La politique locale et les saillies médiatiques du couple présidentiel biterrois décryptées pour les nuls et les résistants : numéro spécial projet de loi abolition de la corrida

 

  • Henri Fabre-Luce ex-membre de la majorité municipale, candidat Reconquête aux législatives dans la sixième circonscription biterroise, lave plus brun que brun. Dans un communiqué du 20 novembre adressé à Midi Libre il associe corrida et rugby dans un même spectacle. Grosse différence, les joueurs de rugby ne sont pas mis à mort à la fin de chaque match.

 

  • Dimanche 20 novembre toujours, le maire de Béziers et son écharpe tricolore représentaient la tendance végane vert de gris au rassemblement des défenseurs de la liberté de tuer les taureaux.

 

  • Directeur des arènes de Béziers et éleveur de taureaux, Olivier Margé déclare dans le Midi Libre du 21 novembre : « La douleur de la mise à mort du toro de combat est masquée par la nervosité et la testostérone ». Comme la douleur du torero quand il est embroché par les cornes du taureau ?

 

  • Patrice Sifflet président de l’association Esprit du Sud 34 qui valorise la richesse et le patrimoine de la corrida, encense dans un article du Midi Libre du 22 novembre : « le ballet extraordinaire entre la vie et la mort ». Comme le ballet du syndicalisme et du capitalisme pour celui qui est aussi un responsable local du syndicat Force Ouvrière ?

 

  • Le président du Medef Ouest Hérault, Mathieu Ourliac, indique dans le Midi Libre du 23 novembre : « beaucoup d’affaires prennent naissance autour des arènes et du toro ». Et autour d’un verre dans un bistro c’est pas possible ?