Enquête

Le nouveau cycle de conférences : « Béziers libère la parole de l’extrême droite » délocalisé à la Médiathèque André Malraux devait : « … revisiter le sort d’Olympe de Gouges et le replacer dans les massacres républicains de 1792 … ». Le procureur de la Révolution Française invité à grand renfort de publicité (René Viennet) a réussi à faire fuir les 80 personnes présentes. Mener une croisade culturelle, comme dirait Richard Vassakos, ça ne s’improvise pas !

Les nuages noirs continuent de s’amonceler sur la place du 14 juillet et sur la médiathèque André Malraux à Béziers. Depuis l’élection du maire de Béziers à la présidence de l’agglomération, au printemps 2020, la croisade culturelle avait particulièrement touché l'organisation de la M.A.M. : départ forcé de l’ex-directrice, suppression de plusieurs services, diminution drastique du budget, restriction des horaires d’ouverture au public, réorganisation des services, départ ou mutation de nombreux cadres ou salariés.

Depuis l’arrivée de Robert Ménard à la présidence de l’agglomération Béziers-Méditerranée, une inquiétude pèse sur l’avenir de la médiathèque André Malraux. Cette inquiétude a été renforcée par la baisse des crédits alloués aux médiathèques de l’agglomération dans le budget primitif 2021. Les crédits alloués passent de 436 800 euros à 301 050 euros, soit une baisse de 30,99%. On aurait tort d’attendre béatement comme on a pu le faire lors du premier mandat de Robert Ménard que le prévisible devienne visible et que s’opère le démantèlement d’une des rares réussites de politique culturelle de ces dernières années sur le biterrois.

La MAM Médiathèque intercommunale André Malraux, ouverte au public le 16 septembre 2008, est un lieu emblématique de la vie biterroise. En 2007, 5037 personnes étaient inscrites à la bibliothèque municipale Béziers-Méditerranée et l’on comptabilisait 169 227 prêts / an. En 2020, on compte 20 000 abonnés environ et 56 salariés. Sa surface au plancher est de 8000m², 150 000 documents sont à disposition du public.