J’écoute avec surprise, stupéfaction, agacement les panégyriques et les condamnations que les journalistes nous livrent sur Gorbatchev, héritier spirituel, selon eux, d’Andropov et dont le successeur (selon eux encore) a été Poutine !

Rétablissons au moins la chronologie.

En 1985, quand il a été élu président, Gorbatchev avait 54 ans !  Ses prédécesseurs frisaient 2 générations de plus que lui. 

Gorbatchev a immédiatement parlé de transparence, de franc-parler sur la situation réelle du pays, plus héritier de Kroutchev que d’Andropov !

La situation de l’URSS en 1985 était catastrophique sur tous les plans, Gorbatchev a été l’homme nouveau tant par son profil personnel : « j’aime ma femme plus que mon travail » que par sa morale, ses idées sur  la reconstruction, sa volonté de faire participer la population, les orientations qu’il a osé mettre en œuvre. 

Certes tout n’a pas été parfait. Comment cela aurait-il pû l’être puisqu’il devait coopérer avec un appareil stalinien ?

Les opposants ne lui ont pas prêté crédit. Ils étaient excédés, pressés, poussés par les USA pour certains, à exploiter la situation de faiblesse du pays. Il y avait encore des internements en hôpital psychiatrique ou en Sibérie, les pratiques du KGB. Mais Gorbatchev a renoué avec le monde occidental comme l’avait entrepris Kroutchev, mis fin à la guerre froide, ouvert le dialogue avec les pays de l’Est.

Or, que s’est-il passé à partir de 1990 (et probablement avant ?)

Rétablissons là-aussi la chronologie : les USA se sont immiscés dans les affaires du pays et ont préparé un putsch. Un certain guignol totalement alcoolique et largement irresponsable a été propulsé au pouvoir pendant que Gorbatchev s’est trouvé enfermé sous bonne garde dans sa datcha. 

Et figurez-vous qu’il y a quelques semaines j’ai entendu au cours d’un débat sur 28 minutes (sur la chaîne Arte) que cet alcoolique notoire était un grand démocrate !

Les bras m’en sont tombés.

Car ce n’est pas Poutine qui a succédé à Gorbatchev, c’est un pantin téléguidé par les USA (L’OTAN peut-être ?) 

Poutine a succédé à Etsine, et c’est lui, cet Eltsine qui a achevé le démantèlement de l’URSS, laissé des maffieux devenir milliardaires, affamer les populations, au nom de la liberté. 

J’écris tout ça d’après mes souvenirs, sans vérifier les sources et les dates exactes. 

Mais je l’écris parce que je m’étonne que sur France-Culture on puisse dire des choses aussi fausses. 

Et je suis outrée des éloges des Américains sur l’homme à qui ils ont porté l’estocade, à ce pays dont ils ont laissé la population souffrir.