Édito - Nous l'avons fait !

Nous avons battu l'extrême droite. Un vrai soulagement ! Il n'y a pas de petite joie ! Mais voir la tête des représentants du Rassemblement National ce dimanche soir sur les plateaux télés fait partie de ces satisfactions auxquelles nous aimerions nous habituer. Non seulement le Rassemblement National n'a pas la majorité absolue mais il se classe troisième, derrière le Nouveau Front Populaire et l'alliance gouvernementale. On l'a échappé belle et le piège que nous a tendu Emmanuel Macron s'est finalement refermé sur lui.
L’actualité « hebdromadaire » du jeudi 4 au mercredi 10 juillet 2024. Cette semaine à la une : les plus et les moins du deuxième tour, le vote blanc devient un vote racial, Ménard nous ramène 2000 ans en arrière . . .
Le siège de la députée de la sixième circonscription de l’Hérault, E. Ménard, était donc éjectable ! C’est une satisfaction au milieu de la vague brune qui déferle sur le Biterrois.
L'heure des « combinazione » a sonné pour beaucoup de professionnels de la politique. Vous entendez comme moi cette petite musique ? Elle commence à devenir un tube sur nos médias, un air déjà connu qui mêle compromission et trahison, postes à pourvoir et carrière à bâtir, exclusion et opportunisme.
Ce qu’ils, elles, font c’est de déverser leur haine, leur colère et surtout leur racisme en votant RN. Pourquoi ne pas s’avouer que près de 40% des Français le sont, racistes.
           

 
À partir d’un travail d’investigation du site «Slate » et du journal numérique « Médiapart » ( Travail réalisé entre les deux tours), je vous propose une découverte non exhaustive des déclarations « de la galerie des candidats RN injustement salis », selon Jordan Bardella.
31 octobre 1922, après plusieurs jours de paralysie gouvernementale, Mussolini devient le plus jeune président du conseil. Il n’a aucune expérience de gouvernement ou de l’administration publique.
Le lendemain du premier tour des élections législatives, la famille Dassault propriétaire du « Figaro » choisit de rouler pour le RN.
On peut se féliciter des résultats du NFP au niveau national, du recul de la vague brune. Dans le Biterrois, l’Hérault et plus largement dans l’ex-Languedoc-Roussillon, c’est l’inverse la vague brune progresse.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.