Chers amis antiracistes, chers amis antifascistes, chers amis agnostiques amoureux de la liberté de culte et de penser . . .

Bonjour !

Plusieurs siècles après le saccage de la ville par les croisés, Béziers est donc le départ d’une nouvelle croisade pour une France blanche, catholique, éternelle.

Bizarrement le préfet de l’Hérault, représentant de l’état, est venu apporter son soutien à cette ‘’reconquête’’.

Nous le savions déjà, le Baron Noir à un rapport particulier aux évangiles : il s’en sert plus qu’il ne les sert.

Si vous me dites : « Pour un élu d’extrême droite c’est normal ! ». Je vous réponds « classique : oui, normal non ».

Normalement le maire est un élu d’une république laïque.

Ce qui est encore moins normal, c’est la présence du préfet de l’Hérault à cette entreprise œcuménique de détournement intéressé.

Normalement le préfet de l’Hérault devrait représenter une France républicaine, indivisible, laïque, démocratique et sociale.

Pourtant en août dernier, dans les arènes de Béziers, pendant la messe de la féria, le préfet embrassait la vierge et la foi catholique aux côtés du Baron et de la Baronne.

Comment en est-on arrivé là ?   

Le Baron Noir va à la messe dans sa chapelle privée (Sainte Rita) qui est située dans l’immeuble des caméras de vidéosurveillance de sa police municipale, place Garibaldi.

Normalement ça aurait dû alerter les catholiques. Vous imaginez un monde religieux remplit de chapelles privées individuelles et de vidéo surveillance ?

Pour ceux qui ne le savent pas encore le catholicisme élitiste du Baron Noir est doublé d’un confesseur privé membre de l’Opus Dei.

Vous en connaissez beaucoup vous des cathos qui ont leur chapelle et leur prêtre ? moi non !

Moi, mes copains cathos ils vont à la messe là où ils doivent aller : dans les églises.

Le Baron Noir c’est la Jet Set du catholicisme, le premier de cordée des paroissiens.

Les derniers de cordée de la paroisse seront eux inondés de foi et d’espérance comme sous un orage cévenol.

C’est peut-être à cause de l’ampleur de ce ruissellement paroissien municipal que le préfet de l’Hérault avant d’embrasser la vierge dans les arènes n’a jamais interdit la crèche à la mairie.

C’est peut-être à cause de ce ruissellement que le sous-préfet de l’Hérault ne répond plus aux associations locales qui s’insurgent à juste titre du mélange des genres entre République et religion.

Au fond le Baron Noir est plus utile à la Macronie à la mairie à Béziers que comme ministre à Paris

Avec maintenant un Baron Noir qui fait ruisseler ses idées sur les représentants locaux de la République, la boucle est bouclée.

La République n’est plus laïque, le président est un monarque, les préfets sont ses missi dominici.

Pour boucler la boucle il ne manquait plus qu’une noblesse locale.

Bingo c’est gagné on a le Baron et la Baronne !

Reste le lieu de la communion entre la Macronie et la Ménardie.

Choisir les arènes c’est risqué, puisque c’est l’endroit où les premiers catholiques se faisaient massacrer.

Chers amis antiracistes, chers amis antifascistes, chers amis agnostiques, si l’idylle entre Macronie et Ménardie continue il va falloir se préparer à chanter « la marseillaise anticléricale » de Marc Ogeret dans les arènes de Béziers pendant la messe de la féria.