dont des professeurs du lycée Jean Moulin.

15 septembre. Lors du Conseil national du RN qui s’est tenu à Fréjus, Marine Le Pen, après avoir cédé provisoirement sa place de présidente à Jordan Bardella, a déclaré à propos de l’avenir de la France : « Il n’y a que deux alternatives soit c’est la dissolution de la France par la déconstruction et submersion, soit le sursaut salutaire qui fera entrer la France dans le 3ème millénaire autour de l’idée de nation. » Et d’ajouter qu’il s’agit pour elle « d’un choix de civilisation. ». Bref elle est bien dans le courant identitaire du grand remplacement.

15 septembre. Le journal du Biterrois est toujours un outil de propagande d’extrême droite qui se diffuse grâce à l’argent des contribuables. Par exemple dans le numéro 20 sur le don de la bibliothèque du secrétaire de Jean Moulin, Daniel Cordier, à la ville de Béziers. Comme par hasard, le journal de propagande de la ville insiste sur son passé monarchiste et maurassien. « On trouve donc sur les rayons l’une des plus belles collections de cette époque : Charles Maurras, l’idéologue de l’Action Française, mais aussi Léon Daudet, Bainville, Céline ou Drieu la Rochelle, auteurs sulfureux s’il en est. » Tous ces auteurs de « cette belle collection » ont activement soutenu le Maréchal Pétain. Or le journal La Pieuvre du midi explique que « Daniel Cordier a rapidement quitté l’Action Française et [il] est entré dans la Résistance quand Charles Maurras a apporté son soutien à Pétain. C’est Jean Moulin qui l’a ensuite amené à des idées plus progressistes…. Daniel Cordier se définira ensuite comme une personne de gauche non communiste jusqu’à la fin de sa vie. D’ailleurs, il a appelé à ne pas voter Marine Le Pen contrairement à Ménard. Pour lui « Marine Le Pen est la négation de tout ce pourquoi nous nous sommes battus » précise la Pieuvre… Ce que les lecteurs du JDB ne sauront pas.
Autre exemple de propagande à travers le titre sexiste pour promouvoir une nouvelle édition des « allées rétro » (voitures anciennes) à Béziers : "Cylindrée mon amour" ! avec comme illustration une jeune femme qui pose langoureusement devant une voiture. Un commentaire du rédacteur allant dans le même sens « De quoi fantasmer sur les courbes de jadis sans chrome… »
Le journal de la mairie relaie aussi la nouvelle campagne d’affiche « Muscle ton français » illustrée par trois jeunes enfants : un jeune métis, un autre probablement d’origine maghrébine et une jeune fille blonde. Cette étude surveillée organisée par la ville en direction des écoliers du CP au CM2, est payante (11 € par mois). Le journal explique qu' « elle sera gérée principalement par des enseignants ou, parfois, des bénévoles à raison d’une heure chaque soir ». L’orientation idéologique de cette propagande est claire et Robert Ménard le dit lui-même : « Si on veut tout faire pour mieux intégrer les enfants d’origine étrangère, il faut leur permettre d’approfondir l’étude de la langue française, c’est la condition sine qua non. ». Ces cours payants remplacent les cours du soir gratuits qui existaient avant. Enfin, autre aspect idéologique de ce journal  avec la promotion de la création du « Franc biterrois Une monnaie bien de chez nous ! » Les billets de 5, 10 et 20 FB (Franc Biterrois) sont en circulation. Le journal explique : « Parmi les objectifs : en faire un symbole identitaire fort et favoriser le commerce local ! »

 

2 août 2021. Le journal Libération publie un article sur un testing de SOS Racisme à la Grande Motte, afin de « vérifier s'il n'y avait pas de discrimination à l’entrée des boîtes de nuit », indique Meddy Nedir (SOS Racisme de Béziers). Ceux qui pensaient que ce genre de "pratique" était de l'histoire ancienne, peuvent ranger cette idée bien au fond du tiroir, c'est malheureusement toujours d'actualité.

"Chère Marine, je t’adresse une lettre pour gagner la présidentielle. Ne prends pas mal ces quelques pages, elles sont peut-être rudes mais sincères. Je veux simplement te dire ce que je pense . . ."
Trumpinou referme le fascicule où sont écrites en quatrième de couverture ces quelques lignes qu’il adresse à Marine Le Pen. Il est satisfait. Il est souvent satisfait de lui-même mais là il est particulièrement satisfait. Comme dirait Trumpinette il frise la béatitude.

Chers amis antiracistes, chers amis antifascistes, chers amis, supporter, fan, tifosi, socio, abonnés, amoureux de notre club de rugby 11 fois champion de France, Bonjour ! Le Baron Noir a donc profité de la trêve estivale pour racheter l’ASBH. Nous voilà donc actionnaires majoritaires d’un club professionnel de rugby chroniquement endetté et déficitaire sans l’avoir demandé, à l’insu de notre plein gré. Devenir actionnaire majoritaire sans l’avoir demandé c’est une expérience particulière, proche de certaines expériences érotiques, proche du rackett ou de l’holdup.

Dans la saison 1 des aventures de Trumpinette et Trumpinou : « L’union des droites » à l’issue de 20 épisodes toujours visibles sur notre site, nous avons laissé nos 2 héros exsangues après une défaite cuisante aux régionales. Qu’en sera-t-il pour les présidentielles à venir ?

Vous le saurez dans la saison 2 des aventures de Trumpinette et Trumpinou : « Tinette et Pinou font la pluie, le beau temps . . . et les présidents » sur notre site web et toujours en exclusivité sur EVAB.

Trumpinette et Trumpinou vont-ils enfin devenir des faiseurs de rois ou de reines ?

Rendez-vous le lundi 4 octobre 2021.

Tous les 15 jours chaque lundi jusqu’aux élections présidentielles un nouvel épisode vous amènera dans l’univers impitoyable de nos célèbres duettistes où règnent la trahison, l’ambition, la compromission.

Découvrez, faites découvrir la vie, les intrigues, la vénalité des faiseurs de rois et de reines.

 

16 juin. Juste avant les élections, voici quelques déclarations des candidats RN aux départementales :
- Bruno Lerognon (ancien commandant de police à la retraite et candidat à Pézenas) s’en prend aux mineurs non accompagnés (mineurs ayant fuient les guerres pour chercher un pays refuge). Pour le candidat RN « Le département encourage la fraude à l’immigration et la fraude sociale. » Il ajoute : « Un mineur non accompagné (MNA) coute 50 000 €. On arrive ainsi à 45 millions € de dépense pour ce poste soit les deux tiers du budget consacré aux collèges. » Bien sûr pour lui « il faut revenir à une gestion à l’euro près et chercher des économies, notamment en créant un outil de surveillance à la fraude au RSA et en diminuant les dépenses de fonctionnement. » Aussi comme Jean-Paul Garraud, il voudrait « sécuriser les abords des collèges et des crèches avec caméras » et en bon libéral « baisser les charges des entreprises pour qu’elles embauchent ».

1er juin. Pour être en lien avec l’actualité, la une du Journal du Biterrois (journal de propagande de Robert Ménard) titre « On déconfine », accompagnée de la photo d’une jolie femme en bikini allongée au soleil sur le pont d’un yacht. Dans ce numéro, on apprend qu’une campagne nationale de pub a été lancée avec ce titre mensonger « Béziers-sur-Mer » faisant croire que Béziers serait une ville côtière, alors qu’elle se trouve à 12 km de la mer.

Si nous restons sur notre région l’Occitanie et notre département l’Hérault deux chiffres rendent compte de l’ampleur de la déroute du RN au deuxième tour des dernières élections régionales et départementales. Au niveau régional l’ex FN avait enregistré 826 023 suffrages en 2015. Le RN en recueille 366 467 en 2021. Au niveau départemental l’ex FN avait enregistré 140 353 suffrages en 2015. Le RN en recueille 74 980 en 2021. Le RN perd donc 459 556 suffrages en Occitanie et 65 373 dans l’Hérault. Il est temps de comprendre les causes d’une telle déroute.

En 2015 le candidat FN Louis Aliot avait obtenu 12 111 suffrages sur la ville de Béziers au deuxième tour des élections régionales. En 2021 le candidat RN Jean-Paul Garraud obtient 6253 suffrages sur la ville de Béziers au deuxième tour des élections régionales.

16 mai. Après la présentation des candidats « ménardiens » aux élections départementales pour les trois cantons de Béziers, Henri Bec, militant royaliste et conseiller départemental sortant de Béziers 1, a tenu à réagir aux propos du maire de Béziers. Ce dernier avait dit à propos des 4 nouveaux candidats (sur 6) : « Il y a besoin de renouvellement. Certains peuvent être usés et d’autres n’ont pas fait leur travail ».

Seuls candidats à droite à l’extrême droite et au centre sur les trois cantons biterrois les franchisés de Ménard perdent 4678 votes en 6 ans au premier tour des élections départementales.

Chers amis antiracistes, chers amis antifascistes, chers amis amoureux des séquences électorales, du droit de vote et de la démocratie, Bonjour ! Pour avoir des élections il faut avoir des candidats. Pour avoir des candidats il faut avoir des supporteurs. Dans ces conditions là qu’est-ce qui différencie les élections du sport ? Normalement tout !

1er mai. Manifestations syndicales dans le département lors de la journée internationale des travailleurs Malgré une pluie battante, il y avait beaucoup de monde dans les rues. 2.000 personnes à Montpellier, plusieurs centaines à Béziers et à Sète, une centaine à Bédarieux et quelques dizaines à Agde. Dans un autre genre, la mairie de Béziers avait dans l’après-midi, appelé à un rassemblement pour soutenir la police.

" Y’a d’la joie / Bonjour bonjour les hirondelles / Y a d'la joie... " Nous sommes en 1936, l’année du front populaire et Charles Trenet écrit « Y’a d’la joie ». C’est l’année de l’alliance des forces progressistes d’alors, la SFIO, le PCF et les radicaux, contre les forces fascistes. L’année des « grèves de la joie » comme les a appelées Simone Weil qui aboutissent aux accords de Matignon et ses 2 semaines de congés payés, ses 40 heures de travail hebdomadaire au lieu de 48 ou la création des conventions collectives. Mais 1936 c’est aussi la guerre civile en Espagne. 3 ans nous séparent du lancement de la seconde guerre mondiale par les forces fascistes.

Dans ce vingtième et dernier épisode de notre série exclusive, l’union des droites, nous versons dans le participatif. En effet vous allez vous-même en choisir la fin en vous rendant aux urnes les 20 et 27 juin prochain.

Le 27 mai a été dévoilé par Ménard le buste de Giacomo Matteotti, député socialiste opposant aux fascistes Italiens, enlevé et tué le 10 juin 1924, dont le corps a été retrouvé le 12 août le long d’un canal. La violence des fascistes ne date pas de là : déjà à partir de 1919, lors du biennio rosso, 2 ans de luttes sociales puissantes tant de la part des ouvriers du nord que des fermiers du sud, ils incendiaient les chambres du travail, violentaient physiquement les socialistes.

Dans un autre village gaulois du sud de la France géré par le Rassemblement national, Beaucaire, un homonyme du maire de Béziers se présente aux élections régionales du mois de juin.

16 avril. Très révélateur de ce qui se passe à Béziers en matière de presse. L’édito du Midi Libre qui pourtant « n’a pas l’habitude de révéler les multiples post Facebook auxquels se livre la ville sur sa page lorsqu’un article a exprimé un point de vue dissonant du sien », raconte quand même les méthodes employées habituellement par cette municipalité d’extrême droite.

Après pas mal de rebondissements sur le caractère plus ou moins large d’une liste de rassemblement à gauche de Carole Delga, la liste LFI de Manuel Bompart semble être arrivée à bon port.

Chers amis antiracistes, chers amis antifascistes, chers amis amoureux inconditionnels de la fidélité aux combats qui forgent l’humanité . . . Bonjour ! C’est un constat, nous ne sommes pas tous égaux devant le devoir de mémoire. Mais certains sont plus inégaux que d’autres ! Prenons par exemple au hasard l’exemple du Baron Noir.

Parmi tous les anciens LR qui se présentent aux élections régionales, Trumpinette et Trumpinou n’ont pas été foutus de trouver un seul allié. Ils étaient pourtant 3 à être passés par la case LR : Garraud, Pradié et notre petit dernier Vincent Terrail-Novès. Sur ces trois-là Trumpinou et Trumpinou auraient pu au moins débaucher l’ancien colistier de Brigitte Barèges Terrail-Novès. Eh bien non, même pas : Vincent Terrail-Novès a bien quitté LR mais pour LREM.

1er avril 2021. Avec beaucoup de retard puisque les extraits qui suivent sont écrits par Robert Ménard en octobre dernier dans le journal de l’ultra droite Causeur. Cette fois-ci, le maire de Béziers s’en prend aux maires écologistes (EELV) qui seraient selon lui des malades.

L’écologie pour Trumpinette et Trumpinou c’est de l’hébreu, une langue totalement étrangère. Leur méconnaissance sur le sujet est totale ! Ils pensent même que pour être candidat à Europe Écologie Les Verts il faut s’appeler Antoine comme Thierry Antoine à Béziers ou Antoine Meurice à Toulouse.

La scoumoune, c’est la scoumoune comme ils disaient à Oran. Pour les prochaines élections régionales, le seul candidat LR qui affirme : « Je ne me livrerai jamais à aucun copinage avec les énergumènes du RN, qui sont les pires imposteurs. », se présente en Occitanie. Vous pouvez chercher partout ailleurs en France, il n’y a pas d’autres candidats LR qui font de telles déclarations. Trumpinette et Trumpinou ne s’en remettent pas il fallait que ça tombe ici, chez eux, sur eux.

16 mars. Mediapart a publié plusieurs articles dénonçant la présence de soldats affichant leurs sympathies néo-nazies sur les réseaux sociaux. Ces articles sont étayés, notamment, par des photos ou vidéos saisies dans certaines casernes. Une cinquantaine de cas ont été ainsi révélés. Et l’un d’eux est en poste dans l’Aveyron, à la 13e demi-brigade de la Légion étrangère, installée depuis 2016 sur le plateau du Larzac.La vidéo le montre avec un tee-shirt de la division SS Charlemagne en train de faire un salut hitlérien.

Après s’être attaqués sans succès aux forteresses de l’extrême droite régionale et nationale, Trumpinette et Trumpinou lancent un assaut contre le Capitole toulousain tenu par Carole Delga. Mais ça commence mal pour notre duo infernal. En pleins préparatifs, au moment où Trumpinou et Trumpinette pensaient eux aussi prendre le Capitole, ils se font bêtement doubler par un commando de l’Action française. Leur rêve de pouvoir s’effondre, comme celui de leur idole peroxydée nord-américaine.

Chers amis antiracistes, chers amis antifascistes, chers amis amoureux inconditionnels du département de l’Hérault et de la région Occitanie, bonjour ! Après avoir cherché tous les subterfuges possibles et imaginables pour repousser aux calendes grecques des élections qu’il estimait perdue d’avance, le gouvernement vient de se résoudre à les reculer . . . d’une semaine. Le "en même temps" du je-veux-annuler-des-élections-qui-ne-me-sont-pas-favorables et du je-ne-prends-pas-le-risque-politique-de-le-faire, continue donc de fonctionner.

Après avoir fait le tour de leurs amis politiques Trumpinette et Trumpinou font le tour de leurs ennemis. Pour ce treizième épisode électoral dont on ne sait pas encore s’il va porter bonheur ou malheur, les Dupond et Dupont de l’extrême droite s’attaquent à la championne en titre de la région Occitanie : sa présidente Carole Delga.

Visa 34, avec qui nous poursuivons un partenariat, vient de sortir un nouveau numéro consacré à l'extrême-droite dans notre département et notre région. Nous mettons en ligne ici un de ses articles, dont le titre se réfère à l'ouvrage d'Ugo Palheta. Pour lire l'ensemble de ce numéro, rendez-vous sur le site de Visa. Nous rappelons par ailleurs qu'un Visa 66 s'est créé et participe à l'appel à un rassemblement d'opposition les 3 et 4 juillet prochains à l'occasion du congrès du RN à Perpignan.

Trumpinou vient de se décider : il ne couchera pas avec Jean Paul Garraud pour avoir une place digne de lui aux régionales. L’union des droites à ses limites ! L’union avec les femmes politiques oui, l’union avec les hommes politiques non ! Son aversion pour les hommes politiques est trop forte, elle le révulse. Pour arriver à ses fins, dominer, il fera ce qu’il fait le mieux : le fourbe.

Chers amis antiracistes et antifascistes, chers amis soignants du monde entier,

Chers amis antiracistes et antifascistes, chers amis éducateurs, médiateurs, animateurs, qui pratiquent conjointement les vertus du véritable dialogue social,

1er mars. Lors du débat d’orientation budgétaire de l’agglomération Béziers-Méditerranée, trois taxes ont été évoquées:

une nouvelle taxe Gemapi (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) qui s’appliquera aux propriétaires; une taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) et une surtaxe sur le prix de l’eau et l’assainissement. Mais dans le journal dirigé par Robert Ménard en date du 1er mars, (et distribué gratuitement à 75000 exemplaires), le maire justifie ces taxes en accusant l’ancienne équipe dirigeante de l’Agglo, aujourd’hui dans l’opposition, d’avoir caché des chiffres pour les laisser à la charge de la nouvelle Agglo. La une du journal montre un couple visiblement surpris d’adultère avec ce titre « l’ancienne Agglo prise sur le fait ».

Trumpinou poursuit son chemin de croix électoral régional. Après avoir tenté d’être adoubé par Louis Aliot, il se retrouve obligé de courtiser le candidat officiel du RN, Jean Paul Garraud. Ce Garraud-là Trumpinou et Trumpinette ne le sentent pas. Venu de nulle part, il a été choisi pour être tête de liste en Occitanie et il est présenté par Marine pour être ministre de la Justice en cas de victoire en 2022. L’horreur intégrale pour les Dupont et Dupont de l’extrême droite qui se retrouvent doublés, marginalisés, au niveau local, régional et national.

Composer avec Louis Aliot s’apparente au martyre pour Trumpinou. Louis lui fait comprendre en permanence que s’il n’est pas sur la liste du RN pour les régionales, il n’est rien. Il y aurait au mieux une place sur la liste départementale, mais pas la première. Dans les tractations en cours, Louis ne s’engage sur rien. Trumpinou est devenu un supplétif, un simple supplétif. Louis c’est le maître du temps et il fait payer à Trumpinou son incartade avec Marine et avec Brigitte.

Chers amis antiracistes, chers amis antifascistes, chers amis amoureux inconditionnels des deux rives de la Méditerranée . . .Bonjour ! Soixante-quatre ans, il aura fallu attendre soixante-quatre ans pour que l’État français reconnaisse qu’un avocat algérien ne s’était pas suicidé pendant la guerre d’indépendance en Algérie. 

La tentative de rapprochement d’avec les ténors masculins politiques se poursuit laborieusement pour Trumpinou. Ses échecs successifs avec les sopranos féminines politiques l’ont amené au bord de la crise de nerfs. Mais Trumpinou a un problème, composer avec les hommes c’est comme perdre sa virilité, c’est comme devenir homosexuel.

Au mois de janvier dernier, "En Vie à Béziers, l'émission" avait consacré son dossier à l’extrême droite et les médias et sa tentative de les infiltrer et en particulier les chaînes d’information continue et certains titres de la presse écrite. On avait parlé entre autres de Cnews, de Sud Radio ou de Valeurs actuelles.Des médias on ne peut plus traditionnels que sont la presse écrite ou la télé de papa/maman ! Mais il faut être plus moderne, plus d'jeuns et les réseaux sociaux sont là pour accueillir la nouvelle fachosphère, sans aucun contrôle, en particulier la chaîne Youtube. (1)

Trumpinette a présenté sa dernière trouvaille à sa moitié d’orange politique : se servir d’Éric Zemmour comme prête nom, comme couillon de service pour les élections présidentielles. Le moins que l’on puisse dire c’est que Trumpinou s’est montré plus que circonspect.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.