Extrême droite

Déconstruction de l’action politique du maire de Béziers...

Même s’il tente de se faire passer pour un élu à ranger dans la catégorie des diverses droites. Le maire de Béziers reste fondamentalement un élu divers extrême droite :

  • Sa propension à se mettre en scène théâtralement, 
  • Son positionnement permanent d’homme providentiel capable de soulager tous les maux des biterrois, 
  • La force quasi surnaturelle de son intuition personnelle...                                             

Ne relèvent pas que d’un trait de caractère.

C’est aussi un positionnement politique totalement référencé à l’extrême droite. 

Nous vous proposons à partir d’un article écrit par Arsène dans notre journal web (numéro 2), de déconstruire l’action politique du maire de Béziers. 

Un "je" envahissant :

 Le discours égocentrique du maire de Béziers se trahit par un "je" omniprésent et un possessif invasif : "ma ville", "mon quartier"...

L’égocentrisme se double d’un géocentrisme focalisé sur Béziers : avec son "je", le maire incorpore la ville entière qui devient le prolongement de son égo.

C’est un procédé d’autorité les habitants de Béziers se retrouvent à endosser des opinions qui n’engagent que leur maire.

Un appétit d’ogre :

L’appétit du maire est insatiable : les biterrois ne suffisent pas à nourrir son égo. Il doit aussi impliquer <<les gens>> de toute la France dans ses réflexions. 

En utilisant ce terme générique "les gens" le maire de Béziers déborde des frontières de sa ville sur les plateaux de télévisions parisiens.

Un démiurge omniscient :

La volonté de gigantisme du maire se double d’une omniscience quasi divine. Il lit dans nos pensées et use sans modération de verbes qui expriment nos désirs, pensées, craintes et émotions.

"Les gens" sont invités à s’exprimer, mais le maire parle à leur place !

Des accents prophétiques :

Notre enchanteur local à le pouvoir de faire parler <<les gens>> par sa voix, mais il restitue aussi leurs intonations.

Les tournures familières et le tutoiement généralisé donnent des accents populaires et produisent un effet de parler vrai. Cet habile stratagème tente de réduire toute distance entre lui et le peuple. Ils ne font qu’un, ils partagent la même bouche le même cerveau.

La mise en scène d’une parole prophétique qui touche au mystique est un trait saillant de la rhétorique employée par R. Ménard.

C’est une parole totalisante et totalitaire qui place le dissident en position marginale.

Par une simple formule langagière, le contradicteur se retrouve exclu de la majorité imaginaire et écrasante qu’incarne le porte-parole charismatique.

Un bouclier humain :

L’ogre a besoin d’une forteresse pour se défendre des attaques ennemies.

Une ruse d’illusionniste, permet de faire "des gens" un rempart.

Il suffit de créer une solidarité illusoire entre les intérêts "des gens" et ceux de l’extrême droite. Pour parvenir à ce résultat, il faut donner l’impression qu’attaquer l’extrême droite équivaut à nier l’évidence, à attaquer "les gens".

Nier le constat de départ serait nier celui qui l’énonce et celui qui l’éprouve. 

Ainsi formalisée, cette "communauté d’intérêt" agit comme un bouclier humain.

Des lapins blancs contre l’analyse :

Dans Béziers comme ailleurs, l’insécurité existe mais elle est multiple. Le maire parle lui d’un sentiment d’insécurité dans un populisme revendiqué.

Le maire assume publiquement son populisme.

Mais le peuple convoqué par le maire de Béziers est une communauté imaginaire crée de toute pièce. A partir d’un ressenti initial (le peuple à peur, il n’est pas en sécurité, il est incompris) aucune idée de changement structurel n’est défendue.

En jouant avec les sentiments le maire sort des lapins blancs de son chapeau d’illusionniste.

Une / Des attaques ad hominem :

Agresser personnellement l’interlocuteur qui ose mettre en doute la parole du maire de Béziers est devenu un classique du genre.

En même temps le maire refuse souvent de vouvoyer, interrompt, suggère, invective, insinue, peut même être grossier.

Cette violence verbale constitue l’armement et les munitions de la communication municipale.

L’agressivité jette le discrédit sur l’interlocuteur dès la première salve. C’est le principe de l’attaque ad hominem.

Un Don Quichotte contre les moulins à vent :

Cette attaque ad hominem est systématique quand la démarche d’analyse met en difficulté le discours d’extrême droite.

Décortiquer, chercher à comprendre la peur sans la juger est une chose. L’alimenter en est une autre.

Contrairement à ce que dit le maire, expliquer la peur c’est la reconnaître pour mieux la combattre : ce n’est pas faire acte de censure ou de mépris.

Un art du raccourci :

La meilleure façon de soustraire la pensée d’extrême droite à la contradiction, c’est de passer sous silence les raisonnements qui la fondent.

Ainsi, les "problèmes" soulevés par le maire de Béziers sont des constats (ce qu’on ressent et ce que l’on voit).

Définir un problème nécessite pourtant une analyse pour imaginer une solution.

Dans le champ du démagogique on passe directement du constat à la solution.

Finalement les problèmes <<des gens>> sont largement exploités pour faire passer des idées éloignées de leurs préoccupations initiales.

Dans ce terrain vague, les sous-entendus prospèrent dans la bulle de l’informulé.

Prenons le sous-entendu suivant : les français musulmans seraient ils moins français que les autres français ?

L’idée est sous entendue dans les discours de maire de Béziers mais elle n’est pas formulée. 

Elle devient implicite.

Non seulement le procédé évite la confrontation d’idée, mais fait de la xénophobie et de l’islamophobie un non-dit qui ne peut être dénoncé puisqu’il n’est ni énoncé, ni assumé.

En maniant cet art du raccourci le maire de Béziers ne propose pas de solutions, mais il alimente les peurs qui renforcent le vote d’extrême droite.

Comme tous les rentiers de l’insécurité, le maire de Béziers vise à augmenter son capital pour rivaliser avec les autres rentiers de l’extrême droite.

Dans cette fuite en avant les Biterrois(es) ne servent que de valeur ajoutée, ils renforcent le capital d’un maire qui ne produit rien pour sa ville. 

Il se contente de construire un bunker sur du vide.

(décembre 2019)

Chers amis antiracistes et antifascistes, chers amoureux de la paix, de l’amour sur terre et entre hommes et femmes de bonne volonté . . .         

Bonjour !

En février 2019 pour ses vœux à la population biterroise le baron noir lançait un menaçant :    

"2019, mauvaise nouvelle pour les racailles nous allons doubler les caméras de surveillance".

Une première de couverture du torchon municipal, relayée par une campagne d’affichage XXL, qui déclare la guerre au moment où l’on fait des vœux de bonheur et de prospérité. 

C’est à Béziers et nulle part ailleurs.

Cette déclaration de guerre avait alors questionné les biterrois.

Il y avait ceux qui pensaient que le clone de l’empereur de Star Wars énonçait une menace lourde de sens qui allait enfin promettre à la <<racaille>> le même sort que les rebelles intergalactiques.

D’autres, moins partisans se demandaient si le baron noir dans sa mégalomanie récurrente ne s’identifiait pas au célèbre empereur de la série Star Wars.

Rappelez-vous, un visage noir, anonyme, caché sous une capuche, qui dégageait un sentiment de menace.

D’autres, moins fans de l’espace et des guerres galactiques retenaient la stigmatisation qui se dégageait de l’affiche municipale puisque tous ceux qui portaient une cagoule étaient assimilés à la <<racaille>>.

D’autres, plus goguenard se moquaient d’un maire qui oubliait que la cagoule avant d’être stigmatisée comme costume était une organisation paramilitaire d’extrême droite dans les années trente. 

Il est rare que des déclarations de guerre ne soient pas suivi d’effets.

C’est ce qu’il s’est passé.

Le 25 février dernier en quasi simultané, la démolition du square Boniface dans le quartier de la Devèze commence. 

Elle doit être suivie de la destruction de 581 logements.

Le 26 février un incendie volontaire détruit la pelleteuse. Les travaux de démolition ne reprendront que mi-avril.

Depuis février des véhicules sont régulièrement incendiés dans des rues et quartiers de la ville.

Dans la nuit du jeudi 31 octobre au 1er novembre un incendie de diversion est déclaré dans les friches des HLM abandonnés pendant que l’école des Tamaris est entièrement détruite et le collège Krafft sérieusement endommagé.

La guerre souhaitée par le baron noir est déclarée ! 

Comme toute guerre elle prend des formes détestables qui se concentrent sur un quartier marqué au fer rouge de la vindicte municipale :

  • Plus d’aires de jeux,
  • Plus d’association comme Arc en Ciel,
  • Pas de conseil citoyen,
  • Plus de marché en plein air . . .

Ces derniers jours le baron noir arrive à regretter publiquement que des millions d’euros soient investis à fond perdu par l’état dans la reconstruction du quartier.

Chers amoureux de la paix et de l’amour sur terre entre homme et femme de bonne volonté.

L’incendiaire municipal pratique la même politique d’apartheid déguisé que dans sa terre natale.

On a vu ce qu’avait donné cet apartheid en Algérie une fracture géante entre communauté, une vraie guerre et des exactions des deux côtés.

A Béziers le chemin de la paix passe par la mise aux arrêts du fauteur de troubles local.

Pour les prochaines élections municipales, les habitants du quartier de la Devèze ont un choix à opérer : voter contre l’incendiaire en chef ou s’abstenir et subir la discrimination et la stigmatisation.

Chers amis antiracistes et antifascistes, chers amis passionnés des années bissextiles, des bascules du temps et autres galipettes spatio-temporelles,

Bonjour !

Pour une décennie qui affiche une notation de 20 sur 20, franchement ça commence mal !

Prenons par exemple les maîtres du temps de la planète, Macron et Trump. Leurs premiers pas dans la nouvelle décade sont calamiteux.

Macron avec sa tête de premier de la classe toujours propre sur lui, tente de racketter nos vieux. Les vieux, les chômeurs, les salariés, les hôpitaux, les avocats...

Ce type est un cleptomane déguisé en président ! Résultat des courses on est au bord de l’implosion nationale.

Trump lui, confond les bises et les drones.

C’est gênant pour un roi du monde.

Franchement faire une bise de nouvelle année à un général Iranien avec un drone, il faut vraiment être blond et pyroxidé pour pas se rendre compte que ça aller pêter !

Résultat des courses on est au bord de l’implosion internationale.

Heureusement loin de ces boute feux, pour calmer le jeu il y a le Baron noir !

Parce que si la France et le monde sont à feu et à sang, à Béziers avec le baron noir c’est la platitude incarnée !

Pas un mot plus haut que l’autre, le calme plat depuis notre dernière émission radio.

Béziers c’est la seule ville de France où la trêve de noël est respectée

Pour ceux et celles qui ne l’auraient pas remarqué,

Mis à part quelques broutilles municipales du genre :

Une affiche où l’appendice viril du baron noir surplombe la ville pour les vœux 2020,

Une forêt de 600 sapins assassinés sur la place Jean Jaurès,

Un muezzin qui chante à tue-tête "petit papa noël" dans les rues piétonnes,

Des animaux exclusivement de race blanche sur les places du centre-ville,

Le calme plat !

Alors que Trump et Macron embrasent la France et le monde, le Baron noir lui, chloroformise Béziers.

Pour les municipales, la stratégie du Baron noir est installée, Macron et Trump inquiètent, lui il rassure :

Le programme est prêt : 

"Tu es blanc, bête et raciste, viens vivre dans ta nouvelle ville à Béziers, tu seras en famille au chaud chez toi", 

Les futurs slogans de campagne pour attirer le chaland parisien et américain avide de somnolence, de tranquillité et d’encéphalogramme plat sont prêts :

"Ici à Béziers, pas de problèmes de métro d’Intercités et de RER, il n’y a que des bus",

"Ici à Béziers, les Iraniens, les Irakiens et les Syriens ne sont pas les bienvenus",

"Ici à Béziers, pas de problèmes de trains la ligne est coupée",

"Ici à Béziers, nos meilleurs amis sont les drones et les revolvers",

"Ici à Béziers, 2020 ne sera pas une année érotique, ni bi sexuelle ni bi sextile",

Les futurs arrêtés municipaux destinés à assurer l’ordre pour les futurs résidents sont prêts :

"Interdiction des crottes de chiens, de chats et de de pigeons",

"Interdiction des paraboles tournées vers La Mecque et Téhéran",

"Interdiction de sortir le soir après 22 H pour les mineurs et les majeurs non accompagnés par des seniors",

"Interdiction de laver son linge sale en famille et de l’étendre sur son balcon",

"Interdiction de manger des Kebabs dans l’espace public",

Pour accueillir dignement ceux qui vont venir chercher chez nous l’ordre, la tranquillité et la somnolence la municipalité offre des heures gratuites sur la grande roue avec en fond sonore la voix du baron noir qui susurre :  << aie confiance, aie confiance >>.

Certains dans la majorité municipale proposent même d’encourager la somnolence en offrant à chaque nouveaux résident son poids en vin.

Et oui chers amis rebelles passionnés de l’espace-temps,

Si vous ne voulez pas que le baron noir congèle la ville comme il à congelé la place Jean Jaurès

Si vous ne voulez pas que la princesse des glaces continue de congeler le biterrois à l’assemblée nationale

En mars 2020, il va falloir se bouger le popotin !

Et pour se bouger le popotin il n’y a pas mieux que les Béruriers Noirs

Extrait musical :

Chanson : Les rebelles

Groupe : "les Béruriers Noirs"

Album : Concerto pour détraqués

2,11 mins

10 juin 2016 

YouTube.

On appelle « identitaires » les théories de la race, de l'ethnicité, de la nation en tant qu'entité fermée aux autres et aux métissages. La pensée identitaire a conduit dans les années quarante à la notion de « socialisme identitaire ou ethnicisé », issue d'un Waffen SS d'origine française, le national-socialisme. Le mantra de Ménard : « en centre-ville de Béziers, ne sont pas souhaités les Arabes, les Gitans...et les pauvres ».

Dès le début de sa campagne électorale de 2013-2014, il est accompagné auprès des électeurs par Christophe Pacotte, l'un des dirigeants du Bloc Identitaire, fondé en 2002, après la dissolution du GUD (groupe d'Union Défense), associé au mouvement Troisième voie de Serge Ayoub, suspecté dans l'assassinat du jeune Clément Méric en juin 2013, et dont les actions violentes ont entraîné des peines de prison et amendes multiples. De doux théoriciens politiques…

Les liens de Pacotte avec le Bloc Identitaire ayant été pointés, Ménard feint de les découvrir et l'écarte de son entourage. Il le laissera quand même faire la campagne de l'extrême-droite pour les départementales.

Après Pacotte, vient André-Yves Beck, du cabinet de Bompard à Orange, comme directeur de cabinet. Il est assis derrière le maire aux séances du conseil municipal et est considéré comme la tête pensante de la mairie. Il change le chef de la police municipale, fait licencier 6 chefs de service de la mairie pas assez droitiers, et finit par quitter la mairie après dispute avec Ménard.

Fondée en 1990 par des volontaires bénévoles, François, Hélène, Maxime et un prêtre, l'ABCR a rempli bravement jusqu'à ce jour et avec obstination les missions qu'elle s'était fixée : 

- aider les étrangers en situation irrégulière, toujours nombreux dans une ville située au croisement des routes de l'Espagne à l'Italie et au nord de la Méditerranée, en face des anciennes colonies françaises, à récupérer leurs droits, à obtenir un titre de séjour selon les voies légales (et on en sait la difficulté puisque cela dépend du bon vouloir de l’État).

- venir au secours des « nomades » Roms pourchassés et refoulés dans des terrains dépourvus de toute viabilité, expulsés de malheureux squats infestés par les rats, assurer tant que cela a été possible la socialisation des femmes et la scolarisation des enfants. Merci, Nadia !

- aider les non-francophones à faire leurs démarches, à remplir les dossiers de plus en plus complexes, assurer une alphabétisation exigée par l’État comme première étape vers la souhaitée mais si difficile « intégration ». « Les populations Roms n'ont pas vocation à s'intégrer » (Manuel Valls, premier ministre, fils d'émigrés espagnols).

- informer, ouvrir les esprits des enfants à l'aide d'ateliers artistiques, de contes, de films et pièces de théâtre dans le cadre de la Semaine d’Éducation Antiraciste annuelle.

L'association recevait pour ce faire des subventions de divers organismes départementaux, régionaux, étatiques lui permettant d'assurer ces missions. Elle se situait dans un réseau militant (Association biterroise de prévention, Réseau éducation sans frontières, Cimade).

Il y eut d'éclatantes victoires chèrement acquises dès les 15 premières années de son existence (succès après la grève de la faim d'ouvriers turcs employés au noir et sans papiers, obtention très difficile d'un titre de séjour pour un réfugié liquidateur de Tchernobyl, etc...).

Puis la situation politique loco-régionale et nationale évolua vers de plus en plus d'impératifs purement financiers, avec tarissement des subventions, de rejet des migrants et des pauvres, d'intolérance, pour culminer avec la dernière municipalité et la dernière présidence de la République.

Pour le maire actuel de Béziers, l'idée même de populations différentes, non blanches, non catholiques, non « gauloises » est une torture. On se souvient de lui, avec son écharpe tricolore, sa police, ses sbires, disant à des familles syriennes accueillies à la Devèze : « Vous n'êtes pas les bienvenues !».

Il est évident que l'ABCR ne l'était pas plus. Il y eut les accusations du JDB de domicilier des clandestins, le scotch sur la boite aux lettres de la MVA alors que l'ABCR domiciliait à cette adresse les personnes que, malgré son obligation, la mairie refusait. La procédure d'expulsion étant d'une pathétique mesquinerie, mais légale, le bureau fut évacué. L'ABCR représentait « un danger pour Béziers »...

Là où le maire a transgressé, c'est quand il a voulu priver l'association de salle de réunion . C'était illégal, mais ça ne fait rien. Le tribunal administratif lui a donné tort et l'a condamné à verser 2 fois 1000€.  Mais ce n'est pas paru dans le JDB, et, rassurez-vous, c'est nous qu'on a payé comme d'hab quand le maire dé...rape.

Ce n'est pas sans rappeler l'expulsion du Secours populaire d'Hénin Beaumont par le sympathique facho Steve Briois. Ils se ressemblent tous, et, pardon (comme il dit volontiers), mais je ne vois pas clairement l'enseignement du Christ dans ces actions intolérantes jusqu'au ridicule alors que not' bon maire se targue de son christianisme et que Madame fréquente l'Opus Dei.

Si vous vous posez cette question : faites vous-même votre EVAB TEST !

Dans son livre : <<Reconnaître le fascisme>> (Editions Grasset 2017 56 pages), l’écrivain Italien Umberto Eco établit une liste de caractéristiques de ce qu’il appelle l’Ur-fascisme. C’est-à-dire le fascisme primitif et éternel.

Nous avons listé les 14 archétypes qu’Umberto Eco décrypte dans son livre.

Dans cet EVAB TEST nous vous proposons de cocher vous-même les caractéristiques qui pourraient correspondre au maire de Béziers :

  • Un culte d’une tradition ancienne,
  • Un refus du modernisme et du rationalisme,
  • Un culte de l’action et une haine de la culture,
  • Une réduction de tout désaccord à une trahison,
  • La peur notamment raciste de la différence,
  • Un appel à des classes sociales frustrées et dévalorisées,
  • Le nationalisme comme défense face à des formes de complot international, une mise en exergue d’ennemis puissants mais pas invincibles,
  • Une exaltation de la vie pour la lutte rejetant tout pacifisme ou empathie,
  • Un élitisme populaire qui méprise les faibles et crée des hiérarchies,
  • Un culte de l’héroïsme et de la mort,
  • Un machisme misogyne et paternaliste,
  • Une exaltation du peuple souvent antiparlementaire,
  • Une novlangue simplifiée et manipulatrice.

Faites et faites faire l’EVAB TEST autour de vous ! communiquez vos résultats sur notre site web à notre adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Si vous obtenez 14 réponses positives aux 14 caractéristiques définies par Umberto Eco :  tirez-en vous-même les conclusions pour les prochaines élections municipales.

Si vous obtenez 7 réponses positives aux 14 caractéristiques définies par Umberto Eco : prendrez-vous le risque de donner votre caution électorale ?

Si vous obtenez 0 réponses positives aux 14 caractéristiques définies par Umberto Eco : pensez-vous être fan de Robert Menard ?

Chers amis antiracistes et antifascistes, chers amis passionnés d’histoire et des grandes batailles : Verdun, Marathon, Leningrad, l’Ebre...

Bonjour !

Le propre d’une bataille est d’opposer deux camps irréductibles.

En règle générale et sous des prétextes fallacieux, l’un des deux camps veut annexer l’autre.

A Béziers une bataille se déroule depuis plus de 20 ans.

C’est la bataille de la Devèze !

Elle oppose elle aussi, une population à des envahisseurs.

En plus petit et en plus local c’est un peu comme les Kurdes avec les Turcs ou les rohingyas avec les Birmans.

D’après les historiens, la bataille de la Devèze aurait commencé par la destruction de la barre HLM Capendeguy au siècle dernier. 

Un raid audacieux mené par le maire de l’époque avait carrément dynamité une barre HLM. 

L’opération de dynamitage avait été menée en plein jour et en direct live avec micro et caméras.

Un peu comme Saddam Hussein au Koweït. 

Fidèle à son habitude l’ONU locale s’était alors contentée d’émettre des réserves sur le déplacement des populations dans les logements insalubres du centre-ville.

La deuxième phase de la bataille de la Devèze s’est jouée sur le terrain économique.

Un peu comme en Grèce.

Une Zone Franche a été créé dont le but affiché était de mélanger les populations.

Le mélange proposé était de l’ordre de moins de 10 % d’anciens Devèziens pauvres pour 90 % de nouveaux Devèziens riches.

Un peu comme en Palestine.

L’annexion économique espérée a pris des années, l’idée c’était de transformer le bronx en Manhattan. 

On allait voir ce que l’on allait voir ! l’argent aller couler à flot . . .

Un peu comme dans les paradis fiscaux.

Mais les investisseurs ils vont où ils veulent et ils ne sont pas venus à la Devèze.

Alors un nouveau généralissime a été nommé.

Il était petit, barbu et teigneux ses délateurs le surnommaient : le Baron Noir.

Pour le Baron Noir la bataille de la Devèze c’est une sorte de match retour de la guerre d’Algérie.

Quelques mois après son élection le centre social Arc en Ciel qui existait depuis 22 ans disparait.

Un peu comme le système de retraite par répartition.

Quelques mois plus tard des aires de jeux pour enfants sont démantelées.

Un peu comme la jungle de Calais.

Quelques mois plus tard le marché en plein air de la Devèze ferme, la population est invitée à découvrir les charmes du supermarché.

Quelques mois plus tard d’autres barres HLM sont éradiquées pour atteindre le chiffre de 1600 destructions d’appartements.

Un peu comme le ghetto de Varsovie.

Quelques mois plus tard le Baron noir oblige le club de foot local à fusionner.

Un peu comme un mariage forcé.

A la Devèze comme ailleurs ceux qui sont attaqués se défendent.

Dans la bataille de la Devèze on reproche aux rohingyas locaux d’avoir incendié : des engins de chantier, des voitures, des écoles.

On peut à juste titre condamner les moyens et les cibles choisies par les incendiaires. 

Mais il ne faudrait pas oublier les pyromanes.

Les habitants de la Devèze vivent une quatrième mandature hostile, dans un quartier à moitié détruit, pas vraiment reconstruit.

La fin des hostilités passe par l’arrêt de cette destruction programmée.

Il faudra ensuite reconstruire un quartier et des liens. 

Il faudra aussi redonner aux habitants l’envie de sortir, de passer l’Hérault, 

Ou de passer l’Ebro comme le chantait les républicains Espagnols d’une autre bataille célèbre. 

(chanson : El paso del Ebro par Mouss et Hakim sur You Tube album live vingt d’honneur )

Itinéraire d’un gangster politique. Dans les laboratoires de l'extrême droite. Cette rubrique rend compte des attaques menées par l’extrême droite contre les libertés et le vivre ensemble. Pour ce numéro d’EVAB nous allons évoquer les liens entre l’extrême droite et le gangstérisme.

par Didier

Le 29 octobre dernier, s'est produit un évènement extrêmement rare dans un tribunal français : un avocat a tiré sur son bâtonnier et s'est ensuite donné la mort.

par Khan Did

Fin mai, le baron noir voulait regrouper l'extrême droite cléricale avec ses petits bras musclés. Au final, en mauvais chien de berger, il regroupe les intégristes chrétiens de Civitas et de l'Opus Dei, mais perd les chrétiens patriotes de Dupont Aignan, les chrétiens chouans de De Villiers et les chrétiens BCBG de la petite fille Le Pen qu'il comptait racoler.

Par Didier

La BD « la Présidente » présentée dans ce numéro (voir article de RascaR KaPaK « Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas » )  nous permet de penser, d'imaginer, d'expliquer ce que pourrait être l'avènement d'une présidence FN, munie de tout l'arsenal constitutionnel liberticide qu'est en train de nous concocter le martial « socialiste » qui nous tient lieu de Président, à moins que ce ne soit l'inverse.

Ici, à Béziers, la dictature municipale est tellement ridicule qu'on n'a « Même pas peur »

par Khan Did

A deux ans d'extrême droite, un budget "de combat". Situation évolutive et place de Béziers dans les villes de France 
par Khan Did

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales qui recense, analyse et dénonce les incursions de l’extrême droite sur le terrain social. VISA se veut un outil d’information et de réflexion afin de lutter collectivement contre l’implantation et l’audience de l ’extrême droite.Concernant la ville de Béziers, plusieurs syndicalistes et citoyens se sont réunis pour créer VISA 34 afin d’étudier les données officielles de la gestion de Robert Ménard. Leur but est de produire un document le plus complet possible pour dénoncer la gestion calamiteuse de notre ville d’ici le début de 2020 afin que les partis, les syndicats, les associations et les citoyens s’en emparent lors des élections municipales. En attendant Evab a décidé de publier régulièrement des bulletins rendant compte de leurs travaux.

Le texte d’une conférence donnée en 1995 par l’écrivain Italien Umberto Eco (mort en 2016) a été réédité en français chez Grasset en 2017 avec comme titre : "Reconnaître le fascisme". Ce petit fascicule de 56 pages vendu 3 euros est d’une brûlante actualité pour tous ceux qui tentent de comprendre le renouveau de l’extrême droite.

par Didier

Dans les laboratoires de l’extrême droite. Cette rubrique rend compte des attaques menées contre les libertés et le vivre ensemble. Pour ce numéro 29 d’EVAB nous partons aux U.S.A à la découverte de l’intelligence artificielle / sécuritaire.

Par Didier

Dans les laboratoires de l’extrême droite. Cette rubrique rend compte des attaques menées par l’extrême droite contre les libertés et le vivre ensemble. Pour ce numéro 28 d’EVAB, nous partons au Brésil, pour un état des lieux de la déferlante évangélique qui vient de porter au pouvoir Jair Bolsonaro.

Par Didier

Le capitalisme s'accommode mal des nomades et des migrants. Il préfère les travailleurs assujettis ou les pauvres ghettoïsés. La phobie des migrants et nomades n'a rien de moderne. Au-delà des agressions contre toutes les diasporas, une communauté : les Tziganes, a été victime de persécutions.

Par Didier,

Visa est notre partenaire sur nos terres locales. Nous avons décidé de leur laisser parole sur notre site: constats, analyses permettent de mesurer l'impact du mairie d'extrème droite en place depuis 2014. Dès janvier 2019, ils auront leur place dans les nouvelles rubriques de votre nouveau journal. Aujourdh'ui , au menu c'est l'école, ecole primaire, ATSEM, faculté de droit à Montpellier...des infos pertinentes et documentées. vous jugerez.

Qui dit :- « Je préfère mon fils mort dans un accident plutôt que de le voir avec un moustachu. »

Zemmour, Menard et les ligues d'extrême droite : les Dupont et Dupond de la violence verbale et physique, la répartition des rôles entre incendiaires et pyromanes est un classique de l'extrême droite.
Par Didier

Aucun crédit ne peut être donné aux nostalgiques de l'O.A.S et de l'Algérie Française ! Les liaisons dangereuses entre l'extrême droite, la police et l'armée, ont toujours existé. Elles prennent fréquemment la forme de noyautage via des clubs, des associations ou des syndicats, nous l'avons souvent évoqué dans cette rubrique.

Par Didier

VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes) est une association intersyndicale composée nationalement d'une cinquantaine de structures. Depuis 1996, elle recense, analyse et dénonce les incursions de l'extrême droite et plus particulièrement du Front national sur le terrain social et se veut un outil d'information et de réflexion afin de lutter collectivement contre leur implantation et leur audience dans le monde du travail.

C'est nouveau, ça vient de sortir. C'est encore, pour l'instant, en Allemagne. On doit le concept à Sarah Wagenknecht, qui a créé le mouvement Aufstehen (se lever, Debout). Elle ressemblerait à Rosa Luxembourg. Enfin, sur les photos elle a la même coiffure.
Par Clo

Dans les laboratoires de l'extrême droite, il se passe de drôles de choses. Notamment dans la ville où le ministre de l'intérieur du gouvernement Macron était maire. Depuis plusieurs années, les identitaires du GUD et les royalistes de l'Œuvre Française tentent de transformer les quartiers du vieux Lyon en forteresse blanche, raciste et homophobe.

Par Didier

Dans une alternance de métronome, le célèbre numéro de claquettes biterrois se répartit les buzz : l'Assemblée Nationale pour l'une, la mairie de Béziers pour l'autre. Mais n'est pas buzziste qui veut !

Par Didier

VISA ( Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes) est une association syndicale qui se veut être un outil d'information et de réflexion pour toutes les forces syndicales qui le souhaitent afin de lutter collectivement contre l'implantation et l'audience de l'extrême droite dans le monde du travail.

Dans les laboratoires de l'extrême droite : La Salvetat, son eau minérale, sa charcuterie et sa pop facho. Cette rubrique rend compte des attaques sociales, syndicales, associatives, citoyennes et politiques menées par l'extrême droite contre les libertés et le vivre ensemble. Pour ce numéro 23 d'EVAB nous partons dans les Hauts Cantons héraultais, à la Salvetat.
Par Didier

Cette rubrique rend compte des attaques sociales, syndicales, associatives, citoyennes et politiques menées par l'extrême droite contre les libertés et le vivre-ensemble. Pour ce numéro 22 d'EVAB nous faisons le point sur la recrudescence de la violence raciste et fasciste en France et en Europe.

Par Didier

Le 24 mai 2015 dans une ambiance de liesse populaire généralisée, les électeurs de Valence et de la communauté autonome mettent fin à 24 années de règne sans partage de l'aile droite affairiste du Parti Populaire sur la ville, et à 20 ans de gouvernance de droite sur la généralité.

par Didier

Quelques années seulement après un drame qui avait vu un grand-père tuer une cambrioleuse dans sa villa de Lespignan, un nouveau fait divers quasi identique replace dans le Biterrois les milieux ultras droitier en position de promotion de la légitime défense. Dans les laboratoires de l'extrême droite...

par Didier

Il y a des sujets qui fâchent : les films et le cinéma. « La dernière tentation du Christ » de Martin Scorsese, par exemple, diffusé de manière confidentielle, car en France quand on n'aime pas un film on se doit de bruler la salle de cinéma dans la foulée. Pour marquer sa désapprobation.

A Béziers, c'est bien connu, une campagne d'affiche municipale succède à une autre campagne d'affiche municipale. Vivre à Béziers, c'est vivre comme un rat de laboratoire sur qui serait testée la communication du premier édile. Le jeu est moyennement plaisant, surtout pour les rats de laboratoire, sûrement plus pour celui qui teste dans sa ville à lui perso sa communication parisienne.

Par Didier,

A Charlottesville comme à Oran. L'extrême droite s'est depuis toujours fait une spécialité de la manipulation de la mémoire collective. Il en est ainsi des thèses révisionnistes qui revisitent le nombre de déportés, de juifs assassinés, le rôle de Pétain et de l'appareil d'état dans la France occupée.

Par Didier,

Dans la course à l'échalotte entre l'extrême droite et la droite extrême enclenchée depuis Sarkozy, le G.Clooney de la région Auvergne-Rhône-Alpes tente de doubler sur sa droite l'Iznogood biterrois.

par Didier,

 

Edito

L'extrême droite et son courant fasciste chrétien vient avec seulement 22 % du vote des inscrits de remporter la seule mandature qui lui manquait. Béziers est devenue une immense tache noire sur les cartes électorales et dans la réalité. Dans ces conditions nous ne pouvons pas nous satisfaire des 27 588 personnes qui ne sont pas venues voter sur la ville, ni des 3038 suffrages de moins pour l'extrême droite entre les seconds tours des élections présidentielles et législatives.

Nous ne pouvons pas nous en satisfaire et nous devons sur Béziers et le biterrois tirer des leçons de cette séquence électorale qui vient de se terminer, en mettant en débat :

• Cette 5ème république démocratiquement et socialement à bout de souffle.

• La seule perspective qui nous était offerte, voter au second tour des législatives 2017 pour une ex filloniste, membre du MEDEF, ou voter pour le relais local de Civitas et de l'Opus Dei.

• Une gauche fratricide qui a donné le spectacle hallucinant de passer plus de temps à se taper dessus plutôt que sur l'extrême droite et la droite.

• Une droite totalement divisée sur le fait de soutenir le clan Ménard ou de présenter ses propres projets.

• Un mouvement citoyen et associatif largement vivace et représentatif mais souvent dépendant des appareils politiques lors des séquences électorales.

Si nous ne voulons pas être condamnés à une position de spectateurs d'un mauvais film qui se passe sans nous, la question de l'irruption de la citoyenneté sur la scène biterroise est posée.

Les ressemblances entre les gestions Front National de Béziers et Beaucaire posent la question d'une « labélisation » du parti d'extrême droite tant les similitudes municipales sont récurrentes. On peut se demander si, dans sa grande inventivité, le parti de la fille du père ne donne pas dans le copier-coller municipal à l'échelle nationale.

"Dans les laboratoires de l'extrême droite" par Didier,

Marine Le Pen et le Front National s'ancrent en France scrutin après scrutin et pourrait faire encore un score historique aux prochaines élections présidentielles et législatives. Face à cette perspective, il est plus que jamais nécessaire de rappeler l'histoire nauséabonde de l'extrême droite française, pour comprendre d'où elle vient et où elle veut nous conduire.

Par Robert Martin,

La reconversion des ex-membres du GUD : ou comment passer du combat contre la gauche à la communication de la droite extrême et de l'extrême droite. Deux anciens militants du GUD (Groupe Union Défense, officine fasciste étudiante) se retrouvent en position de responsables de la communication des campagnes présidentielles de Marine Le Pen et de François Fillon. Ce qui explique la porosité des deux programmes et pose la question de la porosité des deux électorats.

Par Didier,

Gregory Chambat, enseignant, a publié en 2016 « L'École des réac-publicains, la pédagogie noire du FN et des néo-conservateurs » , aux Editions Libertalia. Il était à Béziers ce 10 mai 2017, à la Colonie Espagnole à l'invitation du journal "Envie à Béziers" et de l'association CAID-E, pour nous en parler. (Conférence à écouter sur Radio Pays d'Hérault dans l'émission Allez Savoir)

Propos recueillis par Robert Martin,

Ce comparatif va tenter de mesurer les résultats des présidentielles 2017 dans les villes de taille moyenne administrées par le FN. Pour un comparatif avec 2012 nous vous renvoyons à l'article écrit à la suite du premier tour.

Par Didier

Gregory Chambat, enseignant, a publié en 2016 L'École des réac-publicains, la pédagogie noire du FN et des néo-conservateurs , aux Editions Libertalia. Il sera à Béziers ce 10 mai 2017, à la Colonie Espagnole, à l'invitation du journal "Envie à Béziers" et de l'association CAID-E, pour nous en parler.
Propos recueillis par Robert Martin,

Ce comparatif va tenter de mesurer les évolutions des scrutins 2012 et 2017 dans des villes de taille moyenne administrées par le F.N. Pour des raisons de taille de l'article nous nous sommes cantonnés aux mouvements électoraux importants les autres sont quasiment identiques.

Par Didier

Marine Le Pen et le Front National s'ancrent en France scrutin après scrutin et pourrait faire encore un score historique aux prochaines élections présidentielles et législatives.

par Robert Martin 

Il est loin le temps des années 1990 ou le F.N essayait péniblement d'implanter un syndicat croupion dans la police. Ces derniers mois, les mobilisations de policiers ont repris à plein poumons les slogans de la maison mère. Avec 66 % de la profession qui pourrait voter Le Pen en 2017 aux présidentielles et aux législatives, la greffe du F.N dans la police est réussie.

Par Didier,

Marine Le Pen et le Front National s'encrent en France scrutin après scrutin et pourraient faire encore un score historique aux prochaines élections présidentielles et législatives en 2017. Face à cette perspective, il est plus que jamais nécessaire de rappeler l'histoire nauséabonde de l'extrême droite française, pour comprendre d'où elle vient et où elle veut nous conduire.

par R. Martin

Ce jeudi 6 octobre 2016 Maurane Bob et son inséparable Chouquette n'ont reculé devant aucun sacrifice. Moulées dans leurs combinaisons de super héroïnes, elles ont traversé l'épais cordon de police qui se déployait autour du palais des congrès de Béziers,

Par Maurane Bob

En pendant de la rubrique " sous le FN la plage ! " , nous avons décidé de créer cette nouvelle rubrique : dans les laboratoires de l'extrême droite. Nous y rendrons compte des attaques sociales, syndicales, associatives, culturelles, politiques . . . qui sont menées par l'extrême-droite contre les libertés et le vivre ensemble.
par Didier

En pendant de la rubrique « sous le F.N la plage ! », nous avons décidé de créer une nouvelle rubrique : « Dans les laboratoires des villes administrées par l'extrême-droite ».

Par Didier,

Cet été, A. Y. BECK, directeur de cabinet ultra droite du maire de Béziers a donc rompu son contrat de travail avec Robert MENARD.

Par Didier,

Son grand rassemblement des droites les 27, 28 et 29 mai, Robert Ménard l'avait annoncé depuis longtemps.

par RascaR KaPaK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok