Le 1er avril, voici exactement près d'un demi-millénaire, donne lieu en France et dans quelques autres pays à d'aimables farces surtout pratiquées par les enfants et leurs parents. Jour saint pour tous les blagueurs, le 1er avril est traditionnellement synonyme de canular. Les professeurs sont souvent les victimes d'élèves ingénieux, il est aussi de coutume de faire des canulars dans les médias, aussi bien presse écrite, radio, télévision que sur Internet et tout le monde y va de son piège. Sans parler du fameux poisson d'avril !

Cette tradition semble remonter au roi Charles IX. Avant lui, en France, l'année calendaire commençait le 25 mars et de ce jour jusqu'au 1er avril, les Français avaient coutume de se faire des cadeaux appelés étrennes pour célébrer le passage à l'année nouvelle. Par l'édit de Roussillon du 9 août 1564, le roi de France décide de reporter le début de l'année au 1er janvier, marque du rallongement des journées, au lieu de fin mars, arrivée du printemps, sans doute pour s'aligner sur les pays voisins. Cette décision est généralisée à l'ensemble des pays catholiques en 1622 par la papauté.
En souvenir des temps anciens, les Français n'en continuent pas moins à se faire des cadeaux « pour rire » à l'occasion du 1er avril... D'où vient cette histoire de poisson qui, pour les enfants, consiste à accrocher un poisson de papier dans le dos de personnes dont on veut se gausser. « Poisson d’avril ! » est aussi l’exclamation que l’on pousse une fois qu’une des plaisanteries est découverte.

Si l’origine exacte de l’utilisation des poissons reste obscure, il semble que beaucoup de personnes eurent des difficultés à s'adapter au nouveau calendrier, d'autres n'étaient pas au courant du changement et continuèrent à célébrer le 1er avril selon l'ancienne tradition. Pour se moquer d'elles, certains profitèrent de l’occasion pour leur remettre de faux cadeaux et leur jouer des tours. Les cadeaux que l'on s'offrait en avril étaient le plus souvent alimentaires. Cette date étant à la fin du Carême, période de jeûne durant laquelle la consommation de viande est interdite chez les Chrétiens, le poisson était le présent le plus fréquent. Lorsque les blagues se développèrent, l'un des pièges les plus courants était l'offrande de faux poissons. Ainsi naquit le fameux poisson d’avril, le jour des fous, le jour de ceux qui n’acceptent pas la réalité ou la voient autrement.
Une autre origine vient du fait que le 1er avril était le jour où la pêche devenait interdite, afin de respecter la période de reproduction. Pour faire un cadeau aux pêcheurs, et pour se moquer un peu d'eux, on leur offrait un hareng. C'est alors qu'une habitude populaire s'installa : on accrochait subrepticement un vrai poisson dans le dos des gens. Comme les habits étaient plus larges, les victimes ne s'en apercevaient pas tout de suite, de sorte que le poisson devenait de plus en plus gluant et puant. Ainsi naquit le goût de faire ce jour-là des petits cadeaux pour rire, des plaisanteries ou des mystifications.
En France, au début du XXe siècle, on s’envoyait de jolies cartes postales toutes ornées d’un poisson d’avril et richement décorées. Elles marquent aussi la sortie du signe zodiacal des Poissons, dernier signe de l'hiver, et prolongent la période du carême, où il n’est permis de manger que du poisson. Le musée du château de Dieppe conserve une très importante collection de cartes postales sur ce thème.

La tradition de la blague du 1er avril s'est peu à peu diffusée dans les autres pays. Elle s'exprime de différentes manières en fonction des pays. En Angleterre, par exemple, le 1er avril est l' "April's fool day". Les farces ne se font que le matin et si vous êtes piégé, vous êtes "une nouille". En Écosse, soyez deux fois plus vigilant qu'en France car les farceurs peuvent également sévir le 2 avril. Au Mexique, l'unique tour consiste à subtiliser le bien d'un ami. La victime aura en échange des bonbons et un petit mot lui indiquant qu'il s'est fait avoir. Il existe même une version indienne du poisson d'avril : elle a lieu le 31 mars et se nomme la fête d'"Holi ".
Dans bien d'autres pays encore, on fête ce 1er avril !

 Ah, j'allais oublier de vous annoncer que Radio Pays d'Hérault a reçu pour 2020 le prix Marconi de la meilleure radio associative francophone avec un chèque très important à la clé. Du coup, nous avons décidé d'étendre notre zone de diffusion bien au-delà du département. Comme nous souhaitons garder notre sigle, nous faisons appel à vous, fidèles auditrices et auditeurs ainsi que vous, lectrices et lecteurs de ce journal, pour trouver un nom à notre nouvelle radio en gardant les initiales R, P et H auxquelles nous sommes tous très attachés. À vos téléphones !

Mais c'est une autre histoire qui commence !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.