Politique locale

Entre aménagements touristiques et jeux politiques, cet article propose une autre lecture et quelques modifications face au discours officiel sur le chantier de Fonseranes.

Par Marso,

C'est vrai quoi, M. Le Maire a fait de belles choses, reconnaissons le.

Par Clo,

Qu'on se le dise : ce n'est pas au maire actuel de Béziers qu'on doit la rénovation des habitats et le ravalement des façades du centre-ville.

par M. V.,

lare volutionTreize est sans aucun doute le plus significatif des nombres d'un point de vue superstitieux. Les nombreuses incidences du nombre 13 dans divers domaines temporels, religieux, historiques ou mathématiques semblent expliquer le caractère mystérieux et les superstitions entourant ce nombre.
Pour la presse je ne sais pas mais pour EVAB tous les nombres sont des numéros du bonheur et du plaisir de nous adresser une nouvelle fois à vous. Alors cette 13ème parution si elle est une édition comme une autre, s'adresse désormais aux 105000 visites d'internautes depuis notre création.
C'est avec un enthousiasme toujours présent et l'envie qui nous caractérise que nous vous proposons articles, images et réflexions sur la vie biterroise en particulier sur le climat social et des liens qui existent et résistent dans la Ville.

Le polygone est une figure géométrique à plusieurs côtés.
 par M.V.


N28 edito Avril16netQuel fossé de position entre les années Trente et ce premier tiers du XXIème siècle pour les femmes dans le Monde. Et qu’on ne s’y trompe pas, les archaïsmes religieux et du patriarcat ne sont pas l’apanage des seules sociétés en proie aux conservatismes islamiques, loin s’en faut… Que l’on pense à toutes les attaques frontales qu’elles subissent dans leur image, leurs droits et leurs places dans l’espace public ailleurs.


Les sociétés occidentales post-modernes aggravent les situations des femmes par un conservatisme libéral. L’ordo libéralisme économique attaque le droit des salariés dont on sait que les premières victimes sont les immigrés et les femmes. Elles sont attaquées dans leurs statuts et dans leurs droits. Que penser des prises de position des candidats à l’investiture républicaine aux Etats-Unis, dignes des archaïsmes les plus rétrogrades, que penser des mesures, mêmes symboliques prises par les présidents les Républicains des conseils régionaux en France, que penser des positions de la Hongrie, de la Pologne ?

Fin juin 2016, les conseillers communautaires vont se prononcer sur le mode de gestion de l’eau dans la communauté d’agglomération Béziers Méditerranée.
Par Jean-François Gaudoneix

Ouh la la ! Cette tête quand on a vu la dernière affiche municipale ! Pastichant les messages de prévention inscrits sur les paquets de tabac, le maire nous met en garde contre l'abus de supermarché. Y avait rien à dire. On était d'accord. On aurait pu faire la même.

Par M.V.

Tout le monde connaît le célèbre jeu de transactions immobilières où on joue au promoteur madré le temps d'une soirée. Normalement c'est un jeu, plus ou moins apprécié, mais ça reste un jeu. Ici à Béziers, le baron noir invente une nouvelle variante du Monopoly : c'est lui qui achète et qui s'amuse, c'est les Biterrois qui vont payer avec leurs impôts pour satisfaire sa libido.

Par Didier

N21 1menardken pis NEW

Ce numéro d'EVAB va vous faire découvrir un dossier sur la culture, et aborde parmi d'autres sujets, la polémique sur le prix de l'eau. C'est donc au carrefour de la culture et de l'eau que nous vous proposons un GRAND JEU CONCOURS.

Le 30 juin 2014, Robert Ménard déclarait : « L'été prochain, la place Jean-Jaurès sera construite autour d'une fontaine musicale splendide. » Il semblerait que depuis, le chantier, qui a commencé par des fouilles préventives et détruit le skate-park de la place Jean Jaurès, soit plutôt au ralenti, et même à l’abandon disent les plus pessimistes.

Biterroises, Biterrois, à vos plumes et crayons. Il s’agit pourtant d’un projet de 2 M € ! Certes c’est un peu moins que les 2 300 000€ que coûte le bâtiment des Galeries Lafayette, mais nous n’allons tout de même pas laisser perdre ce qui ne représente que l’équivalent d’un siècle et demi de Smic… une misère effectivement. 

Le JDB fait encore sensation avec son titre toujours plus racoleur mais qui ne veut pas dire grand-chose. En couverture : « Prix de l’eau. Que nous cache l’agglo ? Sur la gestion de l’eau, il y a beaucoup à dire, mais sur les 5 pages du JDB, rien en fait n’est dit sur les enjeux du vote du mois de juin sur le choix important de la gestion de l’eau dans l’Agglo.

Par Jean-François Gaudoneix

Dans le JDB n°28, la municipalité de Béziers part en guerre contre les grandes surfaces ! Et il faut voir de quelle manière !

Par Jean-François Gaudoneix

Dans les colonnes du Midi Libre des 20, 23 et 24 février, la question de l’eau est abondamment abordée.

Par Jean-François Gaudoneix

La TEUB (1) révolutionne le monde scientifique !

Encore une victoire des Biterroises de souche. De souche ? Plus que jamais ! C’est en analysant l’ADN d’un poil pubien que les Biterroises ursulines ont découvert le pot aux roses.

par Ursula

Les professeurs d'histoire géographie de Béziers ont donc décidé de souhaiter la bonne année au maire. Pour bien préparer les jours futurs autant savoir de quoi on parle, précisions et recadrages ont alimenté le moulin à parole, qui s'est évidemment fendu d'une réponse...

En ce mois de janvier, l'affichage dans les rues de Béziers a retenu toute mon attention. Dans les abribus de la ville, une campagne officielle contre le racisme s'affiche. Renseignement pris, cette campagne est à l'initiative du « Défenseur des droits », une autorité constitutionnelle indépendante instituée en 2011.

Par Jean-François Gaudoneix

L'attraction du symbole est une constante pour les nouveaux dirigeants, qui plus est chez ceux dont l'action politique est creuse. Et en bon communicant, il suffit d'une juxtaposition de plusieurs symboles pour délivrer un message très explicite.

Par DGRojoyVerde

L'ami Gaudoneix (1) évoque dans son billet d'humeur le vide du Journal Municipal au gui l'an neuf. Je voudrais ici me faire l'avocat du diable qui, comme tout chrétien, avait le droit d'user de la trêve de Noël pour faire repentance et bombance, et suspendre ses activités de scribouillard le temps de communier et de faire amende honorable.
Par M.V.

Sidérant, le numéro 26 du JDB ! Il a un grand mérite : il se lit vite, très vite ! Il a un grand défaut : il n'y a rien, rien et rien... On dénombre 4 articles, dont l'édito. Le mot article est même exagéré pour les écrits du JDB.

Par Jean-François Gaudoneix

Voilà le genre d’information que les Biterrois peuvent lire sur les panneaux de la ville

Par Jean-François Gaudoneix

Depuis que Béziers est passée à « l’ère Ménard », de nombreuses instances institutionnelles sont contre lui. Ça a commencé avec la guerre contre l’Agglo. Le pauvre président Lacas se voit régulièrement malmener dans les colonnes du JDB, toujours avec la finesse qui caractérise le bulletin municipal.

Par Jean-François Gaudoneix

Marché de la Dévèze, vous reprendrez bien une tranche de vie?
par Eva D.

Une suggestion de jumelage qui fera tweeter ! La politique sécuritaire du maire de Béziers suscite de nouvelles vocations chez nos jeunes.
En Vie à Béziers vous livre les nouveaux emplois qui font rêver les petits biterrois !

C'est maintenant une habitude : à chaque fois qu'il passe sur les plateaux télés, le baron noir démasque en live un complot ourdi par l'anti France. Le 29 octobre sur France 2, ce n'est ni plus ni moins qu’une cinquième colonne culinaire tentant d'anéantir la gastronomie judéo-chrétienne, qui a été repérée dans près d'une vingtaine de kebabs de Béziers.

par Didier

karak

Et vous, dans quelle case serez-vous ? Désormais à Béziers, chacun est étiqueté : religion, opinions, origines, orientation sexuelle, tout est prétexte. Opposer les gens, diviser pour mieux régner : autant de vieux pots dans lesquels se mijotent de bien mauvaises soupes…


À la rédaction, on a envie de parler d’un autre Béziers. Et il existe. On le côtoie tous les jours. Nos articles en témoignent. Quelle tristesse que le monde de l’identité : menu unique, vêtements uniformes, fantasmes calibrés… Notre quotidien c’est la diversité : la gaieté de la différence, les vertus du dialogue, la richesse des cultures mêlées. Vive le différentiel ! Le courant passe, avec lui l’énergie, la vie.

Aujourd’hui, la « mode » pour la municipalité, ce sont les affiches vieillottes des férias d’antan. On cherche à draguer l’électorat de la population vieillissante, tout en flattant l’égo blessé du Biterrois.

Par Ursula

Il est intolérable que, pour cette activité militante qui les réunit, trois citoyens soient désignés à la vindicte populaire, photos, montages, noms, prénoms, captures d'écrans et rapprochements hasardeux et malveillants à l'appui, sous l'étiquette de « militants de la haine » par le journal municipal dirigé par son rédacteur en chef.

Par Khan Did

Béziers, terre de mission de saint Ménard apôtre du christ'nanisme municipal. Au moment où l'église catholique et chrétienne appelle ses fidèles à accueillir des réfugiés et des migrants partout dans le monde, le chrétien dissident et schismatique saint Ménard bascule vers l’hérésie en créant sa propre église : le christ'nanisme municipal.

Par Didier

"Sommes nous" premier acte. De quoi Béziers est-elle et n’est-elle pas, ou plus, le nom ? Ce qu’on en dit en se plaçant d’un point de vue journalistique, c’est que Béziers est devenue une scène médiatique. Au-delà de cette scénarisation et de ce qu’elle dit du système géopolitique local, que "sommes-nous"1 ?

Par David

Loin d’être le journal de tous les Biterrois, le journal de Béziers n'est que l'outil de propagande de la municipalité FN de Béziers.
 C'était déjà insupportable, et indigeste ! Nous ne pouvons accepter, en plus, que le torchon municipal soit un outil public de délation et de calomnie !

Par Didier

"Bedos m'a traité de petit con, je ne lui en veux pas.
Comme je sais qu'il a des problèmes d'argent,
je lui ai réservé une place dans la maison
de retraite municipale"


Robert Ménard

Des camions sono en pagaille, des murs de son de plusieurs mètres de haut, des watts en veux-tu en voilà, des milliers de raveurs (8 000 selon les organisateurs), des arènes quasiment pleines… La deuxième Christ party de l'ère Ménard a battu tous les records d'audience dans les arènes de Béziers.

Par Didier

Le paradoxe du logement à Béziers : de plus en plus de logements vacants, de plus en plus de mal logés ! C’est tout le problème de Béziers. Un centre ville où les logements indignes sont légions. Un centre ville où les logements vides foisonnent…

Par Abdelslam Gaudoneix

Ce mois-ci le piéton de Béziers contemple les maisons abandonnées en pensant à tous ceux qui partent de chez eux, se réfugier ailleurs - dans l’espoir d’une vie meilleure, ou juste pour rester en vie (à Béziers ?)

Ce mercredi 10 juin 2015 à 20h, nouvelle mission pour la petite rapporteuse : il ne s’agit pas de potasser le bac, mais d’aller au rendez-vous fixé, financé et intitulé par la mairie « Béziers libère l’Histoire. Islam et Afrique : et si on parlait vrai ? » Attachez vos ceintures, Maurane Bob et Chouquette libèrent le journalisme !

Par Maurane Bob

Dans son acharnement à transformer Béziers en Luna Park pour nostalgiques du « bon vieux temps », et pour petits crétins blonds béats devant une grande roue, le maire Ménard s’est investi dans le transport gratuit, qu’il avait récemment fait supprimer, au moyen de deux bus dits « ludiques » tournant entre Allées et Polygone.

Par J.F. Dubremetz

Entretien exclusif avec Jean-Claude Carrière pour « Envie à Béziers » et Radio Pays d'Hérault

Propos recueillis par Robert Martin

 « L'affaire de la crèche » se trouve sur une double page, pp. 16-17, du Journal de Béziers (JDB) n°18 du 1er Août 2015. Cette annonce est suivie d'une photographie. Une femme reçoit une fessée par un homme en colère, Harold Lloyd, l'acteur de films burlesques. Mais la scène n'a rien de comique.

Par Sylvie Goupille

Bonne nouvelle pour EN VIE À BÉZIERS,  Robert Ménard a trouvé un nouvel angle de propagande pour sa communication dans le journal municipal de Béziers.

Après un an de règne, le problème municipal de la virilité se pose avec autant d'acuité.
On n'a pas oublié le gros Beretta des gardiens de la paix, l’« ami de la police ». En mai, dans le JDB, une série télévisée faisait naître la nostalgie de l'époque de la prohibition avec « son machisme », ses whiskies bien tassés et ses gros cigares.

 

" Certains propriétaires du centre ville, véritables marchands de sommeil, spéculent sur la santé, sur la vie de familles, d'enfants qui ont, qui doivent avoir, comme les nôtres, le droit de rêver, de jouer, en un mot de vivre."


Robert Ménard
le petit Biterrois, 1980

 

Les deux affiches municipales à la gloire du vin rosé ont de quoi laisser quelque peu perplexe…

La communication de Robert Ménard suit un fil conducteur : les discours, interviews et articles dans le bulletin municipal tissent en toile de fond un mythe qui justifie l’islamophobie. Dénouons les fils de ce mythe pour observer quelles fibres lâches le structurent. Pourquoi y adhère-t-on : pour recouvrir d’un vêtement une nudité de pensée ou pour se conformer à la société de masse ? Quels sont les ornements sacrés de cette toile qui subjuguent le regard ?

 Comment Robert Ménard se présente en chantre du « principe de précaution » dans le domaine des ondes électromagnétiques de téléphonie mobile, en faisant la promotion d'un grigri, pour le compte d'une société aux activités « ambiguës » et sur le dos des agents municipaux ?

À chaque numéro du JDB son fil conducteur. Ce mois-ci c'est les couilles, donc boules conductrices, restons cohérents. Noël est encore loin. L'ouverture de la saison de pétanque approche...

Edito - journal envie a beziers

Les aventures du baron noir : le baron noir lave plus blanc

Le baron noir n'arrête pas de faire le ménage sur sa ville. Après le linge aux fenêtres, les paraboles, les mineurs seuls le soir, les pauvres, les musulmans, les 64 % de prénoms étrangers.

La TEUB jugule les troubles à l'ordre public générés par la nouvelle équipe municipale. Des chiffres étonnants ! 92,7% des courriers reçus par l'organisation de la TEUB (Tradition d'Éducation Ursuline en Biterrois) émaneraient, d'après nos fichiers statistiques, de la frange blonde de l'électorat féminin de Ménard.

Passe, passe le buzz, y'a du monde sur la corde à linge (mais de monde de moins en moins à Béziers). Il paraît que depuis qu'il est arrivé à la municipalité, le maire de Béziers se gausse des nombreux « buzz » qui, selon lui, font à nouveau parler de la ville.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok