Analyse du livre édité en 2021 aux Mutins de Pangée, collectif de textes assemblés par Olivier Azam concernant la vie et les convictions d’un journaliste très doué en informatique et préoccupé de livrer au public les dessous des gouvernances et des pratiques des pays, en particulier occidentaux et affidés.

Né en Australie en 1971, il se révèle un informaticien génial attiré par la création de logiciels et de programmes libres, puis par le « hacking », pénétration des réseaux institutionnels. Il n’en fait pas profit personnel, mais objet de dévoilement aux peuples des mauvaises pratiques de gouvernance mondiale.

Il fonde Wikileaks en 2006 au service des lanceurs d’alerte et, avec l’aide de Bradley Manning, analyste de l’armée et d’Edward Snowden, analyste de la CIA et de la NSA, révèle la réalité de la guerre en Afghanistan, en Irak, Guantanamo et les procédés inavouables des grandes banques, des multinationales, les liens USA-Israël, les dessous des traités de libre-échange transcontinentaux (TAFTA…) et les attaques contre les défenseurs de la vérité et des droits humains avec le souci constant de protection de l’identité des individus cités dans les articles.

Ce qui fait qu’après le 11 septembre, les documents classifiés « secret défense » passeront de 5,6 à 96 millions !

Noam Chomsky cite David Hume qui, dès le XVIII° siècle, écrivait : « Rien ne paraît plus surprenant à ceux qui contemplent les choses humaines d’un œil philosophique que de voir avec quelle facilité le grand nombre est gouverné par la petite et l’humble soumission avec laquelle les hommes sacrifient leurs sentiments et leurs penchants à ceux de leurs chefs. Quelle est la force de cette merveille ? Ce n’est pas la force, les sujets sont toujours les plus forts. Ce ne peut donc être que l’opinion. C’est sur l’opinion que tout gouvernements est fondé, le plus despotique et militaire comme le plus populaire et le plus libéral ».

Macron l’a fortement colorée de peur avec la crise sanitaire : c’est de la désinformation, d’où la concentration des médias.

Assange s’est donc efforcé, au péril de sa vie, d’amener aux yeux de « ces intrus ignorants qui se mêlent de tout » (Walter Lippman, 1889-1974) les secrets des « responsables » contre leur propre population.

Sous mandat d’arrêt international pour...espionnage en 2010, il est recueilli à l’Ambassade d’ Equateur à Londres pendant 7 ans, privé progressivement de tout contact extérieur, avec des contrats sur le dos, puis finalement exfiltré en toute illégalité de cet asile réputé inviolable pour être emprisonné dans la prison de haute sécurité de Belmarch où sa santé se dégrade encore, dégradation dénoncée par un groupe de 60 médecins (The Gardian 2019) et le Haut Comité pour les Droits de l’Homme de l’ONU la même année, sous la menace d’extradition aux USA avec à la clé 170ans de prison …

Les pratiques mafieuses des Etats-Unis d’Amérique en accord avec tous les pays « démocratiques » avec projets de meurtre et espionnage intensif sont révélées au mépris de toute légalité, dignité humaine et de l’état de droit.

Jullian Assange écrit en 2015 à François Hollande, président du pays des Lumières, demandant l’asile. Pas de réponse. L’un de ses avocats, Éric Dupont-Moretti, lui promet un RDV avec Macron. Idem.

Dans le livre, 3 syndicats de journalistes écrivent une lettre ouverte à Macron et dénoncent une des plus graves atteintes contre la liberté de la presse et les libertés publiques de l’Union Européenne et saisissent le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU et Parlement et Conseil Européens.

La collusion des nations alignées sur les Etats-Unis d’Amérique à l’encontre d’un homme qui a fait un énorme travail de révélation de la vérité, aucune des publications de Wikileaks n’ayant fait l’objet d’un démenti, est la négation de toute possibilité de liberté de la presse et de respect de la personne humaine.

Encore une fois, les puissants écrasent leur peuple en la personne symbolique de Jullian Assange et si peu de voix s’élèvent qu’il est possible d’ajouter le désespoir à la honte d’avoir permis d’en arriver là !

Aux dernières nouvelles, la Russie de Poutine s’apprêterait à l’accueillir. On a parlé de honte ?