Édito - Le troisième tour des législatives

Dans la plupart des démocraties, le parti ou l’alliance qui arrive en tête aux élections est considéré comme le gagnant. Dans la monarchie républicaine française, ce n’est pas le cas.
L’actualité « hebdromadaire » du jeudi 4 au mercredi 10 juillet 2024. Cette semaine à la une : les plus et les moins du deuxième tour, le vote blanc devient un vote racial, Ménard nous ramène 2000 ans en arrière . . .
Le pourcentage du vote blanc et nul a littéralement explosé dans l’ex-Languedoc-Roussillon au second tour des élections législatives. Il a de fait favorisé l’extrême droite.
Ce qu’ils, elles, font c’est de déverser leur haine, leur colère et surtout leur racisme en votant RN. Pourquoi ne pas s’avouer que près de 40% des Français le sont, racistes.
La corrida prend fin. Elle aura été un peu longue.
           

 
À partir d’un travail d’investigation du site «Slate » et du journal numérique « Médiapart » ( Travail réalisé entre les deux tours), je vous propose une découverte non exhaustive des déclarations « de la galerie des candidats RN injustement salis », selon Jordan Bardella.
31 octobre 1922, après plusieurs jours de paralysie gouvernementale, Mussolini devient le plus jeune président du conseil. Il n’a aucune expérience de gouvernement ou de l’administration publique.
On peut se féliciter des résultats du NFP au niveau national, du recul de la vague brune. Dans le Biterrois, l’Hérault et plus largement dans l’ex-Languedoc-Roussillon, c’est l’inverse la vague brune progresse.
2015, le milliardaire Vincent Bolloré prend définitivement le contrôle du groupe Canal +, il avait auparavant pris le contrôle de Vivendi. C’est la première chaîne d’information possédée par un milliardaire en France, il va rapidement la mettre au service de l’extrême droite.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.